Directive droit d’auteur: pessimistes, les créateurs se préparent pour 2019

« Pessimisme dans la pensée, optimisme dans l’action », ainsi pourrait-on résumer l’état d’esprit des auteurs présents ce matin devant le siège du Parlement Européen à Strasbourg. « Nous sommes des citoyens européens, nous croyons dans l’Europe. Nous voulons une Europe qui nous protège mais nous commençons à douter », résume Olivier Delevingne, président de l’Union Nationale des auteurs-compositeurs, qui manifeste ce matin à Strasbourg.

Le monde européen de la culture est aujourd’hui à Strasbourg pour une dernière action avant le vote de demain sur la directive droit d’auteur. Si les auteurs se préparent déjà à la possibilité d’un fiasco, ils veulent aussi faire passer le message qu’ils sont des citoyens européens, respectueux des lois et institutions, et qu’à ce titre, ils veulent être protégés comme tout citoyen devrait l’être. Aujourd’hui, ils craignent que les opérations de communication orchestrées par les géants du Net ne séduisent davantage les députés européens. Pour preuve, explique l’un de leurs représentants, « Save Your Internet, la campagne gérée par un cabinet bruxellois dont Google est l’un des principaux clients, organise un événement à l’intérieur du Parlement européen ce matin, devant les bureaux de l’ALDE, et Wikipedia, opposé à la responsabilité des plateformes, a, sur invitation de la députée espagnole Lola Sánchez Caldentey, installé un « Wikipedia Village ». « Les lobbies sont à l’intérieur, les citoyens sont dehors », a déclaré le directeur de la Sacem, Jean-Noël Tronc dans un discours aux participants des manifestations d’aujourd’hui.

Suzanne Combo, déléguée générale de la Guilde des Artistes de la musique, représente les créateurs et interprètes nous confie : « au-delà de défendre le droit d’auteur, nous sommes là aussi pour défendre les institutions européennes, qui nous tiennent à cœur et qui sont fragilisées, comme nous l’avons vu au cours des derniers mois, par l’interventionnisme des géants américains. Nous venons aussi à Strasbourg aujourd’hui pour rappeler à nos représentants européens ce qui devrait être une évidence : la culture est le ciment des peuples. »

Préparer 2019

Les auteurs, qui rappellent volontiers qu’ils n’ont pas demandé une directive droit d’auteur et auraient préféré une réouverture de la directive e-commerce de 2000 pour responsabiliser les plateformes,  « veulent une Europe de la création pas une Europe de la soumission », nous a expliqué Olivier Delevingne. « Nous voulons que nos œuvres soient utilisées et diffusées mais aujourd’hui plus elles sont utilisées moins elles sont rémunérées. L’arrivée du numérique est une opportunité formidable. Tout ce que nous faisons, nous le faisons à destination du public, l’Internet rend cette diffusion plus
facile, mais c’est un tiers qui encaisse. Partager avec le public est notre raison d’être, mais nous devons gagner notre vie pour pouvoir continuer à le faire

Les représentants des auteurs préparent déjà l’après 12 septembre, car « l’échec est l’issue la plus probable pour cette directive », explique Jean-Noël Tronc. « Les politiques européens doivent comprendre que pour la prochaine mandature les forces de la culture seront unies » poursuit-il. C’est donc les élections européennes de 2019, et la nouvelle Commission qui en sortira, que visent d’ores et déjà les auteurs. Faisant référence à la campagne de harcèlement des députés européens pour les convaincre de pas réglementer les plateformes, il conclut : « et si certains en Europe sont vendus aux géants du Net, nous, citoyens européens, les ferons payer. »

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Isabelle Szczepanski

Angel investor. Journaliste. Belge parisienne.

Les commentaires sont fermés.