CNC, l’Etat la joue moyenâgeux, une fois de plus… Verouillé

L'audiovisuel et le cinéma s'inquiètent que les recettes du CNC soient à nouveau ponctionnées pour renflouer les caisses de l'Etat. C'est devenu une habitude. Chaque année, le gouvernement propose de piocher dans les caisses du centre national du cinéma pour renflouer les siennes - et si ce n'est pas Bercy qui est à la manoeuvre, c'est le Parlement... Le décompte est implacable : en 2011, l'Etat a commencé doucement en prélevant 20 millions d'euros, mais en 2012 c'était 50 millions d'euros quand en 2013, ce fut le record de 150 millions d'euros ! Et cette fois, dans le projet de loi de finance c'est 90 millions d'euros qui doivent être retenus à l'industrie du cinéma. Un total de 310 millions d'euros ! Pour le projet de loi budgétaire qui sera devant les députés à la ... (Contenu réservé aux abonnés)

Abonnement à ElectronLibre

Profitez de tous les articles d'ElectronLibre pendant 7 jours grace à notre offre spéciale pour iPhone. Téléchargez notre application dès maintenant sur l'appstore via ce lien : Application EL et activez votre compte !

 

Ou bien,

Abonnez vous pour un an et profitez d'un accès illimité à EL plus de la newsletter quotidienne d'ElectronLibre !

Nous vous invitons à faire votre demande d'abonnement via ce formulaire en choisissant la formule la plus adaptée à vos besoins.

Votre prenom (obligatoire)

Votre nom (obligatoire)

Votre société

Contenu intégral du site et à la newsletter pendant un an (650€ HT - 663,65€ TTC)
Contenu intégral du site pendant un an (450€ HT - 459,45 €TTC)
Contenu intégral du site pendant un an, tarif étudiant (180€ HT - 183,78€ TTC)

Votre adresse postale (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Un petit mot à nous adresser ?

captcha
Veuillez recopier ce code :

Une fois la demande soumise, nous vous contacterons par email (vérifiez vos spams si vous ne recevez rien de notre part, cela peut arriver...) !

Toute l'équipe d'ElectronLibre vous remercie pour votre confiance.

 

Les commentaires sont fermés.