Janvier 2013 : la baisse des ventes des journaux flirte avec les 15% #Gratuit

Les journaux d’information accusent une chute de 13% en moyenne d’une année sur l’autre en janvier 2013. La baisse du « papier » s’amplifie pour cette nouvelle année. Une mutation vers le tout numérique semble être l’unique solution, avec son cortège de licenciements. (Publié le 7 mars)

Le décrochage s’accélère. Souvenez vous, il y a peu nous relations comment Libération perdait pied avec des ventes en chute libre, mais les autres journaux d’information restaient relativement épargnés. Catastrophe, ce mois de janvier 2013 est celui de la contamination… Le Parisien -20,44% ! Libération -24,65% ! Le Monde -14,72% ! Aujourd’hui en France -12,11% … et Le Figaro – 2,73% seulement.

Le choc est rude. La vente de journaux n’est plus en crise, elle est aux abois. Avec quelques semaines de retard, l’OJD du mois de janvier a révélé ses terribles vérités pour les patrons de presse. Les chiffres de ventes au numéro, celles qui sont faites dans les kiosques et les diffuseurs de presse au prix fort, sont alarmants. Libération plonge sous la barre des 40 000 exemplaires, avec 39 661 ventes par jour en ce début d’année. L’échec de la ligne à gauche toute prônée par Nicolas Demorand, la qualité douteuse des Unes, tout cela précipite le journal de Sartre dans l’abime. Si l’on ajoute aussi la déception des régions qui ont payé bien trop cher pour l’organisation cette année des fameux Forums (voir notre article), l’avenir du journal est plus que jamais incertain.

Pathologique

Plus inquiétant encore, cette contagion heurte de plein fouet Le Monde. Le journal de référence qui vient d’élire à sa tête Natalie Nougayrède, et qui fonce maintenant vers le numérique, selon les propos du président du directoire Louis Dreyfus, ne s’est vendu qu’à 74 436 exemplaires en janvier 2013. On peut accuser évidemment les grèves de Presstalis, ce serait d’ailleurs pertinent, car les acheteurs ne peuvent qu’être désorientés par les soubresauts de la vente et de la distribution de la presse. Cependant le mal est plus profond.

Comment en effet expliquer alors le véritable décrochage subi par Le Parisien qui perd 20% en un an avec seulement 131 440 journaux vendus contre 165 218 il y a tout juste un an. Le Parisien n’est pas tributaire des coups de colère des ouvriers du Livre. Le journal du groupe Amaury est distribué avec son jumeau national Aujourd’hui via une structure ad hoc. Et Aujourd’hui en France est aussi souffrant avec seulement 139 218 exemplaires quotidiens. Des chiffres bien supérieurs à ceux des autres titres de la presse d’information, mais néanmoins pathologiquement bas pour ces deux là.

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef

2 commentaires sur cet article

  1. Ping : Janvier 2013 : la baisse des ventes des journaux flirte avec les 15% #Gratuit | ElectronLibre | Infos: le futur a de l'avenir | Scoop.it

  2. BlinDChriS dit :

    C’est inéluctable. L’économie du numérique reste à construire, les industries de l’information-papier ont tout intérêt à se réunir sous la question de l’économie numérique et à tenter une rémunération par les FAI et Google, soit sous forme de contribution unique (encore une taxe…) , soit au pro-rata des fréquentations des sites d’information.
    Ensuite, compléter ces revenus par un abonnement premium qui offre des avantages (contenus personnalisés, primeur des articles…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *