el

3 millions de « Kickstarteurs »!

C’est un pic, c'est un cap, que dis-je, c'est.... La consécration du crowdfunding!...

C’est un pic, c'est un cap, que dis-je, c'est.... La consécration du crowdfunding! On apprend aujourd'hui que le nombre de personnes ayant financé un projet sur le site Kickstarter, numéro 1 sur ce type de financement participatif s'élève à 3 millions. D'autres chiffres ont été donnés par le site, qui fêtait aussi son lancement en Grande Bretagne: 78 497 projets ont été lancés grâce au site et ont levé 362 millions de dollars de donations, 3 242 projets sont actuellement en cours, et le taux de succès des campagnes de levées de fonds est de 49,7%, 32 930 projets ont donc été couronnés de succès dont 17 qui sont parvenus à lever plus d'un million de dollars. On constate donc que le taux d'échec reste assez élevé, en raison peut-être de campagnes pas suffisamment pensées en amont, puisqu'en plus de définir un objectif précis, il faut élaborer une stratégie de récompense des donateurs et savoir faire vivre sa campagne, notamment en communiquant dessus sans arrêt afin d'éviter "l'effet U" qui veut que les donations s’essoufflent après le lancement.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
27 novembre 2012 à 10h36 | Web 1,2,3
26 novembre 2012
el

eBay poursuivi par le ministère de la justice d’Obama pour avoir passé des accords de non-embauchage

S'il y a une chose que la justice américaine ne prend pas à...

S'il y a une chose que la justice américaine ne prend pas à la légère, c'est bien les accords entre entreprises qui ont pour effet d'empêcher les salariés de trouver du travail ailleurs. Et eBay vient de se faire prendre la main dans le sac par le Justice Department, qui entame des poursuites contre le site d'enchères, pour s'être arrangé avec Intuit Inc, spécialiste des logiciels financiers, pour qu'aucune des parties n'engage les employés de l'autre. Or les accords de non-embauchage sont interdits aux Etats-Unis, comme dans la plupart des pays occidentaux, car ils enlèvent aux salariés des possibilités de trouver du travail ailleurs et de faire jouer la concurrence entre employeurs. L'enquête vient juste de commencer, mais le ministère de la justice de Washington affirme d'ores et déjà savoir que l'accord passé au détriment des salariés des deux entreprises était non seulement totalement illégal, mais appliqué religieusement d'un côté comme de l'autre. Reste à voir si l'annonce des poursuites encouragera des "whistleblowers" à contacter le ministère avec des preuves d'arrangements similaires d'eBay avec d'autres entreprises... Ce n'est donc que le début de l'affaire.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
26 novembre 2012 à 12h18 | Web 1,2,3
22 novembre 2012
el

Le plaidoyer de Google pour le numérique britannique

Le vice président de Google pour l'Europe du Nord, Matt Brittin, publie ce matin...

Le vice président de Google pour l'Europe du Nord, Matt Brittin, publie ce matin dans le Telegraph un vibrant plaidoyer en faveur de l'innovation en Grande-Bretagne, un pays très avancé mais dont le leadership serait menacé par la montée des marchés émergents, un éventuel changement de fiscalité et un manque de formation. Alors qu'une enquête est en cours sur les pratiques fiscales de Google, d'Amazon et d'autres multinationales au Royaume Uni et que les "members of Parliament" se penchent sur la question d'une taxe spéciale, Matt Brittin estime que l'histoire d'innovation du pays pourrait bien s'en trouver menacée. Il explique par ailleurs que les bases de la loi fiscale reposent sur une taxation dans le pays où les produits sont développés, et non pas dans celui où ils sont consommés "c’est pour ça que Google, qui a été développé aux Etats-Unis, paye la majorité de ses impôts là bas." D'autre part, s'il reconnaît que les entreprises de technologie génèrent des profits, ils estime qu'elles " offrent beaucoup plus de valeur aux consommateurs, aux entreprises et au secteur public". Google serait donc un bon samaritain à qui il ne faudrait pas trop tirer la couverture... Avec 10% du PIB projeté de la Grande Bretagne provenant du secteur des nouvelles technologies, le pays est certes bien placé, mais n'exploite pas encore tout son potentiel selon Matt Brittin: "seul une PME ou TPE sur trois est présente sur le web et elles ne sont qu'une sur sept à vendre leurs produits ou services en ligne, passant à côté de milliards de livres sterling potentielles de revenus supplémentaires." Il rappelle aussi les propos du CEO d'IBM UK l'an dernier  qui avait affirmé ne pas trouver de personne adaptée pour un cinquième des emplois créés. Il faut dire que les diplômés en informatique au sens large ne représentent que 0.5% des "A Levels" britanniques  et qu'il existe donc un vrai manque à gagner en termes d’emplois. Pis, selon Matt Brittin "16 millions de britanniques adultes ne savent pas envoyer ou recevoir un mail, et 8 millions disent même ne jamais avoir utilisé le web", un constat "alarmant". Le vice président de Google pour l'Europe du Nord en appelle donc au gouvernement britannique, afin de "placer Internet au coeur de nos projets industriels, éducationnels et économiques".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
22 novembre 2012 à 11h18 | Web 1,2,3
20 novembre 2012
el

L’iTV pour novembre 2013

Cette fois Gene Munster, le célèbre analyste de chez Pipper Jaffray y tient....

Cette fois Gene Munster, le célèbre analyste de chez Pipper Jaffray y tient. Apple va lancer sur le marché un téléviseur de nouvelle génération proposant une expérience inédite de Tv connectée - nom de code iTV -, mais ce sera en novembre 2013. L'analyste a réalisé cette prévision en s'appuyant sur les rapports émanant des sociétés de production et les câblo-opérateurs américains. Ces derniers n'ont toujours pas trouvé d'accord avec Apple. Enfin, le calendrier des produits Apple laisserait une bonne place pour un produit de ce genre quelques semaines avant Noël. Rappelons que l'Apple TV, le boitier commercialisé depuis plusieurs années, s'est vendu à hauteur de 4 millions d'exemplaires dans sa dernière version. Les concurrents d'Apple, comme Google et Microsoft n'ont pas réussi pour l'instant à fédérer le grand public avec leurs offres.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
20 novembre 2012 à 20h09 | Web 1,2,3
el

Kaltura lève 25 millions pour la vidéo en ligne

La start-up  de gestion de vidéos en ligne Kaltura vient de boucler une...

La start-up  de gestion de vidéos en ligne Kaltura vient de boucler une levée de fonds D à 25 millions de dollars, en provenance, entre autres, de Mitsui Global Investment, Orix Ventures, Nexus Venture Partners, Intel Capital, 406 Ventures et Avalon Ventures. L'objectif, et la présence de Mitsui est de bon augure de ce point de vue, un développement   sur le marché Asie-Pacifique. Concurrente d'autres plateformes similaires, Kaltura se distingue toutefois par une plateforme open-source utilisable gratuitement par les entreprises, et une structure modulable qui permet aux clients d'acheter les parties du programme qui lui sont utiles plutôt qu'un package complet, lourd et dispendieux. Un service sur mesure et semi-ouvert, donc, qui fait toute la différence face à Brightcove, Ooyala ou la "Platform" de Comcast, ses principaux concurrents. Le fait de pouvoir utiliser Kaltura en ligne ou derrière un pare-feu pour plus de sécurité aura finit de convaincre les acteurs qui lui font confiance : agences gouvernementales, institutions académiques etc. Last but not least, Kaltura possède sa propre communauté de quelque 40 000 développeurs. Fondée en 2007, la start-up a déjà levé 70 millions de dollars et emploie actuellement 200 personnes. 25% de ses ventes se font par un revendeur tiers, en raison de son grand succès auprès des entreprises.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
20 novembre 2012 à 12h00 | Web 1,2,3
19 novembre 2012
el

Free créerait des emplois mais en dehors du secteur des télécoms

L'étude tombe à point nommé. Selon deux économistes qui ont travaillé sur le...

L'étude tombe à point nommé. Selon deux économistes qui ont travaillé sur le sujet à la demande de l'opérateur, l'arrivée de Free Mobile a créé entre 16 000 et 30 000 emplois, en grande majorité en dehors du secteur des télécoms. L'étude montre que la concurrence accrue impliquée par les offres à bas coût de Free Mobile a permis de libérer une partie du pouvoir d'achat de ses abonnés. De l'argent qui est alors investi dans l'économie par le biais de la consommation ordinaire des ménages. L'effet serait aussi notable chez abonnés des offres concurrentes de Free Mobile lancée par Orange, SFR ou Bouygues. Free avait été l'objet d'un rapport parlementaire très critique de la part de la Corinne Erhel qui désigne l'opérateur comme le facteur de destabilisation de ce secteur. Ce qui n'est pas incompatible avec celui des deux économistes dépêchés par Free, lui-même. Free avait aussi indiqué avoir créé des emplois en interne avec cette nouvelle activité.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 novembre 2012 à 12h04 | Web 1,2,3
16 novembre 2012
el

Google veut continuer de dépenser de l’argent dans les télécoms

Le Wall Street Journal assure que la société Dish Network Corp., un opérateur de...

Le Wall Street Journal assure que la société Dish Network Corp., un opérateur de télévision par satellite américain, était en discussion avec Google. La firme de Mountain View réfléchirait à la possibilité de lancer un service de téléphone mobile. Google a déjà lancé une offre de fournisseur d'accès Internet sur un réseau fibré. Ce serait donc la seconde corde de l'arc des télécoms conçut par Google. Les discussions en seraient cependant qu'au début.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 novembre 2012 à 20h18 | Web 1,2,3
el

Hadopi / Vie privée : dossier classé à la CNIL

La Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL), chargée, entre autres, de veiller au respect de...

La Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL), chargée, entre autres, de veiller au respect de la vie privée des Français sur le web, vient d'annoncer la clôture des procédures à l'encontre des sociétés de perception et de répartition des droits d'auteurs (SPRD). Dans le cadre de la Hadopi, la société TMG est employée comme sous-traitant par  la SCPP, la SACEM, la SDRM, la SPPF et l’ALPA afin de relever automatiquement les adresses IP des internautes s'étant rendus coupables de téléchargement ou partage de fichiers piratés. Problème : TMG ne protégeait pas de manière suffisante les données collectées (25 000 adresses IP par jour, tout de même). D'ailleurs, la CNIL le dit aujourd'hui dan son communiqué, des mises en demeure avaient été envoyées à ce sujet en juin 2011. Depuis, "de nombreuses mesures correctives ont permis d'assurer la conformité du traitement" explique la CNIL, qui semble donc se satisfaire des "procédures mises en œuvre pour améliorer la sécurité de leur système d'information [aux SPRD, ndlr]". Aucune sanction n'a été prononcée, et le dossier est désormais bel et bien clôt.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 novembre 2012 à 16h01 | Web 1,2,3
14 novembre 2012
el

Facebook fait face au fisc français

Après Google, Apple et plus récemment Amazon, voilà qu'on apprend que le dernier...

Après Google, Apple et plus récemment Amazon, voilà qu'on apprend que le dernier des "GAFA" est aussi visé par une enquête du fisc français, décidément remonté à bloc face aux géants du numérique, et qui semble oublier, c'est surprenant, les "optimisations" pratiquées par les entreprises dans d'autres domaines. Selon une information de L'Expansion, "la Direction nationale des enquêtes fiscales et les Douanes ont procédé cet été à une perquisition du nouveau siège parisien de Facebook". Des documents auraient été saisis, et ce afin de "recalculer les montants de l'impôt sur les sociétés et de la TVA dus par le réseau social". Il faut dire qu'en 2010, alors que Facebook enregistrait 1,55 milliard d'euros de chiffre d'affaires mondial, seuls 2,8 millions étaient déclarés en France. Pis, en 2011, Facebook n'a pas publié ses résultats pour la France, tandis qu'un cabinet estimait que l'entreprise de Mark Zuckerberg sous évaluait ses revenus britanniques, les divisant par huit et déclarant le reste en Irlande, terre d'accueil fiscale par excellence pour les multinationales soucieuses d'optimisation.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
14 novembre 2012 à 10h46 | Web 1,2,3
13 novembre 2012
el

Finalement Google ne s’intéresse pas vraiment aux chaînes sur YouTube

L'information a de quoi surprendre. Google s'apprêterait à faire le ménage dans les...

L'information a de quoi surprendre. Google s'apprêterait à faire le ménage dans les chaînes proposées sur son portail YouTube. Seraient concernées les "chaînes" proposées en partenariat avec des médias, ce que l'on peut considérer comme une offre professionnelle du portail de vidéo, au milieu des contenus proposés par les internautes.  Google avait investi près de 100 millions de dollars dans ce bouquet, mais seulement 30 à 40% des chaînes pourront continuer de bénéficier de cette aide financière. Le site AllThingD indique que l'aide devrait être entre 1 et 5 millions de dollars par chaîne restante. Google avait lancé près de 160 chaînes en un an, et certaines arrivent d'ailleurs en France. Le moteur de recherche indique travailler en fonction de la performance des chaînes, autant sur le marché publicitaire que pour leurs audiences.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
13 novembre 2012 à 14h22 | Web 1,2,3
el

Google music se relance, les labels ne décolèrent toujours pas

Google Music se lance enfin sous nos contrées européenne... Pardon se relance, car...

Google Music se lance enfin sous nos contrées européenne... Pardon se relance, car ce service de téléchargement et de stockage de musique sur le réseau accessible à partir des mobiles sous Android, en partie, était déjà accessible en France, Royaume-Uni, Espagne, Italie ou encore en Allemagne. Problème, il n'a pas du tout suscité l'intérêt des consommateurs. Google propose une explication : Google Music n'était pas assez attrayant, il faut donc proposer une nouvelle version avec plus de titres disponibles (l'arrivée de Warner Music) et des capacités de stockage plus importantes. Certainement un progrès dans le bon sens, cependant, aux Etats-Unis Google Music a déjà ce niveau de configuration et l'effet positif se fait toujours attendre. Pour être clair, Google Music n'est pas la panacée dans un univers concocté par Mountain View nimbé de gratuité et de système D à tous les étages. L'implantation des services payants dans le public cible de Google ne se fait pas, ou peu. Selon le British Phonographic Industry, "tout cela n'a aucun sens" tant que Google n'élimine pas les liens vers les fichiers pirates dans son moteur de recherche.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
13 novembre 2012 à 12h15 | Web 1,2,3
12 novembre 2012
el

Nielsen rachète SocialGuide

Nielsen et McKinsey viennent d'annoncer le rachat d'une société new-yorkaise travaillant sur les...

Nielsen et McKinsey viennent d'annoncer le rachat d'une société new-yorkaise travaillant sur les aspects "sociaux" de la télévision. SocialGuide, c'est son nom, recueille les informations de plus de deux cent networks américains, que ce soit en anglais comme en espagnol. Avec cette acquisition la joint venture entre Nielsen et McKinzey est désormais capable d'analyser 50% de l'audience "sociale" des chaînes de télévision en amérique du nord.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
12 novembre 2012 à 16h58 | Web 1,2,3
9 novembre 2012
el

L’action Groupon chute après la publication de résultats encore plus décevants que prévu

Décidément Groupon déçoit. Ses résultats, annoncés aujourd'hui, avaient été largement anticipés par le...

Décidément Groupon déçoit. Ses résultats, annoncés aujourd'hui, avaient été largement anticipés par le marché, mais sont encore plus décevants que ne l'avaient prévu les analystes. Le spécialiste du "coupon" en ligne, qui permet aux consommateurs d'acheter des services à prix réduits, a vu son action perdre 25% en quelques heures, atteignant les 2,93 dollars. Cette chute est d'autant plus considérable que l'action Groupon avait été introduite en bourse au prix de 20 dollars il y a tout juste un an, ce qui représente une terrible perte de capitalisation boursière. Les revenus globaux de Groupon ont diminué de 10% par rapport au second trimestre 2012, confirmant la tendance à la baisse du marché des coupons, et ce malgré des promesses de croissance à l'international par la société américaine. Il est possible que la crise économique y soit pour quelque chose, mais on ne peut pas non plus ignorer le fait que de nombreux commerçants ayant eu recours aux services de Groupon, en particulier en Europe, ont regretté l'expérience, ce qui a été à l'origine d'une mauvaise presse pour la compagnie. Le CEO Andrew Mason a d'ailleurs dit qu'il s'attaquerait personnellement à ces "problèmes d'exécution" et que la société mettrait désormais plus l'accent sur la satisfaction des commerçants avec lesquels elle travaille.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 novembre 2012 à 15h22 | Non classé, Web 1,2,3
7 novembre 2012
el

Apps musicales sur Facebook : 22 milliards d’utilisations en un an

Un an après le lancement de sa Timeline et l'ouverture aux développeurs de son "Open...

Un an après le lancement de sa Timeline et l'ouverture aux développeurs de son "Open Graph", Facebook fait le bilan, en mettant l'accent sur les applications dédiées à la musique, parmi les plus populaires. Car en dehors de Spotify et Deezer, les très gros noms du streaming musical, bien d'autres compagnies ont collaboré avec Facebook afin de donner une visibilité sociale aux écoutes sur leurs sites, afin, bien sûr, de récolter plus de clics, voire de glaner de nouveaux clients. Et le résultat est clairement à la hauteur des attentes (quantitatives, du moins), puisque depuis septembre 2011, 62.6 millions de chansons ont été écoutées 22 milliards de fois au travers d'applis dédiées à la Timeline Facebook (soit l'équivalent de 210 000 années de musique!). Impossible, évidemment, de chiffrer les retours en termes de monétisation pour les différents développeurs et surtout les ayant droit, mais on peut supposer que cette nouvelle manière de découvrir la musique par le biais des recommandations d'amis constitue une vraie valeur ajoutée. Il faut rappeler que les services de streaming n'ont pas très bonne presse en ce moment, et de nombreux artistes ont refusé d'être disponibles sur Spotify. Dernière en date, la chanteuse américaine Taylor Swift, qui a pourtant vendu près de 2 millions d'albums en une dizaine de jours.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
07 novembre 2012 à 14h57 | Web 1,2,3
6 novembre 2012
el

Deezer se renforce en Amérique latine

On apprenait en octobre que Deezer allait accélérer son expansion à l'international, à...

