urgent

Android : Google répond à la commission européenne

Google n'a pas apprécié les griefs de la commission à propos d'Android (retrouvez...

Google n'a pas apprécié les griefs de la commission à propos d'Android (retrouvez ici notre article sur les accusations de l'UE). Comme à son habitude, le géant de l'Internet a répondu sur son blog aux allégations de la commissaire Margrethe Vestager. Selon Google, sous la plume de Kent Walker, vice président du géant de Mountain View, Android n'a pas tué la concurrence mais bien élargi le marché. Rappelons, que Android (et toutes ses versions) détient 80% de parts de marché, et que mis à part iOS, tous les autres systèmes mobiles périclitent ou sont à l'agonie. L'union Européenne s'est surtout focalisée sur les services d'applications fournis par Google pour construire son accusation. Google est aussi accusé par l'UE de pratiques anti-concurrencielles sur le shopping en ligne.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 novembre 2016 à 17h41 | Politique
web

Trump hates net neutrality – Recode

Here’s what a Trump presidency could mean for the future of internet regulation....

Here’s what a Trump presidency could mean for the future of internet regulation. A Donald Trump presidency will shake up key regulatory agencies in Washington, which could lead to a reversal of hard-won decisions on issues like net neutrality and completely upend the relationships the tech industry has worked to foster with regulators.
Trump will appoint new leaders to agencies like the Federal Communications Commission, the agency that brought us net neutrality last year.
Yet Trump has also promised a “temporary moratorium on new agency regulations” and to “eliminate our most intrusive regulations.”
On the issue of net neutrality, Trump hasn’t said much, but he appears to have sided with the ISPs — the companies selling broadband service — over internet companies like Netflix or Amazon.
He tweeted two years ago that net neutrality was just another way to attack conservative media...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 novembre 2016 à 15h55 | Politique
9 novembre 2016
web

Grève à iTélé: La ministre de la Culture a sommé la direction de tenir ses engagements d’indépendance de la rédaction – 20 Minutes – Média

« Des engagements ont été pris », a rappelé ce mercredi la ministre de la...

« Des engagements ont été pris », a rappelé ce mercredi la ministre de la Culture Audrey Azoulay à la direction de la chaîne d’info en continu…

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 novembre 2016 à 19h59 | Politique

Elections américaines : l’UE face à son destin en matière de défense Verouillé

Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne, et Donald Tusk, président du conseil européen, ont naturellement félicité Donald Trump pour sa nomination, et l’ont invité à un sommet UE/USA dès que possible afin de discuter, notamment de l’Ukraine, de Da’esh et des …

09 novembre 2016 à 16h33 | Politique
8 novembre 2016
urgent

La réponse de Bernard Cazeneuve à Mounir Mahjoubi

La réponse de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, à Mounir Mahjoubi, président du...

La réponse de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, à Mounir Mahjoubi, président du Conseil National du Numérique, dans l'affaire du décret mettant en place le fichier "TES" ne s'est pas fait attendre. À la remarque du CNNum déplorant que le decret n'aurait pas fait l'objet d'un débat interministériel, Bernard Cazeneuve répond dans une lettre ouverte que: "le projet de décret a été soumis au contreseing de tous les Ministres concernés et au Premier ministre" et qu'il a en outre "été travaillé par les services du ministère dans la plus grande transparence, avec le concours très actif du secrétariat général à la modernisation de l’action publique." Il est possible de déduire de cette déclaration que le secrétariat au numérique d'Axelle Lemaire n'a pas participé à cette navette interministérielle. Sur les craintes de détournement du fichier émises par le CNNum, le ministre de l'Intérieur rappelle que l'exploitation de ce fichier est soumise à la Constitution et à la jurisprudence du Conseil Constitutionnel : "Si un Gouvernement souhaitait, un jour, accéder aux données personnelles à partir des données biométriques, ce qu’avait censuré le Conseil constitutionnel en 2012, il lui faudrait non seulement conduire des procédures en droit, en modifiant jusqu’aux principes constitutionnels ayant conduit à la censure en 2012, mais aussi reconstruire une toute nouvelle architecture technique."

