Apple second trimestre : l’analyse

43 milliards de dollars sur ce second trimestre et 9 milliards de dollars de bénéfice. Les résultats d'Apple sont toujours hors norme, très au-dessus des autres entreprises du secteur. Cependant, la firme à la pomme doit trouver les bonnes solutions à ce que l'on pourrait appeler une crise de croissance.

Les résultats du second trimestre de l'année fiscale d'Apple étaient très attendus. Le cours de l'action, très chahuté ces derniers mois, affiche une baisse de plus de 40% comparé à son plus haut. La concurrence sur le marché du smartphone s'est intensifiée, à grands coups de "toujours plus grand" et de dépenses marketing. La présence d'acteurs comme Samsung est telle sur ce marché, qu'il devient de plus en plus compliqué d'en saisir les conséquences pour les produits à la pomme. A cela s'ajoutaient les rumeurs d'une baisse des revenus pour cet exercice, relayée par des médias aussi respectables que le Wall Street Journal.

Les chiffres ont parlé. Apple demeure Ovni dans la galaxie des sociétés de l'électronique grand public avec des revenus et des marges bien au-delà des rêves les plus fous de ses concurrents. Les résultats ont surpassé les attentes des analystes, mais la baisse notamment de la marge - pour la première fois depuis près de 10 ans de croissance ininterrompue - appelle des explications de la part des dirigeants du groupe.

Baisse au prochain trimestre

Le chiffre d'affaires d'Apple s'établit à 43,603 milliards de dollars, une progression sensible de 11% sur un an. Le bénéfice est sans doute le point noir de cette logorrhée de chiffres avec un 9,5 milliards de dollars sur le trimestre mais qui représente une baisse de 18% d'une année sur l'autre. Rien de véritablement catastrophique, loin de là, Apple fait toujours plus de bénéfices que tous ces rivaux sur ce marché, et même que Google qui n'est pourtant pas une société qui produit des appareils. Cependant, les dirigeants d'Apple ont prévenu que cette baisse devrait encore se répéter au prochain trimestre, avec un chiffre d'affaires stable.

L'activité d'Apple est aujourd'hui en phase de mutation d'une gamme à l'autre. Le Mac ne porte pas la croissance de la marque. Apple a vendu 3,952 millions d'ordinateurs, essentiellement des portables, bien que la firme ne propose pas le détail. La ligne de production de l'iMac a été très chamboulée depuis son annonce en fin d'année dernière. Tim Cook a d'ailleurs fait son mea culpa lors de la conférence avec les analystes... iPod se défend encore bien mais le lecteur portable est un produit en phase de "marginalisation", et ce n'est certainement pas une surprise.

iPhone plus fort que Google 

L'avenir de la firme c'est évidemment iPhone et surtout iPad. Pour le smartphone, il semble que Apple ait encore du mal à trouver la bonne carburation entre les anciens modèles toujours au catalogue et le "flagship" iPhone 5. Néanmoins, le mix entre les gammes ne change pas tant que ça. Alors que les analystes craignaient une baisse des volumes de ventes, iPhone se vend très bien avec 37,34 millions d'unités (rapportant la bagatelle de 22 milliards de dollars, iPhone génère presque deux fois plus de dollars chaque trimestre que tout Google sur la même période). Une progression de 7% en volume et de 3% en valeur. Dans les faits, le revenu par smartphone n'a pas réellement changé toujours aux alentours de 613 dollars par unité - il était de 640 dollars au trimestre précédent. Ce qui tend à montrer que la ventilation des ventes entre iPhone 5 et consorts est à peu près la même depuis le lancement de ce dernier, et que la part de revenu par appareil est très élevée pour Apple. L'arrivée en milieu d'année d'un nouveau modèle, certainement dénommé 5S, devrait permettre à Apple d'élargir naturellement sa gamme en proposant le modèle actuel à bas prix, et de faire sortir définitivement iPhone 4 des rayons des magasins. Ceux qui avaient jugé l'iPhone 5 trop cher pourront donc l'acquérir...

La vraie révolution actuelle est l'iPad. La tablette domine très largement ses concurrents avec plus de 63% de parts de marché. Et la progression des ventes est stupéfiante : 19 millions d'iPad vendu, soit un bond de 65% sur un an ! iPad contribue à hauteur de 8,7 milliards de dollars sur ce trimestre... Dans un contexte de dépression aggravée des ventes de PC, iPad est l'évolution suivante, pour l'industrie comme pour Apple. Les ventes de Mac ne sont peut-être pas cannibalisées par celles de l'iPad - bien que cela ne soit pas évident - mais il est certain que celles des PC le sont. Les machines hybrides, mi tablette, mi ordinateur portable tardent à proposer une réponse fiable à cette crise. Dans cette catégorie des tablettes, iPad Mini est une véritable fusée ! Elle semble d'ailleurs tailler des croupières à l'iPad "classique" de 9"... A moins que ce phénomène soit surtout lié à la stratégie assez flou d'Apple qui a jonglé entre iPad 3 et 4 sur 6 mois seulement, ce qui a certainement désarçonné une partie des clients.

Le futur de la pomme a été évoqué par Tim Cook. Le bénéfice de la société va rester limité, à cause de l'internationalisation des ventes (plus de 66% ce trimestre), l'impact des marges sur certains produits (iPad Mini surtout), et les investissements lourds dans de nouveaux produits : à ce sujet le patron d'Apple a évoqué de "nouvelles catégories de produits" à venir pour la fin de l'année. De quoi spéculer sur l'arrivée d'une iTV, ou encore d'une iWatch. Tim Cook l'a répété, la force d'Apple reste l'innovation et la force de l'eco-système via l'intégration entre hard et soft. iCloud a d'ailleurs atteint les 300 millions de comptes... Et les revenus d'iTunes ont dépassé les 4 milliards de dollars.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef

Les commentaires sont fermés.