On apprenait en octobre que Deezer allait accélérer son expansion à l'international, à l'exception notable des Etats-Unis, un marché juteux, mais dont Axel Dauchez prévoyait un déclin dans les années à venir. Mais si les USA restent à conquérir, l'Amérique du Sud, elle, est courtisée depuis des mois par le petit frenchie du streaming musical, qui est arrivé en juin dans 35 pays du sous continent. Et Deezer renforce aujourd'hui son emprise sur ces territoires, en signant deux partenariats avec des acteurs locaux. Un  premier accord le lie avec l'opérateur de téléphonie mobile Millicom, présent dans 13 pays et qui permet aujourd'hui à l'entreprise française d'être la première sur les offres musicales sur mobile dans 6 d'entre eux (Honduras, Colombie, Paraguay, Guatemala, Bolivie et Salvador) et rendant, dans ces pays, le catalogue Deezer accessible sur iOS, Android, Windows Phone et  BlackBerry. Deuxième accord potentiellement très profitable pour Deezer : celui avec StarMedia, un portail de contenus extrêmement populaire en Amérique latine, et qui hébergera sous peu, en une, des playlist brandées Deezer, lui apportant certainement des dizaines de milliers de clics, et donc des revenus publicitaires.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 novembre 2012 à 14h47 | Web 1,2,3
5 novembre 2012
el

Free – Orange : Le gouvernement en itinérance de concurrence

Comme prévu le gouvernement vient de saisir l'autorité de la concurrence concernant le...

Comme prévu le gouvernement vient de saisir l'autorité de la concurrence concernant le contrat d'itinérance signé entre Orange et Free. Il s'agit d'un accord entre les deux sociétés qui permet à la filiale d'acheminer les appels de ses clients mobiles par le réseau Orange 3G. Ce contrat serait de plus d'un milliard d'euros, mais le gouvernement s'inquiète des conditions concurrentielles faites à Free par Orange. Cette opération portes ouvertes de la communication du gouvernement a été décidée après les plaintes des autres opérateurs mobiles, qui ont vu arrivée les offres très compétitives de Free Mobile débouler dans un modèle particulièrement rentable. L'autorité doit rendre ses conclusions en début d'année, et le gouvernement doit en profiter pour édicter de bonnes règles en la matière.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
05 novembre 2012 à 19h09 | Web 1,2,3
el

La pilule empoisonnée de Netflix

Ce Week-end, on apprenait que le financier Carl Icahn s'était emparé de 10%...

Ce Week-end, on apprenait que le financier Carl Icahn s'était emparé de 10% du capital de Netflix. Carl Icahn est surtout connu pour faire des coups en prenant des participations importantes dans les sociétés qu'il estime sous évaluée, pour ensuite leur imposer une vente forcée, la plupart du temps. Le milliardaire avait dernièrement tenté, en vain, de faire plier le conseil d'administration de Disney. Face à cette menace, le conseil d'administration de Netflix a donc voté dans la précipitation un pacte entre ses actionnaires qui devrait dissuader d'autres investisseurs. Ce plan, dit "poison pill", permet à chaque actionnaire actuel d'obtenir un droit pour le rachat d'actions à des conditions préférentielles qui automatiquement fait augmenter la valeur de la société pour un financier venu de l'extérieur. Ce plan devrait prendre fin en 2015.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
05 novembre 2012 à 16h53 | Web 1,2,3
30 octobre 2012
el

Audience : La mesure hybride inodore de Médiamétrie

Elle était attendue comme le nouveau messie de la mesure d'audience. Finies les...

Elle était attendue comme le nouveau messie de la mesure d'audience. Finies les jérémiades, les sous-entendus rageurs et les perfidies, avec la nouvelle méthodologie mêlant résultats d'un panel et les chiffres OJD de fréquentation des sites, l'audience Internet allait être "propre". Médiamétrie a donc présenté aujourd'hui son nouvel outil, et il est peu dire que  la déception fut importante. Pour illustrer les effets de sa mesure régénérée, Médiamétrie a présenté un tableau des audiences du mois d'août, et sans surprise les chiffres sont similaires à ceux de l'outil NetRatings ancienne formule. Le Figaro est en tête avec 8,77 millions de visiteurs uniques, devant les 7,1 millions du Parisien, et enfin Le Monde est troisième avec 6,8 millions (dont les 2,1 millions du Huffington Post français). Alors de deux choses l'une, soit le NetRatings ancienne formule était suffisant, et on se perd en conjecture pour comprendre la nécessité de Médiamétrie de changer, soit au contraire, la continuité des résultats montre bien que justement rien ne change au royaume des audiences. Les prochains mois nous en apprendrons plus sur la réalité des changements induits par ce nouvel outil.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
30 octobre 2012 à 18h23 | Web 1,2,3
el

SFR rachète Numéricable, mais fusionne avec Free, qui vient de reprendre Bouygues Télécom

Les banques d'affaires s'en donnent à coeur joie ! Alors qu'il y a...

Les banques d'affaires s'en donnent à coeur joie ! Alors qu'il y a quelques semaines on apprenait que SFR et Numéricable discutaient d'un possible rapprochement, voilà qu'hier Les Echos affirmait que des discussions semblables existaient aussi entre SFR et Free - Capital avait aussi évoqué cette hypothèse... A l'évidence, les banques d'affaires profitent de la cette période troublée vécues par les opérateurs de télécommunication pour lancer "des ballons sondes", du moins des hypothèses qui sont ensuite évaluées à l'effet produit sur les cours de bourse. Une pratique qui avait été très utilisées lors de la bulle économique du Net au début des années 2000. Cela dit, il parait vraisemblable que chacune de ces sociétés, que ce soit SFR, Bouygues Télécom et Numéricable sont aujourd'hui à la recherche d'une solution, et la vente ou un rapprochement est envisagé. Free a cependant prudemment démenti...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
30 octobre 2012 à 15h10 | Web 1,2,3
25 octobre 2012
el

Médiamétrie, la mesure hybride du Web est là !

Alléluia ! Il est là ... presque. Médiamétrie vient d'annoncer officiellement la lancement...

Alléluia ! Il est là ... presque. Médiamétrie vient d'annoncer officiellement la lancement de la mesure hybride de l'audience sur le Net. "Les résultats site-centric utilisés par Médiamétrie//NetRatings sont issus des mesures certifiées par l’OJD, de la mesure Médiamétrie-eStat, et d’un tag light proposé aux acteurs ne disposant pas d’une mesure site-centric certifiée ", explique Médiamétrie pour décrire sa nouvelle méthodologie, dont nous avions déjà parlé ici même. Les premières audiences seront publiées le 30 octobre prochain, il s'agira des audiences du mois d'août 2012 des sites de l'internet français.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
25 octobre 2012 à 18h43 | Web 1,2,3
el

Fleur Pellerin remet la fibre au premier plan

La ministre déléguée à l'Economie numérique a affirmé que la fibre restait le...

La ministre déléguée à l'Economie numérique a affirmé que la fibre restait le socle du déploiement et la priorité du gouvernement pour le très haut débit. Fleur Pellerin répond en cela aux inquiétudes des collectivités locales et de différentes organisations. Il y a quelques semaines, Fleur Pellerin avait semé le doute en expliquant que la fibre, devant les difficultés des opérateurs et le peu d'appétit des foyers, pouvait très bien être remplacée par un mixte entre VDSL2 et la 4G mobile. Finalement, ce sera la fibre pour tous dans un délai relativement court sur l'ensemble du territoire : 2022. Un plan dit "Delta Fibre" doit être bientôt présenté.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
25 octobre 2012 à 13h12 | Web 1,2,3
23 octobre 2012
el

La FTC publie ses recommandations sur l’usage de technologies de reconnaissance faciale

Tout comme l'Europe, les Etats-Unis se préoccupent de développer des usages raisonnables en...

Tout comme l'Europe, les Etats-Unis se préoccupent de développer des usages raisonnables en matière de reconnaissance faciale, technologie qui peut poser des problèmes de protection de la vie privée.  En Europe, la réponse tend plutôt à aller vers une limitation stricte de leur utilisation, comme on l'a vu avec le bras de fer entre Facebook et l'autorité Irlandaise de protection des données personnelles, qui a fini par aboutir à la désactivation de la reconnaissance faciale pour tous les nouveaux usagers européens du réseau social. Les Etats-Unis semblent plutôt s'orienter vers une solution de négociation à l'anglo-saxonne, comme le montrent les recommandations en la matière publiées hier par la Federal Trade Commission. La commission appelle les utilisateurs de technologies de reconnaissance, dont fait partie Facebook, à mettre au point leurs services en ayant à l'esprit les problématiques de protection de la vie privée. Il leur est demandé de prévenir clairement leurs utilisateurs qu'ils peuvent reconnaitre leur visage et le taguer sur des photos, ainsi que de stocker l'information rassemblée grâce à cette technologie de manière suffisamment cryptée, et, enfin, de ne pas utiliser la technologie du tout quand c'est trop risqué, par exemple pour des sites utilisés par des enfants.
Partagez sur Facebook
Image du lien direct
23 octobre 2012 à 12h03 | Non classé, Web 1,2,3
22 octobre 2012
el

Beaucoup d’applis Android ont des fuites de données personnelles

Une équipe de chercheurs allemands a testé la protection des données privées sur...

Une équipe de chercheurs allemands a testé la protection des données privées sur plus de 13000 applis Android, et le résultat n'est pas brillant. Près de 8% de ces applications pour smartphones présentent des failles dans la protection de données personnelles sensibles, telles que les identifiants pour réseaux sociaux ou les détails bancaires. Autrement dit, ces données sont facilement accessibles à des hackers moyennement habiles, car pas suffisamment chiffrées. Google n'a pas encore commenté cette affaire.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
22 octobre 2012 à 17h39 | Web 1,2,3
18 octobre 2012
el

Google fait pression sur le gouvernement français

Google est allergique aux taxes et paiements en tout genre et l'aurait fait...