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
08 novembre 2016 à 17h39 | Politique

Fichier TES : le vaudeville des non-élus Verouillé

L’affaire du décret du 28 octobre 2016 autorisant la création d’un traitement de données à caractère personnel relatif aux passeports et aux cartes nationales d’identité (« fichier Titres Electroniques Sécurisés (TES) ») prend un tour vaudevilesque avec une demande de suspension du Conseil …

08 novembre 2016 à 10h53 | Politique
3 novembre 2016
web

Vice Media, Votecastr & CitizenEyes Teaming For Election Day Coverage Using Young Filmmakers – DeadLine

EXCLUSIVE: CitizenEyes wants to change the way voters — particularly younger voters —...

EXCLUSIVE: CitizenEyes wants to change the way voters — particularly younger voters — engage with politics, and with it, the way the media covers elections. The brainchild of Vivek Boray of General Industries Network and Bruce Sheridan, chair of Cinema Art and Science at Columbia College Chicago, the project plans to deploy an army of volunteers to document Election Day 2016 on November 8 in deep and nearly unprecedented detail in order to get past, as Boray puts it, “the…

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 novembre 2016 à 16h58 | Politique
el

Le lobbying de l’Oncle Sam à Bruxelles se porte très bien

Integrity Watch vient de sortir son top 10 des plus gros lobbyistes à...

Integrity Watch vient de sortir son top 10 des plus gros lobbyistes à Bruxelles, et l'on peut dire que la force lobbyistique en Europe est du côté des États-Unis. Ce top 10 se base sur le nombre de rendez-vous avec des cadres de haut niveau dans la Commission européenne. Entre février 2014 et mars 2016, des organisations représentant pour l'essentiel des sociétés américaines ont eu 217 rendez-vous avec des cadres de la Commission et des Commissaires. Pendant le même temps, les organisations figurant dans le top 10 d'Integrity Watch et représentant des sociétés européennes n'ont eu que 207 rendez-vous de ce type. En outre, aucune société européenne ne figure dans le top 10, alors que deux sociétés américaines y figurent : Google avec pas moins de 76 rendez-vous, et Microsoft, avec 45. Soit à elles deux plus que l'association du patronat européen - Business Europe - qui n'a eu que 99 rendez-vous. L'American Chamber of Commerce a eu quant à elle 44 rendez-vous. A noter que la "culture" n'est pas dans le Top 10... Ceci explique certainement cela.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 novembre 2016 à 11h36 | Politique
2 novembre 2016
el

Le CETA est signé !

Après les soubresauts des dernières semaines - qui ont failli voir capoter l'accord...

Après les soubresauts des dernières semaines - qui ont failli voir capoter l'accord face au refus de signer de la région wallonne - le traité CETA entre l'UE et le Canada a été signé hier à Bruxelles. Outre les promesses, de part et d'autre, de création d'emplois et de lendemains qui chantent, l'on peut retenir de l'accord que, pour l'essentiel, il a respecté l'exception culturelle, puisque le secteur de la culture n'est pas concerné par ses dispositions. Quelques articles, cependant, promettent "une mise à niveau des droits de propriété intellectuelle" entre l'UE et le Canada. "Par exemple", affirme la Commission Européenne, "il va renforcer la protection des droits d'auteur en alignant les règles canadiennes avec celles de l'UE (...) pour ce qui concerne les DRM (digital rights management)". Pour le reste, le CETA porte en grande partie sur la fin des droits de douane, la protection de certaines appellations d'origine contrôlée, et la reconnaissance mutuelle des qualifications pour certains métiers.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
02 novembre 2016 à 17h42 | Politique
el

Le Royaume-uni divise l’Union Européenne pour mieux régner

Theresa May en serait réduite à pactiser avec le nationaliste hongrois Viktor Orban...

Theresa May en serait réduite à pactiser avec le nationaliste hongrois Viktor Orban afin d'essayer de diviser l'Union Européenne dans le cadre du Brexit, selon notre confrère Alberto Nardelli de Buzzfeed. C'est ce qui ressort de conversations qu'ils a eues avec des insiders à Bruxelles, et cela expliquerait pourquoi Viktor Orban, bien connu notamment  pour museler sa presse nationale, est l'un des seuls dirigeants de l'Union Européenne à chanter les louages de Theresa May. L'optique de May pourrait être de s'allier ainsi au "groupe de Visegrad", qui comprend la Hongrie mais aussi la Slovaquie, la Tchéquie et la Pologne, afin de peser le moment voulu sur les négociations du Brexit.Négociations qui n'ont pas encore commencé du fait même de Theresa May, qui n'a pas enclenché la procédure de l'article 50 du traité de l'UE. Le Royaume-Uni a déjà une histoire avec les pays de l'Est, puisque c'est avec eux que le gouvernement de Cameron a essayé de convaincre la Commission européenne il y a quelques mois de ne pas réguler les plateformes en ligne. Le ver serait donc ainsi dans la pomme à plusieurs niveaux, puisqu'il semblerait également que des euros-parlementaires britanniques seraient en train d'essayer d'intégrer dans la législation européenne des dispositions ultra-libérales qui profiteraient au Royaume-Uni post Brexit.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
02 novembre 2016 à 10h22 | Politique
28 octobre 2016
urgent

L’adoption des propositions sur le droit d’auteur prendra au moins deux ans

"On en a pour deux ans" avant de parvenir à une adoption des...

"On en a pour deux ans" avant de parvenir à une adoption des nouvelles propositions de la Commission en matière de droit d'auteur, nous a confié une source proche du Parlement Européen. Déposées le 14 septembre dernier, ces propositions doivent être adoptée par le Conseil européen et le Parlement européen, en vertu du processus de co-décision. Le Parlement vient tout juste de nommer l'euro-députée maltaise Therese Comodini-Cachia pour rédiger un rapport au nom de la Commission affaires juridiques. Rien que la rédaction de ce rapport prendra énormément de temps : "elle doit rencontrer beaucoup de monde, et certains sujets de la proposition, comme le droit voisin des éditeurs de presse, sont compliqués." Certains au Parlement s'inquiètent du fait que Mme Comodini-Cachia s'est associée avec l'eurodéputée ultralibérale estonienne Kaja Kallas pour deux auditions officielles qu'elle a réalisées sur le sujet. Or Kaja Kallas est considérée comme étant "contre le droit d'auteur", nous confie notre source ajoutant :"on peut parler avec tout le monde en faisant attention avec qui on s’associe". Cela dit, Mme Comodini-Cachia est perçue comme "favorable au droit d'auteur".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
28 octobre 2016 à 15h19 | Politique

Réforme de l’assiette de l’IS en Europe : le serpent de mer à 28 têtes Verouillé

Au bout de plus de 20 ans de valses-hésitations, la Commission a enfin déposé des propositions concrètes concernant l’uniformisation de l’assiette de l’impôt sur les sociétés (IS). En espérant que les 28 États membres représentés au Conseil parviennent enfin à avancer sur …

28 octobre 2016 à 13h09 | Politique
26 octobre 2016
el

Taxe Youtube, la culture met la pression sur Matignon

Pascal Rogard a écrit au Premier ministre, Manuel Valls pour le convaincre d'apporter...

Pascal Rogard a écrit au Premier ministre, Manuel Valls pour le convaincre d'apporter son soutien à un prochain amendement sur la taxation des services de video sur le Net. La première version de ce texte porté notamment par la député socialiste Karine Berger, avait échoué après un premier vote favorable en commission. Le gouvernement n'avait pas voulu soutenir cet amendement. Pour erreur considère le directeur général de la SACD, qui a rappelé dans son courrier à Manuel Valls que "seuls les services distribuant des oeuvres audiovisuelles et cinématographiques et générant des recettes publicitaires sont aujourd'hui exonérés de toute contribution au financement de la création". Il s'agit pour la SACD d'une "lacune" que le texte venait donc réparé. Il est vrai que si la rue de Valois n'est pas opposée à ce texte, voire même plutôt favorable, notamment sous l'impulsion d'Emilie Cariou, il n'a pas les faveurs de Bercy.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
26 octobre 2016 à 19h17 | Politique
25 octobre 2016
urgent

ITélé : réaction mesurée de la rue de Valois

Finie la "Trumpisation de l'information" ? Audrey Azoulay a réagi enfin au désarroi...

Finie la "Trumpisation de l'information" ? Audrey Azoulay a réagi enfin au désarroi des journalistes de iTélé, qui poursuivent sans relâche un mouvement de grève dont les motivations débordent désormais le cas "Morandini". A une très large majorité, la rédaction de la chaine d'info vote chaque jour la prolongation de la grève qui se transforme petit à petit en procès public contre les méthodes et les visées de l'actionnaire, Vincent Bolloré. Dans ce contexte, la ministre souligne dans ce conflit entre salariés et direction, que des sujets "portent sur des questions qui relèvent du droit du travail. L’Etat ne se défaussera pas de ses responsabilités mais le sujet s’inscrit dans le cadre du droit du travail. Nous étudions toutes les possibilités juridiques, en lien avec le ministère du travail, pour aider à la résolution d’un conflit, qui n’a que trop duré". Les grévistes avaient demandé la nomination d'un médiateur. Un agenda est fixé par la rue de Valois, qui indique "les représentants des salariés d’iTélé seront reçus dans un premier temps à la DIRECCTE (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi)".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
25 octobre 2016 à 12h06 | Politique
21 octobre 2016
el

Les députés rejettent la taxe YouTube

Comme attendu, l'amendement de la loi de finances prévoyant une taxe de 2% sur...

Comme attendu, l'amendement de la loi de finances prévoyant une taxe de 2% sur les revenus des portails de vidéo (gratuits ou payants, de YouTube à Netflix) a été rejeté par les députés. Cet amendement avait été déposé par les députés députés socialistes Karine BergerBruno Le Roux, et Pierre-Alain Muet, sous les applaudissements du monde de la création, et sous les huées des plateformes. Cette mesure était techniquement difficile à adopter et aurait rapporté très peu. Rétrospectivement, on percevra sans doute cet amendement comme une provocation visant à ce que le sujet de la contribution des plateformes à la création soit débattu. Christian Eckert, secrétaire d'Etat chargé du budget, a affirmé qu'une telle taxe ne rapporterait que "deux millions d'euros", alors que Bercy travaillait sur un redressement "500 fois plus élevé que cette somme", rien que pour Google. Le droit commun devrait donc suffire à faire payer des impôts justes aux plateformes : c'est d'ailleurs ce que soutient l'OCDE depuis plusieurs années.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
21 octobre 2016 à 12h04 | Politique
17 octobre 2016
el

Les députés réunissent opérateurs et créateurs contre eux

Après la Scam, c'est au tour de l'ARP de montrer sa désapprobation à...

Après la Scam, c'est au tour de l'ARP de montrer sa désapprobation à l'encontre du vote des députés en commission qui valide une augmentation de la taxe télécom en contre partie d'une redevance revalorisée d'un euro, au lieu de deux. A l'instar de la Scam, l'ARP estime que "les députés diminuent de ce fait les ressources de France Télévisions et d'ARTE France pour 2017, et fragilisent mécaniquement le soutien de ces diffuseurs à la création audiovisuelle et cinématographique". Pour une fois, les opérateurs de télécommunication sont d'accords avec les créateurs. Les opérateurs dénoncent une ponction financière alors que le gouvernement a fixé des objectifs d'investissements pour couvrir le territoire. Les opérateurs illustrent leurs propos : cette taxe depuis sont lancement représente « l’équivalent de 3,8 millions de prises en fibre optique ou d’environ 18 000 installations d’antennes 4G »."

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 octobre 2016 à 18h34 | Politique
14 octobre 2016
urgent

Les députés votent une augmentation de 1 euro seulement de la redevance

Branle-bas le combat à la Scam. La commission des finances de l'Assemblée a...

Branle-bas le combat à la Scam. La commission des finances de l'Assemblée a voté en effet un amendement qui réduit l'augmentation de la redevance audiovisuelle d'un euro, qui est de 137 euros pour l'année 2016. De fait, si le texte passe sans modification, la redevance n'augmenterait que d'un euro à 138 euros, alors que le projet de loi de finance prévoyait donc un coup de pouce de 2 euros. Avec un euro en plus, la redevance compense juste l'inflation sur un an... Or, c'est très embarrassant pour France Télévision souligne la SCAM : "cette augmentation (de la redevance de 2 euros, ndlr)) correspond à la trajectoire financière contenue dans le projet de contrat d’objectifs et de moyens (COM) de France Télévisions pour les trois ans à venir. Ce projet de COM a par ailleurs recueilli un avis favorable de la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale". Et selon la Scam, l'augmentation de 0,1% de la taxe sur les opérateurs télécom, "ne saurait pour autant assurer sa stabilité dans la durée".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
14 octobre 2016 à 16h52 | Politique
13 octobre 2016
el

Taxe YouTube : l’UPFI remet les pendules à l’heure

Le produit de la taxe dite YouTube dont le texte est portée par...

Le produit de la taxe dite YouTube dont le texte est portée par les députés socialistes devrait revenir essentiellement à la musique. L'Asic avait déjà utilisé cet argument, il est repris par l'UPFI dans un communiqué. Le syndicat des producteurs indépendants rappelle à juste titre que "les clips sont les contenus vidéo les plus fréquemment regardés par les internautes : 40 000 vues / jour en moyenne, suivis de très loin par les films (10 000 vues / jour)". De fait, l'UPFI réclame sa part du gâteau sur la taxe. "Alors que le secteur musical constitue la 2e industrie culturelle en France et que nos artistes rayonnent plus que jamais à l’international, il serait incompréhensible et inéquitable que la représentation parlementaire et le Ministère de la Culture ne tiennent pas compte de cette réalité", souligne l'UPFI. Cependant, le produit de la taxe s'élèverait à 70millions d'euros pour le CNC, selon les auteurs de cet amendement. Un calcul qui semble très loin de la réalité si l'on se réfère à l'étude de Roland Berger, dont nous avons fait l'analyse. En tout les portails video générent 115 millions d'euros de chiffre d'affaires par an. Si l'assiette de la taxe ne prend pas en compte les vidéos sans rapport avec les contenus culturels, elle se réduit encore : selon Roland Berger, c'est un quart des revenus. Soit, la taxe YouTube générerait donc 760 000 euros par an... Le texte va cependant plus loin en proposant aussi d'instaurer une taxe sur la location et la vente de programmes audiovisuels, ce qui mettrait dans le même panier Netflix et iTunes Video, ou le futur Amazon Video. Une partie qui représenterait le gros du produit de la taxe. Enfin, à noter que cet article vise essentiellement à une discussion sur le sujet entre les parlementaires.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
13 octobre 2016 à 16h20 | Politique
web

Foot – Droits TV – Quand François Hollande a «sauvé» Canal + – L’equipe

Dans leur livre Un président ne devrait pas dire ça... (Stock, à paraître...

Dans leur livre Un président ne devrait pas dire ça... (Stock, à paraître ce jeudi), les auteurs Fabrice Lhomme et Gérard Davet, journalistes du Monde, révèlent que François Hollande a oeuvré afin qu'il y ait un partage des droits de la L1 entre beIN Sports et Canal +..;

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
13 octobre 2016 à 11h57 | Politique

Taxe sur les revenus des plateformes : retour du gloubiboulga politique Verouillé

Avec les débats sur la loi de finances, c’est le retour de propositions de taxes ciblées sur les plateformes numériques. Basées sur une sorte d’abandon de l’espoir de faire payer un jour les taux d’imposition normaux à certains géants du web – …

13 octobre 2016 à 11h46 | Politique
7 octobre 2016
web

Netflix CEO on Trump: ‘It’s so bad for America if he wins’ – CNNMoney

Netflix's CEO isn't very chill when it comes to the idea of a...

Netflix's CEO isn't very chill when it comes to the idea of a Trump presidency...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
07 octobre 2016 à 16h49 | Politique
4 octobre 2016
el

Bernard Mourad quitte Altice Media Group

Arrivé dans le groupe Altice par l'intermédiaire de quelques coups et rachats, l'ancien...

Arrivé dans le groupe Altice par l'intermédiaire de quelques coups et rachats, l'ancien banquier Bernard Mourad quitte le navire pour embarquer sur la campagne d'Emmanuel Macron. C'est l'information révélée par Challenges. La position de Bernard Mourad à la tête d'Altice Media Group n'avait plus rien de confortable depuis l'intégration de l'entité à SFR, et la nomination d'Alain Weill à la tête de l'ensemble des médias du groupe, presse écrite, radio, audiovisuel.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 octobre 2016 à 16h20 | Politique
3 octobre 2016
web

Le Conseil national du numérique donne à son tour l’alerte – Les Echos

Dans un entretien, Mounir Mahjoubi, président du CNNum, juge la négociation déséquilibrée au...

Dans un entretien, Mounir Mahjoubi, président du CNNum, juge la négociation déséquilibrée au profit des géants américains du secteur...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 octobre 2016 à 18h52 | Politique
28 septembre 2016
web

La Commission européenne veut obliger les lobbyistes de l’UE à s’enregistrer – Romandie

Bruxelles - La Commission européenne a proposé lundi, dans un effort de transparence...

Bruxelles - La Commission européenne a proposé lundi, dans un effort de transparence après des scandales impliquant deux anciens commissaires, d'étendre l'obligation pour tout lobbyiste de s'enregistrer avant d'avoir accès aux décideurs des...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
28 septembre 2016 à 18h50 | Politique
urgent

Isabelle de Silva proposée par l’Elysée pour la présidence de l’autorité de la concurrence

Isabelle de Silva devrait succéder à la présidence de l'Autorité de la Concurrence,...

Isabelle de Silva devrait succéder à la présidence de l'Autorité de la Concurrence, et prendre la suite de Bruno Lasserre. C'est maintenant au Parlement de se prononcer. Membre de l'autorité, et conseillère d'Etat, Isabelle de Silva a connu le cabinet de Catherine Trautmann à la rue de Valois, puis celui de l'écologie en 2009.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
28 septembre 2016 à 18h07 | Politique

François Hollande s’achète le soutien de la culture Verouillé

A 6 mois de l’élection présidentielle, François Hollande veut s’assurer un meilleur soutien du monde de la culture grâce à un budget en augmentation pour la rue de Valois, qui vient rattraper des années de disette. La ficelle est grosse, mais …

28 septembre 2016 à 17h26 | Politique
21 septembre 2016
web

Marc Jaeger réélu président du Tribunal de l’Union européenne – Paperjam.lu

À la suite du renouvellement partiel des membres du Tribunal de l’Union européenne,...

À la suite du renouvellement partiel des membres du Tribunal de l’Union européenne, M. Marc Jaeger, président du Tribunal de l’Union européenne depuis le 17 septembre 2007, a été élu, par ses pairs, pour un quatrième mandat couvrant la période du 20 septembre 2016 au 31 août 2019...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
21 septembre 2016 à 17h13 | Politique
20 septembre 2016
el

Android devant la commission UE : Google obtient une rallonge

Google aura 3 semaines de plus pour peaufiner son dossier avant de plaider...

Google aura 3 semaines de plus pour peaufiner son dossier avant de plaider la cause d'Android devant les commissaires de Bruxelles. La commission vient en effet d'accéder à la requête de la maison mère du système d'exploitation pour les mobiles qui demandait plus de temps. Google devait en effet déposer les termes de sa défense ce jeudi. La commission accuse Google de pratiques déloyales avec Android (retrouvez notre article sur cette affaire).

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
20 septembre 2016 à 18h00 | Politique
19 septembre 2016
urgent

Bruno Lasserre quitte l’Autorité de la concurrence

Le président de l'Autorité de la concurrence rejoint le Conseil d'Etat. L'information a...

Le président de l'Autorité de la concurrence rejoint le Conseil d'Etat. L'information a été révélée ce matin par la lettre de l'Expansion, et elle est confirmée en interne. Le président quitte donc l'institution à la fin du mois. Il avait lui-même annoncé qu'il quitterait l'Autorité avant la fin de son troisième mandat, rappelle la lettre spécialisée.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2016 à 13h07 | Politique
16 septembre 2016
el

Apple en Irlande : Margrethe Vestager ne joue pas en défense

Dans le cas des taxes non payées par Apple en Irlande, Margrethe Vestager...

Dans le cas des taxes non payées par Apple en Irlande, Margrethe Vestager ne joue pas en amateur et l'a rappelé lors d'une interview livrée à nos confrères de Euractiv. Parlant de l'appel formé par Apple et l'Irlande, elle a prévenu : "nous avons préparé le cas pour qu’il soit le plus solide possible. J’ai demandé à mes équipes de changer d’angle et de mettre à l’épreuve le dossier aux arguments de l’opposition." Après l'appel, si la décision de la Commission est confirmée, elle déclare qu' "il n’y aura plus de remise en question. Aux yeux des États membres et des autres sociétés, notre position sera renforcée." Margrethe Vestager a également rappelé que plusieurs cas concernant d'autres sociétés américaines, dont Amazon et Mc Donalds, sont en cours d'examen, mais a souligné qu'il n'y avait là rien de politique et que "la grande majorité de nos décisions concernent des sociétés européennes, et pas nécessairement pour des questions fiscales."

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 septembre 2016 à 18h16 | Politique