Vous êtes actuellement sur le site d'archive d'ElectronLibre. Cliquez ici pour revenir sur le site actuel

iPhone 5 : le smartphone et le magicien disparu

Le 12 septembre 2012, So_amazing

Apple va présenter le dernier né de sa gamme iPhone ce soir en direct de San Francisco. Tout ou presque a été dévoilé sur ce smartphone. La Keynote a ...

Audience hybride et coup de poing sur le Net !

Le 11 septembre 2012, Web 1,2,3

La mesure hybride de l’audience sur le Net va être dévoilée très bientôt par Médiamétrie. Les résultats bruts montrent une baisse de près de 10% en ...

Aurélie Filippetti assassine le centre national de la musique

Le 10 septembre 2012, So_cult’

La ministre de la Culture a accordé un entretien au Monde de dimanche. Hadopi, presse, audiovisuel public, musique, cinéma et budget sont au menu ...

Presse : Juin chagrin pour les grands quotidiens

Le 7 septembre 2012, Old fashion media

Après un mois de mai décevant pour la presse quotidienne nationale, le mois de juin ne fait guère mieux en dépit d’une actualité marquée par les ...

Blekko, l’après Google

Le 04 Janvier 2011 dans Web 1,2,3 par Emmanuel Torregano

Blekko fait son apparition sur le marché des moteurs de recherche du Net. Utilisant l’index de Google, ce nouveau venu se pose en challenger accusant son aîné d’avoir échoué dans sa mission première.

Google a perdu son âme, brulée dans l’enfer du marketing Web et la vente à la tire de mots clefs. Nulle plaisanterie dans ces propos, ou dénigrement, Google ne fait plus l’affaire pour certains qui se sont déjà tournés vers d’autres horizons, des concepts neufs, rafraîchissants. Et comme souvent dans les drames, c’est dans la famille que se nouent les destins contraires. Blekko a été créé par des anciens de Google qui, déçus, ont préféré voler de leurs propres ailes. Le géant de Mountain View, parce que trop occupé certainement à faire autre chose, de la téléphonie mobile, un énième réseau social anti-facebook, ou bien peut-être n’en comprenant pas les enjeux, a laissé filer l’idée.
Blekko nous fait revenir à l’époque triomphante du jeune Google face à Yahoo ! - ironie de l’histoire, aujourd’hui, Google est pris pour cible. A l’époque, le moteur de recherche avait su rallier les internautes en minant Yahoo ! par le bas. Là où le portail sélectionnait et donc orientait la recherche d’informations, Google se donnait pour mission d’être exhaustif tout en faisant la preuve de sa pertinence. Yahoo ! faisait confiance à l’humain, Google à l’algorithme, et le public a fait son choix, délaissant l’annuaire pour l’ogre. Cette opération spectaculaire, Blekko pourrait bientôt la rééditer, renversant l’hégémonie, dans un mouvement de soudaine libération.
Le projet est resté longtemps en mode furtif. Un temps mis à profit pour fabriquer et affiner un concept qui a tout de l’idée "toute bête", de celles qui font le succès des grands candides et étonnent les besogneux. Blekko se propose en effet de revenir aux racines du mal pour en extraire tout le bénéfice pour l’internaute. La homepage de Blekko est donc des plus épurées. Un champ de recherche simple et une page de résultats. L’astuce est que les requêtes peuvent être catégorisées par un simple "slashtag", soit un tag précédé du caractère Slash ("/"), hérité des racines Unix du Web. Vous cherchez un T-Shirt de votre chanteur décédé préféré, mais sur Google on ne trouve en première page que des spammeurs et des "indexeurs" fous, qui finalement ne font que polluer votre quête... et bien Blekko affiche, lui, le bon lien dès les premiers résultats. Pourquoi ? Parce que dans la requête on a pris soin de taper "John Lennon/T-Shirt". Le "Slash" fait toute la différence, en orientant évidemment la tâche du moteur, mais surtout en montrant bien à quel point tout cela est sérieux.

Un meilleur Google

Finies les galeries marchandes ! Ici, c’est du pur moteur de recherche. Evidemment, il est difficile de reprocher à Google de ne pas mieux faire. Le moteur est pris dans ses propres rets, mais ce sont cette fois les spammeurs et marketeurs de tout poil qui les tirent. Avec toute la meilleure volonté des ingénieurs maisons, le jour où Google a édicté des règles pour le référencement, il a créé sa propre engeance. Le jour aussi où il a décidé de mettre aux enchères les places sur la page de résultats, il a creusé sa tombe. Et s’il est évident qu’il n’a pas encore chuté, le gouffre s’agrandit chaque jour qui menace de précipiter Google vers son déclin.
"Nous avons besoin d’un meilleur Google", et ce pourrait bien être Blekko - à condition que la fonction moteur ait toujours un sens dans l’Internet d’aujourd’hui. Facebook a été identifié comme l’un des adversaires du moteur de recherche Google, car aujourd’hui le réseau social compile plus de visites, et supprime de fait la fonction. Plus vraiment besoin de lancer des recherches sur Facebook, ce sont les amis qui pourvoient en informations, images, vidéos, etc. Un courant qui est véritablement exacerbé sur Twitter. Google n’y a pas sa place. Et ce ne sont pas les tentatives navrantes du géant pour monter lui aussi dans le train du Web social qui vont arranger les choses. Bien au contraire, Google semble se heurter à un plafond de verre à chaque fois. Alors qu’au-dessus, c’est la fête.
Maintenant, c’est dans les sous-bassements, en sous-sol, que l’on entend une autre mélodie. Blekko est parmi les solistes. La société, créée en 2007, a récolté 23 millions de dollars après une série de levées de fonds et elle prend aujourd’hui son envol. Impossible de risquer de parier sur son succès, mais l’apparition de ce genre de "spin off" au sein de Google démontre combien le besoin d’un renouveau se fait sentir. Si ce n’est pas Blekko qui renverse l’idole, un autre le fera, en s’appuyant sur ce constat implacable : Google ne répond plus aux besoins des internautes.

Partager cette information

2 Commentaires

  1. ropib le 12 janvier 2011

    Le concept est intéressant c’est vrai. Par contre ça ne fonctionne pas en français, c’est dommage.



  2. eredsign le 21 janvier 2011

    effectivement il est surement efficace mais pour toutes les recherches en français... ça n’est vraiment pas l’idéal.On verra quand les autres langues que l’anglais seront pris en compte



Ajouter un commentaire