Google est allergique aux taxes et paiements en tout genre et l'aurait fait savoir au gouvernement français. C'est du moins ce qui ressort d'une dépêche AFP largement reprise par les réseaux sociaux cette après-midi. Google aurait envoyé plusieurs courriers au gouvernement de Monsieur Ayrault, le menaçant de retirer les médias français de son moteur de recherche si le projet de loi permettant de faire payer des droits d'auteur à Google pour toute reprise de contenu d'actualité n'est pas abandonné. Rappelons que dans la structure de Google, tout est fait pour que les revenus du moteur de recherche devenu régie publicitaire échappent le plus possible au "taxman", et en particulier ses revenus européens. Grâce à des charges d'exploitation énormes qu'elle fait payer à sa filiale de Dublin au travers de sa filiale des Bermudes, Google a réduit énormément son chiffre d'affaires sur le vieux continent, et paie donc très peu de taxes.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 octobre 2012 à 17h07 | Web 1,2,3
el

Twitter : NRJ et la multiplication des crânes d’oeuf – #Gratuit

(publié le 9 octobre) Le groupe NRJ s'en félicite. La radio, déjà la...

(publié le 9 octobre) Le groupe NRJ s'en félicite. La radio, déjà la plus populaire de France selon les derniers sondages de Médiamétrie, est aussi la plus puissante sur les réseaux sociaux, avec 1 655 000 inscrits sur sa page Facebook et quelques 860 700  followers abonnés à son compte Twitter (@nrjhitmusiconly). On sait combien ces chiffres sont importants pour un média, et tout particulièrement une radio comme NRJ, dont la présence sur le Net est très ancienne. On sait aussi malheureusement combien ces chiffres sont sujets à caution, et parfois ne sont que l'expression d'un gonflage artificiel des données grâce à des agences spécialisées - à ce stade rien ne permet d'affirmer que NRJ en a utilisé. Ainsi, un rapide coup d'oeil sur les centaines de milliers d'abonnés au compte Twitter d'NRJ ne dissipe pas les doutes, bien au contraire. La présence d'une grosse proportion de "crânes d'oeuf", est synonyme de comptes artificiels, grossissant les chiffres. De plus, le compte de NRJ est RT par une série de comptes quasi automatiquement (NessieHutch et Patatooes_1d, notamment), là encore une manoeuvre bien connue de marketing abusif sur les réseaux sociaux. Enfin, pour en avoir le coeur net, un passage au détecteur de mensonge du compte via l'App Status People est éloquent :

Pour faire bonne mesure, il convient aussi de noter qu'une radio comme Fun Radio cumule le score ahurissant de 70% de comptes fake ! Tandis que TF1 reste dans les proportions d'un média commercial avec 49%...

(Voir aussi une étude plus complète sur le blog de Gwendal Perrin)

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 octobre 2012 à 11h08 | Web 1,2,3
16 octobre 2012
el

Elodie Rousseau pour 20Minutes.fr

Selon la lettre spécialisée Presse News, Elodie Rousseau serait pressentie pour devenir la...

Selon la lettre spécialisée Presse News, Elodie Rousseau serait pressentie pour devenir la patronne de 20Minutes.fr. Actuellement à AuFéminin, qui appartient au groupe Axel Springer, Elodie Rousseau prendrait ainsi en main les activités sur le réseau du groupe de presse gratuite, qui attend toujours de sacoir qui remplacera Pierre-Jean Bozo, parti précipitamment suite à une décision de l'actionnaire. Elodie Rousseau dirige les activités digitales du site thématique.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 octobre 2012 à 12h49 | Web 1,2,3
el

Facebook VS Twitter, la guerre des kikoolols

Une étude menée par Piper Jaffray sur 7700 ados et jeunes américains a...

