Fuller en embuscade sur EMI?

Simon Fuller, producteur de disque et de télévision britannique serait aux aguets pour mettre la main sur les 60% d’EMI qui se retrouvent sur le marché dans le cadre de l’acquisition par Vivendi Universal. Parmi ces branches mises en vente afin de satisfaire aux exigences de la Commission européenne en matière de concurrence, les labels Parlophone et Chrysalis intéresseraient Fuller, qui pourrait faire une offre en duo avec le fondateur d’Island Records, Chris Blackwell. L’enchère, dont certains disent qu’elle pourrait avoisiner les 350 millions de livres sterling (soit près de 433 millions d’euros), pourrait aussi se faire en partenariat avec des financiers privés et une compagnie de télécommunications dont le nom n’a pas transpiré. Les observateurs se perdent en conjectures quant à l’objectif visé par Simon Fuller en cas de rachat, mais il se murmure que ce serait surtout la franchise « Now That’s What I Call Music » qui l’intéresserait, d’autant qu’elle aurait un bon potentiel de développement à la télévision, un domaine où le patron de XIX entertainement a déjà eu quelques succès, à l’image de sa « Pop Idol » , exporté en France sous le nom de « Nouvelle Star » et aux USA sous celui de « American Idol ». Mais BMG reste le favori dans la course au rachat de parties d’EMI, secondé par Warner qui devrait aussi mettre sur la table un beau paquet de dollars.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct