twitter

TF1 : Arnaud Bosom devient DRH

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 17h49 | Old fashion media
web

Canal Plus perd une manche contre le gendarme de la concurrence – BFM Business

Le Conseil d'Etat a rejeté le référé de la chaîne cryptée contre l'Autorité...

Le Conseil d'Etat a rejeté le référé de la chaîne cryptée contre l'Autorité de la concurrence...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 17h30 | Old fashion media
urgent

TF1 : 350 postes visés

La nouvelle commence à se répandre comme une trainée de poudre dans les...

La nouvelle commence à se répandre comme une trainée de poudre dans les couloirs de la Une. La direction de TF1 veut trouver les moyens de réduire de 10% la masse salariale. Chacun des collaborateurs de la chaîne a donc reçu, ou va recevoir, une proposition de la part de la direction des ressources humaines. Sans parler de plan social, la Une ouvre donc le guichet départ à ses salariés. 350 postes sont concernés pour avant la fin de l'année. Ces restrictions sont évidemment la conséquence d'une prévision pessimiste sur le marché de la publicité de l'année prochaine, doublée d'un impact des baisses d'audience enregistrées par la chaîne. Nonce Paolini a tranché, et personne ne sera épargné.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 17h26 | Old fashion media
twitter

Orange : départ de Luc Tran-Thang

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 17h17 | Web 1,2,3
el

CNM : Aurélie Filippetti obtient enfin un soutien

Le SAMUP, un syndicat d'artistes fort de 3760 membres, vient d'apporter son soutien...

Le SAMUP, un syndicat d'artistes fort de 3760 membres, vient d'apporter son soutien à la ministre Aurélie Filippetti dans l'affaire du centre national de la musique. Dans un communiqué, le SAMUP "premier syndicat d’artiste musicien français en nombre d’adhérents, salut la décision courageuse et réaliste d’Aurélie Fillipetti de suspendre le projet du CNM." Les raisons invoquée sont les mêmes que celles déjà données par la ministre, le manque de budget pour ce nouvel établissement. Cependant, la suite du communiqué est plus intéressante "face à la grave situation économique que connait notre pays, il serait temps que le SNEP prenne conscience qu’il n’est pas le centre du monde, fasse preuve de responsabilité et ait le sens de l’intérêt général", souligne le Samup qui avec le SNEP a trouvé son véritable adversaire. Selon le représentant des artistes, il est faut de croire comme le SNEP le répète, de croire que les majors sont "à l'origine de la création". Le conflit idéologique bat donc son plein, entre le ministère qui prend le parti des artistes, face aux majors, qui sont comme toujours caricaturées. La vérité est certainement plus complexe, et la suite des événements nous en apprendra plus sur les véritables motivations politiques de la rue de Valois, à vouloir monter les uns contre les autres au sein du secteur musical.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 17h14 | Politique
el

Facebook débouté par une cour française : arrêt publié

Les usagers français de Facebook ont le droit d'attaquer Facebook devant les tribunaux...

Les usagers français de Facebook ont le droit d'attaquer Facebook devant les tribunaux français et non pas, comme le stipulent les conditions d'utilisation du réseau social, devant les tribunaux californiens. C'est ce qu'a décidé la cour d'appel de Pau dans un arrêt rendu en mars et qui vient d'être publié. Les faits sont les suivants : un dénommé Sébastien R. avait porté plainte en 2010 contre Facebook pour avoir, selon lui, abusivement fermé son compte, et ce sans le prévenir. Il réclamait 1500 euros de dommages-intérêts afin de réparer le préjudice qu'il estimait avoir subi. Se fondant sur le fait que les conditions d'utilisation de son réseau spécifient que les tribunaux compétents en cas de litige sont les tribunaux californiens, Facebook avait rétorqué que la demande de Sébastien R. n'était pas recevable car le tribunal français n'était pas compétent. Comble parmi les combles, la compagnie de Mark Zuckerberg demandait même des dommages à son tour ! En 2011, le tribunal de Bayonne avait accepté l'argumentation de Facebook, et décidé que Sébastien R. devait attaquer Facebook en Californie, ce qui était bien entendu presqu'impossible pour un particulier, au vu des couts que cela aurait engendré. Sébastien R. a donc fait appel de la décision du tribunal - et bien lui en a pris - puisque la cour d'appel de Pau lui a donné raison. Citant le code de procédure civile, la cour d'appel rappelle que les clauses attribuant la compétence à des tribunaux autres que ceux où vit celui qui accepte un contrat d'adhésion, c'est-à-dire un contrat préécrit et non négociable, doivent être extrêmement claires. Or la Cour dénonce que :

Il apparaît à la lecture des conditions générales d’utilisation du site, que les dispositions spécifiques relatives à la clause attributive de compétence à une juridiction des Etats Unis est noyée dans de très nombreuses dispositions dont aucune n’est numérotée.
Elle est en petits caractères et ne se distingue pas des autres stipulations.
Elle arrive au terme d’une lecture complexe de douze pages format A4 pour la version papier remise à la Cour et la prise de connaissance de ces conditions peut être encore plus difficile sur un écran d’ordinateur ou de téléphone portable, pour un internaute français de compétence moyenne.

Au final, Facebook est condamné à payer les 1200 euros que Sébastien R. a dépensé en frais d'avocat pour obtenir que la compétence des tribunaux français soit reconnue,  et la Cour donne compétence au tribunal de Bayonne pour décider sur le fond du problème. Reste à voir si le tribunal de Bayonne appliquera la loi française ou la loi du Delaware, qui est celle spécifiée dans les conditions d'utilisation de Facebook. La suite au prochain épisode, donc.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 15h49 | Web 1,2,3
web

Le site de Charlie Hebdo inaccessible – JDD

Le site de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui publie mercredi des dessins satiriques...

Le site de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui publie mercredi des dessins satiriques du prophète musulman Mahomet en pleine période de...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 11h53 | Politique
web

Microsoft Could Be In Trouble With EU Regulators Over Web Browsers – Silicon Alley

Sept. 18 (Bloomberg) -- European Union regulators are preparing an antitrust complaint over...

Sept. 18 (Bloomberg) -- European Union regulators are preparing an antitrust complaint over Microsoft Corp.’s failure to comply with a settlement to give users a choice of web browsers, according to two people familiar with the matter. There’s no set timing for the European Commission to send the statement of objections, said the people who asked not to be identified because the complaint isn’t public. A statement of objections lists alleged violations of competition rules and is a precursor to possible fines. EU Competition Commissioner Joaquin Almunia said in July that Microsoft may have misled regulators by failing to display a browser choice screen to users of the Windows operating system since February 2011. The world’s largest software company blamed a technical error for not showing the screen to some users and offered to extend until March 2016 a commitment to show it. Microsoft has already been fined 1.68 billion euros ($2.2 billion) in EU antitrust pro...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 11h52 | Web 1,2,3
web

Les artistes les plus piratés dans le monde sont… – Journal du Geek

Les données recueillies par la société Musicmetric donnent un aperçu des tendances de...

Les données recueillies par la société Musicmetric donnent un aperçu des tendances de téléchargement illégal dans le monde (via BitTorent). Ainsi, les USA sont premier avec 96 868 398 millions...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 septembre 2012 à 11h50 | Peer2peer
18 septembre 2012
web

Neutralité du Net : Bercy écarte l’idée d’une loi – Ecrans

La députée UMP Laure de la Raudière a déposé une nouvelle proposition de...

La députée UMP Laure de la Raudière a déposé une nouvelle proposition de loi... Mais Bercy ne souhaite pas légiférer sur le sujet et préférerait intégrer ces débats dans la fusion annoncée entre l'Arcep et le CSA...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 18h41 | Web 1,2,3
twitter

Pascal Rogard fustige les obligations de D8

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 18h23 | Old fashion media
twitter

Microsoft a signé un accord de licence avec Research In Motion (Blackberry)

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 18h05 | Non classé

Quand le gouvernement laisse mourir à petit feu les plateformes de musique

Imbroglio entre les entrepreneurs de la musique sur le Web, la rue de Valois, l’Hadopi. L’argent ne vient plus et l’offre légale passe par pertes et fracas. AlloMusic, MusicME, Jiwa… Combien encore de disparitions avant que les pouvoirs publics ne …

18 septembre 2012 à 17h59 | Web 1,2,3
twitter

Nouvel album de Muse à l’Olympia

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 15h16 | So_cult’
urgent

Direct 8 : rachat par Canal validé!

