Facebook : Zuckerberg sous pression des actionnaires

Pour la première fois depuis l'entrée en bourse de Facebook en mai 2012, son CEO et fondateur Mark Zuckerberg se pliait mardi au difficile exercice de l'assemblée générale, l'occasion pour les actionnaires de lui mettre la pression suite à des débuts plus que tumultueux. Le Nasdaq a d'ailleurs écopé récemment d'une amende de 10 millions de dollars pour avoir surévalué la compagnie, ce qui a généré dans les premiers mois une dégringolade impressionnante du titre en bourse, laissant sur le carreaux les actionnaires les plus modestes). Si le titre est remonté des abysses où il avait plongé, il est toujours 40% en dessous de sa valeur initiale. C'est donc sans surprise que Zuckie a pu constater le mécontentement des investisseurs, et ce malgré sa tentative de désamorcer la situation en reconnaissant être "déçu de la performance du titre cette dernière année". Il a aussi tenu à défendre ses récents choix stratégiques, comme l'accélération dans le mobile avec Facebook Home et l'accroissement des publicités sur ce support (elles représentent désormais 30% des revenus pub). Cela n'a pas empêché un actionnaire de parler de "désastre" au sujet du cours du titre Facebook,  tandis qu'un autre expliquait avoir investi ses économies destinées à l'éducation de ses enfants "aveuglément" car sa famille était "super fan" du réseau social. Une façon d'illustrer l'effet de hype qui a entouré cette mise ne Bourse et s'est finalement retournée contre la société et ses actionnaires, à défaut d'un business model suffisamment stable et développé pour appuyer la valorisation initiale très élevée.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct