Fleur Pellerin précise son projet sur le crowdfunding

Pendant que Xavier Niel fait mouche avec son financement d'un incubateur de starts-ups puissance dix à la Halle Freyssinet, Fleur Pellerin a décidé de s'atteler à un sujet autrement moins pertinent : le Financement participatif. Egalement appelé "crowdfunding", le financement participatif est certes une idée à la mode : il s'agit d'un système par lequel l'initiateur d'un projet va chercher des fonds auprès des particuliers, en utilisant une plateforme en ligne, telle que My Major Company, Hulule ou Kickstarter. Si le crowdfunding est très "in", son efficacité reste largement à prouver. D'une part, les sommes réunies par ce biais sont souvent si maigres qu'elles ne permettent pas de soutenir des projets conséquents, et d'autre part, si l'on fait souvent croire à Monsieur Toutlemonde qu'il obtiendra des avantages grâce à son "investissement", dans les faits les sommes transmises ressemblent plus à une donation qu'à un véritable placement. Pourtant Fleur Pellerin, ministre déléguée à l'économie numérique, a annoncé, par le biais d'une interview au journal 20 Minutes, qu'elle soutiendrait le développement du crowdfunding par plusieurs mesures qui seront détaillées aujourd'hui aux assises du financement participatif, notant qu' "aujourd'hui, encore beaucoup de porteurs de projets ne parviennent pas à se faire financer par des banques et des business angels". On peut se demander si le crowdfunding est le début d'une solution à ce problème bien réel, que Xavier Niel a pu attaquer de bien plus haut que la ministre : la Halle Freyssinet sera un endroit qui logera 1000 start ups, et qui coutera au moins 150 millions d'euros pour son lancement... quand seulement 60 millions auront été réunis par le crowdfunding en 2013 en France.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Les commentaires sont fermés.