Fleur Pellerin, le numérique perce neige de février

La ministre du numérique, Fleur Pellerin présentera son plan pour la France en février prochain.

Les attributions du ministère du numérique de Fleur Pellerin ne vont pas sans une certaine couche de brouillard par-dessus... Rattaché à Bercy par le truchement d'un cordon ombilical branché sur celui du redressement productif, l'économie numérique n'a pas encore trouvé sa place dans l'exécutif. C'est d'autant plus le cas, qu'il ne faut pas se leurrer sur son véritable poids au sein du gouvernement, Fleur Pellerin doit courir après l'actualité pour trouver enfin les feux des projecteurs et attirer l'attention des médias. Cela donna l'occasion de juger des capacités de pompier de la jeune ministre lors de la panne du réseau Orange, ou dernièrement de la folle entropie médiatique du "bug Facebook". Dernier exemple en date, la prise de parole d'une certaine catégorie d'entrepreneurs "cool" mais attachés à l'amour de l'argent, les auto-baptisés "Pigeons".

Il fallait tourner la page, et reprendre la main pour la ministre Fleur Pellerin, sinon elle risquait d'être rangée au rayon des accessoires politiques d'un gouvernement pour qui les sujets importants se résument par nécessité à la crise et les économies de budget. Malheureusement pour la ministre, sa marge de manoeuvre est réduite par ces obsessions qui occupent la quasi totalité du temps de travail du couple Hollande/Ayrault.

Séminaire

Ce mercredi, la ministre était donc en première ligne lors du conseil des ministres. Elle a égrené quelques uns des points de son futur grand plan pour le numérique. Ce fut juste un avant goût, à peine un entremet, puisque le gros du programme est prévu pour février prochain ! Et oui, ce sera alors la date d'un séminaire gouvernemental sur le numérique - comme cela se pratique dans certaines grandes entreprises pour sensibiliser les dirigeants à l'usage de la souris, par exemple ou de l'email. Ce séminaire pourrait d'ailleurs se reproduire tous les ans, certainement pour mettre à jour le logiciel gouvernemental...

Dans les faits donc, la ministre s'est contentée du service minimum rappelant les axes de son action déjà dévoilés lors de la campagne puis du discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault. Petite nouveauté, si l'on peut dire, la réflexion menée pour implanter une sorte de pôle "numérique" sur Paris ou sa banlieue. Le mythe de la silicon valley continue d'inspirer les ministres et les entrepreneurs locaux. Nathalie Kosciusko-Morizet, puis Eric Besson avaient en leur temps aussi parlé de cet exemple à suivre, et aussi des complications à en reproduire l'incroyable vitalité économique sur le territoire français. Pour le reste du programme Pellerin, le numérique devrait se conjuguer avec l'éducation, l'administration et le haut débit pour tous, comme il se doit.

Enfin, pas un mot de Fleur Pellerin devant ses collègues sur le Conseil national du numérique, mais est ce bien le lieu pour ça ? S'il est vrai que le décret révolutionnant cette assemblée d'experts est bien entre les mains de Bercy, les contours ne sont pas encore achevés, et il faudra encore bien un mois pour en avoir une idée complète. La parité des membres du collège et l'ouverture à d'autres catégories que les entrepreneurs sont déjà des éléments connus depuis avant l'élection de mai.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef

Les commentaires sont fermés.