Ca y est, le CSA vient de donner une fois pour toute son...

Ca y est, le CSA vient de donner une fois pour toute son feu vertau rachat des chaînes Direct Star et Direct 8 par le groupe Canal + après des mois d'allers-retours et de controverses. Evidemment, le conseil pose des conditions qu'il a négociées avec le groupe de télévision payante ces derniers jours après que celui-ci a rejeté les termes posés lors du premier verdict du CSA. Et il faut croire que, pressé par le temps, le groupe Canal+ était prêt à tout accepter, puisqu'au lieu d'attendrir ses exigences, le CSA les a au contraire durcies. D'abord, celles prévu lors de la première décision sont maintenues : Canal+ ne pourra signer un accord cadre qu'avec un seul des studios américains pour ses chaînes gratuites, ne pourra pas acquérir les droits gratuits et payants de plus de 20 oeuvres cinématographiques par an (dont 10 maximum pourront afficher un budget supérieur à 7 millions d'euros) et devra mettre en place deux centrales d'achats autonomes : une pour son activité de télévision payante, une autre pour la gratuite. S'ajoutent ensuite les dispositions décidées ces derniers jours par les Sages, qui ont probablement tendu l'oreille aux réclamations des chaînes concurrentes : pendant trois ans, D8 ne pourra proposer qu'une soirée consacrée aux séries américaines par semaine, contre les deux souhaitées par la chaîne cryptée et attendre un an et demi après la diffusion payante des séries françaises vues sur Canal+ pour pouvoir à son tour les programmer. Une autre restriction concerne les longs métrages : au moins un tiers des acquisitions devra concerner des films à petits budgets (moins de 7 millions d'euros) tandis qu'un maximum de 36% des films achetés pourront provenir du catalogue de Studiocanal. Enfin, les obligations de production d'oeuvres patrimoniales européennes ont été fixées à 8,5% du chiffre d'affaires de la chaîne.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 14h23 | Old fashion media
el

Direct Star, tout pour la musique

Les informations fuitent quelques heures avant la décision du conseil supérieur de l'audiovisuel....

Les informations fuitent quelques heures avant la décision du conseil supérieur de l'audiovisuel. Les sages devraient en effet selon toutes vraisemblances accorder au groupe Canal Plus un feu vert pour le rachat de Bolloré Média. En contre-partie, de cette acquisition qui a agité le petit monde des chaines françaises ces derniers mois, le CSA devrait charger le cahier des obligations. Notamment, pour la chaine Direct Star, ex Virgin 17, lancée par le groupe Lagardère sur une thématique musicale, puis racheter par Bolloré. Ce dernier avait alors demandé à l'instar du groupe Lagardère à diminuer les obligations de diffusion de programmes musicaux (près de 75% de l'antenne), sans succès, les sages du CSA ont toujours refusé. Il faut dire qu'une chaîne musicale faisait partie du programme du CSA lors du lancement de la TNT, afin de répondre à un impératif de diversité, et aussi à une demande de la filière musique. La convention de Direct Star n'a donc pas évolué et le groupe Canal Plus va devoir faire avec. La filière musique est d'ailleurs très attentive à ce dossier. Il y a peu de chance qu'elle lâche ainsi une fenêtre importante de diffusion de la musique, dans un paysage audiovisuel où la place de la musique a considérablement diminué.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 13h23 | Old fashion media
el

Un Vanity Fair français pour 2013?

Condé Nast, déjà propriétaire de nombreux titres de la presse magazine en France...

Condé Nast, déjà propriétaire de nombreux titres de la presse magazine en France ( Glamour, GQ, Vogue ...), souhaiterait lancer, avant l'été 2013, une édition locale de son célèbre Vanity Fair. Aux commandes de cette hypothétique nouvelle publication de luxe, Michel Denisot, animateur star de Canal + qui apportera dans ses bagages son carnet d'adresses bien rempli. Xavier Romalet, PDG de la filiale française de Condé Nast,  a bien conscience de se lancer dans un marché déjà fort encombré, mais mise sur la différence de son futur magazine:"un journalisme de qualité, des papiers longs, des photos (...), et une mise en scène glamour". La publication devrait être vendue entre 4 et 5 euros, et 80% du contenu sera exclusif à l'hexagone, le reste provenant de la rédaction outre Atlantique.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 12h32 | Old fashion media
el

« Taxe Google » ça s’en va et ça revient…

Nous vous en parlions hier, Aurélie Filippetti a remis le couvert ce weekend...

Nous vous en parlions hier, Aurélie Filippetti a remis le couvert ce weekend afin de réclamer que les acteurs d'Internet soient taxés, en l'occurrence sur l'indexation des contenus. Une ponction qui serait reversée à la presse et aurait peut-être comme but ultime de se substituer aux aides gouvernementales actuelles. Mais ce n'est pas la première fois que l'idée d'une (malnommée) "taxe Google" est évoquée, loin s'en faut. Depuis plus de deux ans, les gouvernements successifs cherchent à faire payer les géants d'Internet qui ne payent pas ou presque d'impôts sur les bénéfices réalisés grâce aux internautes français. La première fois que l'on voit apparaître la fameuse "taxe Google", c'est en janvier 2010. Nicolas Sarkozy, inspiré par la rapport de la commission Zelnick (du nom du patron du label indépendant Naïve) sur la Création et Internet, évoque lors de ses voeux au monde de la Culture, la possibilité de taxer les revenus publicitaires "des grands portails et moteurs de recherche internationaux présents en France". Un mois plus tard, un amendement de Philippe Marini (UMP) est voté au Sénat, il instaure une taxe de 1% pour "tout hébergeur de site de communication au public en ligne établi dans un Etat membre de la Communauté européenne qui fournit un service en France". Le sénateur retire son amendement avant même que la loi ne soit votée, ce que s'empresse de justifier le ministre du Budget d'alors, Eric Woerth, jugeant que la mise en application présenterait des difficultés, une argumentation vague s'il en est. Coup de tonnerre en décembre de la même année puisque Philippe Marini revient à la charge et propose de taxer à hauteur de 1 % les investissements publicitaires en ligne réalisés en France , une formulation qui protège Google qui n'est pas domiciliée fiscalement dans l'hexagone mais en Irlande et aux Bermudes. Cette disposition est adoptée dans la cadre de la loi de finances le 13 décembre. Mais aussitôt François Baroin, successeur au Budget à Eric Woerth, reporte l'application de la disposition du 1er janvier au 1er juin 2011 par un amendement. En juin 2011, l'Assemblée Nationale adopte in extremis un amendement présenté par Laure de la Raudière et qui met à mort cette fameuse "taxe Google", dont la plus récente mouture avait été décriée par de nombreux web entrepreneurs français, jugeant qu'elle porterait préjudice aux start ups et PME locales au lieu de ponctionner les géants internationaux visés à l'origine. La "taxe Google" est morte. Mais Nicolas Sarkozy la ressuscite en mars 2012 pendant la campagne présidentielle en évoquant une possible taxation des revenus publicitaires en ligne. Dans un même temps, l'équipe de François Hollande est plus mitigée, avec Aurélie Filippetti à la culture qui parle d'une contribution des grandes plateformes au financement de la culture tandis que Fleur Pellerin au numérique se contente de tacler la politique du numérique mise place par le gouvernement Sarkozy et l'Europe. En juillet 2012, le tenace sénateur Philippe Marini présente une "proposition de loi pour une fiscalité numérique neutre et équitable" qui taxerait à hauteur de 0,5 % ou 1 %, selon les montants concernés, les revenus des régies publicitaires portant sur les publicités affichées en France et pourrait, selon lui, rapporter 26 millions d'euros. Nouvelle levée de bouclier, de la part du Syndicat des régies Internet cette fois, qui juge que cela constituerait "une entrave à la croissance des acteurs français". Le texte n'a pas encore été voté qu'Aurélie Filippetti relance le débat sous une autre forme avec une sorte de "taxe Google 3.0" basée sur l'agrégation de contenus...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 12h13 | Web 1,2,3
web

Vanity Fair débarque en France, Michel Denisot aux manettes – France Info

Le célèbre magazine américain veut lancer son édition française dans les prochains mois....

Le célèbre magazine américain veut lancer son édition française dans les prochains mois. Pour diriger sa rédaction, le groupe Condé Nast, propriétaire du titre Vanity Fair, a choisi Michel Denisot, grande figure de Canal+. Un défi, alors que le marché de la presse magazine en France est déjà largement envahi.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 8h35 | Old fashion media
web

Google se paye Snapseed – MacBidouille.com

Certainement en réponse tardive au rachat d'Instagram par Facebook, Google a racheté un...

Certainement en réponse tardive au rachat d'Instagram par Facebook, Google a racheté un logiciel similaire, Snapseed.Lees intentions de Google sont claires et affichées, intégrer les fonctions de Snapseed à Google+ afin de ne pas prendre de retard en fonctionnalités sur Facebook. Les choses ne sont pourtant pas gagnées, Google ayant toutes les peines du monde à recruter sur son réseau social. Enfin, tout n'est pas perdu, Facebook ayant de plus en plus de mal à garder ses clients membres en Europe, où il semble qu'une forme de lassitude ou peut-être une prise de conscience fait que certains sont de moins en moins fidèles à ce réseau social et préfèrent garder leur vie privée... privée...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2012 à 0h58 | Web 1,2,3
17 septembre 2012
twitter

La fin de MusicMe

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 18h28 | So_cult’
web

[infographie] Les partages musicaux sur les réseaux sociaux – Locita

Cette infographie proposée par Serendip, présente des chiffres sur les différentes pratiques musicales...

Cette infographie proposée par Serendip, présente des chiffres sur les différentes pratiques musicales selon les pays. Villes dans lesquelles on...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 17h32 | Web 1,2,3
web

Partage : un sociologue dénonce la confusion des genres de la Hadopi – PCinpact

Pierre Mercklé est sociologue, maître de conférence à l'ENS de Lyon et chercheur...

Pierre Mercklé est sociologue, maître de conférence à l'ENS de Lyon et chercheur au Centre Max Weber. Il a publié un billet intitulé « Le savant et le policier, ou pourquoi je ne participe pas à une enquête de l’HADOPI ». Il raconte avoir été sollicité par un grand cabinet d’études commandité par la Hadopi. Et pourquoi il a décliné l’invitation...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 17h30 | Peer2peer

Apple : pourquoi iPhone se vend si bien et déjoue les pronostics de la presse spécialisée

Apple a enregistré 2 millions de pré-commandes pour iPhone 5 en 24 heures. Preuve que la stratégie de fond de Cupertino fonctionne encore, malgré la concurrence enragée. C’est une évidence sur la plupart des marchés mais ça ne l’est pas …

17 septembre 2012 à 16h44 | So_amazing
el

Shazam dans ta télé!

L'application Shazam, qui sert à reconnaître des musiques, a annoncé ce lundi avoir...

