Bilan de l’année de la SPPF

En 2016, la SPPF a perçu 37,6 millions de droits contre 38,6 en 2015. Il s'agit d'une légère baisse de 2,6% imputable essentiellement au recul des droits vidéomusiques (4,4 M€ contre 5,1 en 2015), précise la société des producteurs indépendants, qui ajoute que "les tarifs applicables au groupe M6 depuis 2014 ayant entrainé une baisse de 26,5 % sur les 3 dernières années". Un sujet qui a d'ailleurs été évoqué par le président de la SPPF, Emmanuel de Buretel lors du déjeuner de la filière organisé par le Prodiss. Ajoutez à cela que les "droits à Rémunération Equitable ont été stables (20,2 M€) ainsi que ceux de la rémunération pour Copie Privée (10,2 M€)". Pour celle-ci, la régularisation de versements "auprès de certains industriels ou importateurs" a permis de maintenir le niveau de collecte. la SPPF s'enorgueillit d'une répartition efficace avec "24,4 millions d'euros versus 21,4 en 2015, soit +14 %". "A ces répartitions il convient d’ajouter 11,5 M€ d’avances financières dont le taux a été porté à 110% des répartitions effectuées durant l’année au lieu de 100%", souligne la société de gestion de droits. Enfin, le taux de retenu reste bas avec 5,5 %, tandis que la SPPF a renforcé ses aides à la création :"984 demandes d’aides ont été acceptées (vs 904 en 2015). Ces aides ont permis de soutenir la production de 287 albums, de 299 vidéomusiques, de 122 dépenses de développement, de 26 tours supports, de 160 concerts à l’occasion de la publication d’un nouvel album", pour un budget alloué de 7,5 millions d'euros.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Les commentaires sont fermés.