La progression du streaming commence à montrer ses limites en Suède

Le streaming a enregistré une nouvelle progression de son chiffre d'affaires en Suède au premier semestre 2013, qui a vu le marché global progresser de 12 %. Mais les offres d'abonnement généralistes commencent à montrer leurs limites.

Avec un chiffre d'affaires du streaming qui a représenté 91 % des ventes numériques de musique enregistrée en 2012, et près de 59 % des ventes globales, selon des chiffres de l'IFPI extrapolés à l'ensemble du marché (majors et ensemble des labels indépendants), la Suède s'affirme en véritable chef de file de la conversion à ce nouveau mode de consommation de la musique. Une conversion qui lui a valu d'enregistrer une croissance de 18,7 % de son marché de la musique en valeur l'an dernier, mais les résultats du premier semestre 2013 laissent cependant entrevoir les limites du modèle.

Selon les indicateurs publiés par la branche locale de l'IFPI (qui ne portent grosso modo que sur 80 % à 85 % du marché, comme ceux du SNEP en France), le streaming a représenté 94 % des ventes numériques au premier semestre 2013, mais sa progression n'a plus été que de 39 % en valeur, contre une progression de 79,4 % au premier semestre 2012. La progression du marché global, quant à elle, n'est plus que de 12 % en valeur sur la période, avec des ventes en téléchargement en recul de 20 %, et des ventes physiques d'albums qui périclitent de 24 %.

A titre de comparaison, le marché global de la musique enregistrée suédois avait connu une croissance de plus de 30 % sur le même périmètre au premier semestre 2012. Et pour couronner le tout, les ventes en téléchargement n'avaient baissé que de 14 % sur la période, et les ventes physiques de 2,2 %. Or sur l'ensemble de l'année 2012, le marché suédois n'était pas encore revenu à son niveau de 2006. Les indicateurs de l'IFPI locale ne sont donc pas des plus encourageants à moyen terme, puisque le ralentissement très net de la croissance du streaming se conjugue avec une accélération de la baisse du marché physique et de celle du téléchargement.

Selon une étude commanditée par le service de streaming WiMP concurrent de Spotify, 36 % des suédois se disent prêts à payer pour accéder à un service de streaming, sur une population de 9,5 millions d'habitants, dont 56 % plébiscitent ce mode de consommation de la musique. Mais au regard du chiffre d'affaires du streaming au premier semestre 2013 - à hauteur de 351 millions de couronnes (SEK), que l'on peut extrapoler à 421 millions de couronnes pour l'ensemble du marché – ceux qui ont franchi le pas de s'abonner sont moins de 800 000. Le plafond des 10 % de la population susceptibles de souscrire à une offre généraliste à 99 SEK par mois n'est donc pas loin d'être atteint. Reste à savoir avec quel type d'offres moins chères adresser le reste du marché...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Philippe Astor

Journaliste spécialiste de l’industrie de la musique et d’Internet, collaborateur de Haut Parleur et co-fondateur d’Electron Libre.

Un commentaire sur cet article

  1. Ping : La progression du streaming commence à m...