Le Monde : les réactions des actionnaires, du directeur et du candidat éconduit

Le mondeLe Monde est ébranlé par une nouvelle crise... Le journal a beau avoir été recapitalisé, et enfin connaitre une période d'accalmie financière grâce à l'apport de 150 millions d'euros des trois actionnaires (le bilan est encore déficitaire en 2014, mais il devrait être à l'équilibre en 2015 après l'épilogue de l'imprimerie prévue pour ce premier semestre), Pierre Bergé, Xavier Niel et Mathieu Pigasse,  la vie du quotidien dit de "référence" n'a jamais été aussi agitée et incertaine que ces dernières années. Depuis le décès d'Erik Izraelewicz à la fin de l'année 2012, l'instabilité de la direction éditoriale est devenue endémique. Les différentes factions qui s'étaient tues en interne du fait de la crise financière se sont réveillées brutalement. La guerre larvée des services et des courants est devenue maintenant une fronde dirigée à l'encontre du président du directoire Louis Dreyfus, mais aussi des actionnaires...

La fable de la grenouille et du scorpion se joue à nouveau dans les couloirs du Monde. En attendant un dénouement voici les messages adressés par les actionnaires, puis de Gilles Van Kote, qui est démissionnaire, et enfin de Jérôme Fenoglio, le candidat malheureux au poste de directeur du journal...

Les trois actionnaires proposent que la candidature de leur poulain soit réexaminée :

"Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse ont pris connaissance du communiqué du conseil de gérance de la Société des Rédacteurs du Monde (SRM).

Ils rappellent que Jérôme Fenoglio a été proposé par les trois actionnaires de LML (Le Monde Libre) en raison de son intégrité reconnue, de sa large expérience de journaliste, de la qualité de son parcours au sein du Monde et enfin de sa compréhension des différents enjeux auxquels le journal est confronté.

Les trois actionnaires notent par ailleurs que la candidature de Jérôme Fenoglio a reçu le soutien majoritaire du conseil de gérance de la SRM. Ils soulignent enfin que cette candidature a obtenu l'approbation de 55% des votants et de plus de 60% des suffrages exprimés.

A nouveau, ils regrettent ce processus qui ne reconnait pas la validité de l’approbation majoritaire des journalistes et qui, in fine, fragilise et abîme le collectif alors même que les résultats actuels du Monde confirment la capacité de l'équipe à la fois à transformer son modèle économique et à innover éditorialement sur le print comme sur le numérique.

Les actionnaires rappellent qu'en application des statuts le pouvoir de proposition du Directeur du journal relève d'eux seuls, de même que le choix des modalités conduisant à cette proposition.

Ils invitent la SRM à examiner les enjeux qui se posent aujourd'hui aux groupes de presse et à considérer à nouveau les qualités de Jérôme Fenoglio, de son équipe et de son projet éditorial. Ils restent à la disposition de la SRM et du Pôle d'indépendance pour examiner les conséquences de ce vote.

En attendant, les actionnaires déclarent le poste de directeur du journal vacant."

La démission annoncée par Gilles Van Kote :

"Bonjour à toutes et à tous,

Le 15 mai 2014, j'étais nommé directeur du Monde pour une période intérimaire qui devait s'achever, en accord avec les actionnaires du Monde libre, au plus tard le 18 décembre 2014, jour du soixante-dixième anniversaire du journal. J'ai accepté à deux reprises, à la demande des actionnaires, que cette période soit prolongée.

La décision du Monde libre de ne pas retenir ma candidature au poste de directeur puis le vote de la Société des rédacteurs du Monde qui a conduit au rejet de la candidature de Jérôme Fenoglio, que je soutenais, me conduisent à mettre un terme à cette période et donc à démissionner de ma fonction de directeur du journal, membre du directoire du groupe Le Monde.

Le poste de directeur ou directrice du journal est porteur d'une histoire et de valeurs, et il n'est pas souhaitable de l'affaiblir en dérogeant davantage à la règle qui veut que celui ou celle qui l'occupe ait été adoubé(e) par les journalistes du Monde. J'appelle donc les représentants du Monde libre et ceux du Pôle d'indépendance du groupe Le Monde, actionnaire minoritaire du groupe, à trouver en urgence, en concertation avec la Société des rédacteurs du Monde, une issue à cette grave crise de gouvernance.

Toutes les parties prenantes ont leur part de responsabilité dans la situation actuelle. J'espère qu'elles auront la lucidité de le reconnaître et d'en tirer les leçons pour redéfinir un processus pérenne, transparent et juste de désignation du directeur ou de la directrice du Monde.

Pour ma part, je réaffirme mon attachement à notre imprévisible collectivité et tiens à remercier sincèrement toutes les équipes, au sein du groupe, avec lesquelles j'ai tenté depuis un an de faire le meilleur travail possible et de remplir la mission qui m'avait été confiée.

Amicalement.

Gilles van Kote"

Jérôme Fenoglio remercie toutes et tous, mais ne donne pas de signes clairs de ses intentions d'aller en découdre :

"Bonjour à toutes et tous,

Je tiens, par ce message, à remercier celles et ceux qui ont voté en faveur de ma candidature à la direction de notre groupe. Je tiens aussi à exprimer ma gratitude envers toutes celles et tous ceux qui ont contribué, au cours de la phase de préparation de mon projet, à enrichir la vision et la stratégie que je souhaitais mettre en oeuvre pour notre quotidien et nos supports numériques. La qualité de ces échanges m'avait rendu très optimiste sur notre capacité à construire ensemble notre avenir.

Malheureusement, le vote de la SRM ne m'a pas permis de franchir le seuil des 60% nécessaires pour accéder au poste de directeur. Je le regrette, au-delà de ma personne, pour notre maison dont je souhaitais qu'elle sorte, au plus vite, de cette phase d'instabilité qui nous entrave dans la modernisation de nos rédactions et nous affaiblit collectivement. J'espère que cette nouvelle crise ne va pas brouiller, à l'extérieur, la reconnaissance de la qualité de nos productions et des résultats obtenus ces derniers mois.

Pour ma part, dans le souci de l'intérêt collectif qui m'a toujours animé, je continuerai à exercer mes fonctions de directeur des rédactions, avec mon équipe, jusqu'à ce qu'une nouvelle direction soit mise en place.

Dans cette nouvelle période troublée, j'appelle tous les personnels à rester mobilisés pour maintenir le plus niveau de qualité à toutes nos publications.

Bien à vous,"

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef

Les commentaires sont fermés.