Orange, la possibilité d’un OS

IMG_0094Il ne faut pas prendre à la légère le Show Hello d'Orange. L'opérateur tente là où d'autres ont déjà capitulé. Cependant, Orange est sur la pente de l'innovation, avec quelques maladresses parfois, mais il a démontré notamment avec son service de télévision, que l'opérateur sait apprendre et proposer un service de qualité. Il n'y a pas de raison que ce ne soit pas bientôt le cas dans l'iOT.

Orange n'est pas en danger. L'opérateur plane sur ses adversaires. Il n'a pas l'agilité de Free Mobile, certes, ni la capacité de changement de cap de SFR - dont les derniers résultats montrent un grand écart entre les offres à haute valeur ajoutée et le low cost - mais Stéphane Richard n'a pas à s'inquiéter plus que cela, l'opérateur historique a encore bien des choses à montrer. C'était d'ailleurs l'occasion pour lui de dévoiler les nouveautés Orange sous la bannière du "Show Hello" orchestré - avec un certain sens du spectacle situé entre David Guetta et TedX - par Havas. Passons sur la mise en scène, qui cette année, n'avait pas à rougir en termes de moyens face aux références que sont les Keynotes d'Apple.

Non, si le Show Hello a été cette année une réussite dans sa conception, et certainement aussi au nombre des annonces, il est surtout le symbole de la nature hétéroclite d'Orange. Stéphane Richard est certainement un excellent patron d'entreprise, ses résultats parlent pour lui, mais il n'est pas un visionnaire - cela dit est-ce que Orange a besoin à sa tête d'un visionnaire ? pas sur... Stéphane Richard est un ministre bis des télécommunications. Il a un rôle plein et entier à la tête d'Orange, qui lui impose de slalomer entre les peaux de bananes des autorités de la concurrence, les moqueries de ses concurrents - Orange c'est l'opérateur de la mémé du Cantal - mais aussi son rôle d'entreprise mécène; Orange fait vivre un nombre incalculable d'acteurs de toutes sortes. À elle seule, cette entreprise est un maillon essentiel du tissu économique français.

Une fois que l'on a posé ça, une problématique d'importance surgit : Orange perd le contact avec le client. L'entreprise pourrait dans ce cas tirer une conclusion évidente et faire ainsi comme Free, lâcher ce dernier fil pour se concentrer sur la qualité du réseau et une baisse des prix... Mais elle le refuse. Google, Apple surtout, sont plus puissants, plus rapides, largement plus lourdement armés, mais Orange n'abdique pas... ils n'auront pas sa liberté d'innover ! Et cela si bien souvent cela ne dépasse pas le stade de l'annonce lors d'un show, le produit disparait rapidement ensuite comme feu la tablette Tabbee ou Wormee, le service de radios interactives. Orange fait feu de tout bois. L'opérateur semble d'ailleurs donner l'impression de partir dans tous les sens. Aujourd'hui, Stéphane Richard a parlé d'un service de recettes de cuisine, d'assurance, de surveillance, de protection des données, etc. Le tout mélangé avec des annonces plutôt intéressantes sur son service de télévision, qui adopte la 4K avec un partenariat notamment avec Canal Plus sur le sport, les créations originales de la chaine et certains films, ou encore les avancées de l'opérateur sur la Fibre ou la 4G ! C'est un vrai pudding d'Orange !

Le lien

Pourtant, la seule question qui comptera dans les prochaines années n'a toujours pas reçu de réponse. Car si Orange comme les autres opérateurs n'a plus que les prix à proposer comme bataille pour attirer le consommateur - la fin du Bundle Deezer est ainsi significatif  - ou encore quelques exclusivité sur le sport et le cinéma, mais qui pour la plupart ouvrent la voie à Netflix vers le consommateur... Si le lien se perd donc, malgré les dizaines de millions d'abonnés - combien utilisent vraiment le cloud Orange quand iCloud possède presque un milliard de comptes et Android a déjà dépassé cette borne, ou encore Facebook - aux offres Orange, l'unique perspective des prochaines années se réduira à une course à la consolidation du secteur des télécommunications. Sur ce terrain Orange n'est pas le plus mal loti, il faut en convenir. Un resserrement du nombre d'acteurs en Europe ne se fera pas sans qu'Orange étende son empire, c'est une évidence.

Que manque t-il alors ? Si Orange refuse d'être un simple "plombier" des tuyaux ? La réponse est assez évidente, mais elle est aussi le terrain d'une bataille entre politique et entrepreneurs : l'OS. Tout ce qu'Orange a montré lors du Show Hello n'a pratiquement aucune valeur si l'opérateur n'est pas en position de proposer le ciment de cette expérience pour le client : un système d'exploitation. Sony avait aussi brutalement heurté ce mur avec le lancement éparpillé de la Playstation, des baladeurs numériques et de services en ligne. La compatibilité manquait cruellement - ce qui n'est pas le cas d'Orange - mais surtout, le client était baladé entre l'interface d'un ordinateur portable sous Windows, d'une console dont l'Os rudimentaire était proche de celui d'une télévision, pour finir avec un service de musique en ligne sans cohésion avec les précédents. La plupart ont d'ailleurs essayé d'aller sur ce terrain de l'OS; Vivendi a été tenté à une époque, de travailler avec Vizzavi sur une brique de ce genre; Free a lancé un OS pour sa Freebox, etc. Aucun n'a pu aller à l'assaut des géants Microsoft, Apple ou Google. Et c'est d'ailleurs en toute connaissance de cause, que Stéphane Richard refuse ce pari ! Les demandes récentes des parlementaires vont pourtant dans ce sens... Orange a tout les atouts pour réussir la greffe improbable de l'OS souverain, celui qui garantirait le portage des données personnelles des titulaires de passeport français. Il manque certainement quelques compétences à acquérir, mais rien qui ne soit hors de portée.

La stratégie aurait alors du sens, et le Show Hello ne resterait pas une vitrine de gadgets dont l'avenir est encore l'occasion de jeux de mots de la presse spécialisée. Bien sur, il faudrait un investissement important, mais Google et Apple ne s'en sont pas privés non plus lorsqu'il a fallu lancer iOS ou Android. Orange ne manque pas de cash. Et certainement pas de volonté, car l'opérateur a appris de ses précédentes erreurs. Curieusement, Orange a été tout à fait pertinent lorsqu'il a été question pendant ce Show Hello d'évoquer l'offre de contenus, et particulièrement sur la télévision. L'exclusivité sur Marseille en 4K via Netflix est incontestablement un bon coup. L'arrivée de la reconnaissance vocale (via une licence Nuance, celle dont se sert Apple pour Siri) est aussi une initiative à suivre. Orange fait valoir sur ce terrain son expérience débutée il y a déjà de nombreuses années. L'offre de la TV d'Orange n'a rien à envier aux meilleurs services, c'est une évidence. Il n'y a donc pas à désespérer, et pour enfin affermir son implantation dans l'univers de l'internet de l'objet et des données, Orange se décide enfin à devenir sérieux en se lançant dans le développement d'un vrai OS.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef

Les commentaires sont fermés.