iPhone 5 : le smartphone et le magicien disparu

Apple va présenter le dernier né de sa gamme iPhone ce soir en direct de San Francisco. Tout ou presque a été dévoilé sur ce smartphone. La Keynote a perdu de son mystère, Tim Cook, le Pdg d’Apple, va devoir faire renaitre la magie d’un Steve Jobs.

Ce soir Apple va présenter le nouvel iPhone. Cette cinquième version du blockbuster de la téléphonie, qui a été à l’origine d’une redéfinition même du concept, n’est pas un mystère. Loin de là. Les fuites sur différents sites spécialisées des photos et caractéristiques de l’appareil ne laisse que peu de place à la surprise. Ecran légèrement plus grand étiré dans la longueur, une épaisseur en diminution aussi, une puce nommée A6, sans aucun doute plus puissante, connexion mobile 4G et une prise dock renouvelée. La recette est connue, et Apple n’y déroge pas.
L’iPhone est un produit qui peut être considéré mature. L’essentiel des fonctionnalité étaient présentes déjà dès le troisième modèle : appareil photo acceptable, célérité, accéléromètre, boussole, etc. Les versions 4, puis 4S ont déjà montré une sorte d’essoufflement, ou si l’on veut une volonté chez Apple de n’intégrer que des petits plus, comme un nouveau design qui fut très discuté sur le 4, ou encore l’écran Retina du 4S, un progrès certain mais quasiment indécelable pour l’immense majorité des acheteurs.

Machine de guerre

La lassitude pourrait s’installer, donc, entre Apple et les clients. Seul l’impact de l’onde médiatique à chaque fois qu’une Keynote s’annonce est en mesure de donner le change. Cependant, les grands cycles technologiques sont ainsi faits, et Apple n’est pas épargné. La firme à la pomme se targue cependant d’en être souvent à l’origine, le pionnier qui montre la voie à suivre.
L’intérêt de cette Keynote n’est donc plus la révélation d’un produit, mais les effets que Tim Cook, le pdg, va devoir utiliser. Est ce que Tim Cook est un bon magicien ? Là n’est pas la question. Est il "insanely great" comme l’était Steve Jobs en est une bien plus intéressante. Le remplaçant de Steve Jobs n’aime pas vraiment ces grandes messes qui réunissent les fans de la marque, et déborde même au-delà, tant que les médias suivent - il suffit de compter le nombre d’articles sur le sujet qui fleurissent sur la toile, ce jour.
Pourtant il doit apprendre, lui, l’homme de marketing qui a fait surtout ses preuves en concevant l’incroyable machine de guerre commerciale qu’est devenue Apple, à jeter de la poudre de perlimpinpin, à tordre le champ de la réalité, bref à créer à nouveau l’émerveillement, même si tout a déjà été dit et que l’iPhone 5 peut décevoir.
La réussite d’Apple, son aura, son rôle, si particulier dans l’univers de la IT, est à ce prix. Ou bien, Tim Cook devra rompre avec ce cycle enchanté des Keynotes, casser les murs qui entourent encore un peu les secrets de la pomme.

4G

Bien sûr, Tim Cook a étudié à la lettre les Keynotes de son prédécesseur. Il sait comment faire monter l’envie. Il sait que le jeu de scène est important, qu’il faut arpenter l’espace devant les caméras, donner l’impression qu’on réfléchit seul face à un public acquis. Il sait mieux que personne qu’il sera jugé sur sa prestation, et qu’elle rejaillira sur Apple, l’iPhone et donc les ventes.
La tâche s’annonce délicate pour Tim Cook. L’iPhone 5 semble être un appareil de transition. Le nouvel écran de 4" va permettre aux éditeurs de jeux et d’applications de mieux utiliser l’espace... Et c’est à peu près tout, pour une machine qui est appelée à régner sur le monde des smartphones. L’absence de technologie NFC, si elle est confirmée, repousse encore plus l’adoption massive des possibilités de paiement sans contact en Europe et aux Etats-Unis. Enfin, la norme 4G a une réalité aux Etats-Unis et en Asie, mais elle est encore embryonnaire en Europe.
A 19 heures, Tim Cook devra faire mentir les mauvaises langues qui regrettent déjà qu’un homme qui n’a clairement pas le charisme de Steve Jobs ait pris les commandes d’Apple.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef

Les commentaires sont fermés.