Une étude menée par Piper Jaffray sur 7700 ados et jeunes américains a révélé, sans grande surprise, que leur réseau social préféré est Facebook. Twitter décroche la seconde place, devant Instagram (depuis peu propriété de l'empire Zuckerberg). Est-ce à dire que le réseau de micro-blogging a déjà perdu la guerre de séduction auprès des 15-25 ans? Pas si vite tempère Venture Beat qui estime que rien n'est joué pour le moment, et que le réseau à l'oiseau bleu a encore des chances de supplanter le géant au milliard d'utilisateurs actifs. Car si Piper Jaffray se refuse à communiquer les chiffres exacts, et donc les écarts qui séparent les concurrents, avançant seulement que Facebook est bien placé pour conserver encore longtemps sa position de leader, une autre étude menée par Pingdom sur la démographie des réseaux sociaux semble indiquer tout autre chose. En effet, l'âge moyen d'un utilisateur sur Facebook serait de 40.5 ans, contre 37.2 sur Twitter, et la tendance ne semble pas s'inverser puisque depuis 2010, cet utilisateur moyen a vieilli de 2 ans chez Mark Zuckerberg tandis qu'il décroissait de 2 ans sur le réseau de micro-blogging. Comme le souligne Venture Beat, ces données concordent avec celles déjà glannées ne 2009, et qui montrait un rajeunissement des utilisateurs Twitter et un mouvement inverse chez Facebook. Autres données qui viennent corroborer ce constat : l'étude faite par Beevolve sur quelque 30 millions de "Twittos" où l'on constate que trois quarts de ceux qui donnent leur âge se situent dans la tranche 15-25 ans. A prendre avec quelques pincettes évidemment puisque la majorité des comptes Twitter ne mentionnent pas leur âge. Reste que si l'on ramenait le pourcentage de jeune au nombre d'utilisateurs total, il est bien possible que ce soit Twitter qui fasse la course en tête, mais Facebook a pour lui un milliard d'utilisateurs actifs, et domine donc en nombre absolu. Pour le moment.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 octobre 2012 à 11h35 | Web 1,2,3
11 octobre 2012
el

Recherche :53% des clics sur le premier résultat !

Une étude par Compete.com vient confirmer ce dont on se doutait déjà : les...

Une étude par Compete.com vient confirmer ce dont on se doutait déjà : les premiers résultats affichés par les moteurs de recherche récoltent le gros lot en termes de clics organiques (entendez en dehors des liens publicitaires). Plus précisément, le premier lien qui apparaît glane plus de la moitié (53%) des clics, très loin devant le second qui n'en obtient que 15% et le troisième 9%. Pour le quatrième résultat, on tombe à 6% des clics et jusqu'à un mince 4% pour le cinquième. Au total, les 5 premiers résultats attirent donc 89% des clics, ce qui laisse 11% aux autres et tend à prouver l'utilité d'un bon référencement pour appâter le chaland. Cette même étude révèle que seuls 8% des résultats affichés par les moteurs de recherche sont organique, laissant 15% aux publicités mais ne dit pas quel est le taux de clics organiques/publicitaires.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 octobre 2012 à 16h48 | Web 1,2,3
10 octobre 2012
el

Monopole Google : faute avouée à moitié pardonnée?

Google, qui tente depuis deux ans de se dépêtrer des accusations d'abus de...

Google, qui tente depuis deux ans de se dépêtrer des accusations d'abus de position dominante proférée à son encontre par la Commission européenne, a récemment fait une nouvelle tentative pour mettre fin à l'enquête en cours. Ainsi, pour contrer ceux qui jugent que le géant de Mountain View met en avant ses propres services dans les résultats de recherche de son moteur, Google propose d'apposer sa marque sur ces services ou informations "maison", mettant ainsi fin à la confusion. Si cela permettrait en effet d'éclairer les internautes quant à la provenance des services qu'ils utilisent, cela ne changerait rien au fait qu'ils sont mieux mis en valeurs que les autres, ce qui fausse indéniablement la concurrence. Il est donc peu probable que cette timide proposition suffise à calmer le courroux de Joaquin Almunia, le commissaire à la concurrence qui s'est dit prêt à poursuivre son enquête si Google ne présentait pas de "solution satisfaisante à court terme".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 octobre 2012 à 16h50 | Web 1,2,3
8 octobre 2012
el

Qui veut racheter SFR?

Vivendi, qui est en train de préparer un "plan social" que d'aucuns assimileraient plutôt à...

Vivendi, qui est en train de préparer un "plan social" que d'aucuns assimileraient plutôt à une casse au vu des 1000 à 2000 licenciements prévus chez l'opérateur, a semble-t-il adopté la bonne stratégie pour revaloriser SFR. L'opérateur détenu à 100% par Vivendi, mis en difficulté par l'arrivée de Free Mobile, voit ainsi son quotient de désirabilité s'élever à mesure que le nombre d'employés se réduit. D'ailleurs, selon le Financial Times, les offres pleuvent déjà avant même que ne soit officialisée la mise sur le marché de l'opérateur. Dans les starting blocks, on retrouve plusieurs fonds de private equity, mais aussi Vodafone, ancien actionnaire de l'opérateur au carré rouge. Si ce dernier gagnait d'éventuelles enchères, ce serait un joli pied de nez à Vivendi avec qui il s'est bagarré en 2002 pour conserver le contrôle de SFR. La vente n'est pas encore faite, et Vivendi doit encore révéler les détails de sa stratégie de relance. Il y a fort peu de chance que SFR soit cédé à un prix raisonnable. Pourtant, à en croire des sources en interne, la vente de SFR serait la meilleure solution pour relancer l'opérateur, et retrouver une agilité sur un marché qu'il ne sait plus par quel bout appréhender.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
08 octobre 2012 à 15h26 | Web 1,2,3