L'application Shazam, qui sert à reconnaître des musiques, a annoncé ce lundi avoir dépassé les 250 millions d'utilisateurs dans le monde. Un véritable cap pour cette société créée en 1999 et basée à Londres, qui est passée du service payant accessible par texto à une application dernier cri et extrêmement populaire en incluant des liens vers les titres détectés sur iTuines, Youtube, Spotify ou Zune selon les appareils. Mais l'autre grosse annonce de la société ce jour, c'est le lancement aux Etats-Unis du service "Shazam for TV". Evidemment, il ne s'agit pas seulement de donner le titre de ce qu'on est en train de regarder, puisque celui-c i s'affiche déjà sur la plupart des téléviseurs. C’est plutôt une télé 2.0 que propose ce service, qui permet de découvrir la bande son du programme, des photos et vidéos des coulisses de l'émission, du film ou de la série, les tweets des acteurs y ayant trait, les informations et anecdotes sur le casting etc. Ils pourront également se servir de l'application pour commenter en direct le programme qu'ils regardent, sur Facebook ou Twitter.  Nul doute que ce service,  qui semble en parfaite adéquation avec l'utilisation croissante d'un autre écran lorsque l'on regarde la télévision (88 % des utilisateurs de smartphones s'en serviraient tout en regardant la télévision), ce qui s'est confirmé avec le mariage royal british, les Jeux olympiques ou le discours d'Obama à la convention démocrate, devrait cartonner Outre Atlantique avant de débarquer en Europe à une date inconnue pour le moment.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 15h13 | So_amazing
el

Atlantico : 2 millions et des ebooks

Le pure player Atlantico vient de boucler  deux levées de fonds pour un...

Le pure player Atlantico vient de boucler  deux levées de fonds pour un montant total dépassant les 2 millions d'euros : une première levée de 575 000 euros et une seconde de 1,5 million cet été. Gérard Lignac, ancien président du groupe de presse « L'Est Républicain » et principal investisseur lors de ces récoltes, détient donc dorénavant un tiers du capital de la société. Jean-Sébastien Ferjou, cofondateur et directeur de la publication assure cependant que le groupe de cofondateurs conserve la place d'actionnaire majoritaire, assurant selon lui l'indépendance éditoriale. Avec ces nouvelles rentrées, Atlantico entend développer plusieurs services payants: des ebooks qui seront publiés en partenariat avec Eyrolles (qui sera donc intéressé aux bénéfices de ceux-ci) mais aussi une sorte de "Best Of" hebdomadaire regroupant les meilleurs articles de la semaine au format numérique. En attendant, Atlantico affirme  avoir atteint ses objectifs  avec une audience de plus d'un million de visiteurs uniques par mois (en hausse) et un équilibre à l'horizon 2014.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 14h31 | Old fashion media
el

Rachat de Direct8 par Canal + : feu vert du CSA

Les coups de butoir portés par le groupe Canal à la porte du...

Les coups de butoir portés par le groupe Canal à la porte du CSA ont finalement été couronnés de succès puisque le conseil va valider le rachat par le groupe de télévision payante des deux chaînes TNT du groupe Bolloré, Direct 8 et Direct Star. Pourtant, Canal + avait rejeté les conditions posées par cette autorité, menaçant même de gérer les chaînes sans en être propriétaire. D'autre part, une fronde généralisée avait uni pour un temps TF1, M6 et France Télévisions, qui jugeaient que ce rachat leur porterait préjudice, propulsant un groupe de télévision payante aux manettes d'une chaîne gratuite et déséquilibrant ainsi la concurrence.  On ne connait pas encore les termes de l'accord qui a fini par être conclu entre le CSA et le groupe Canal+, mais dès jeudi, Direct8 deviendra D8 et sera propulsé par un énorme budget pour grignoter des parts d'audiences aux autres chaînes de la TNT.  Avec un budget triplé pour Direct 8  , les chaînes gratuites ont en effet du souci à se faire, d'autant que le groupe Canal + compte y propulser des animateurs haut de gamme, de quoi faire de l'ombre aux stars déchues de la télé-réalité qui hantent les plateaux de la TNT...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 14h23 | Old fashion media
el

Filippetti : une taxe au clic pour financer la presse?

Les déclarations d'Aurélie Filippetti n'en finissent pas de provoquer des tollés. Elle soutenait...

Les déclarations d'Aurélie Filippetti n'en finissent pas de provoquer des tollés. Elle soutenait la semaine dernière l'idée d'une taxe sur les agrégateurs d'information en ligne qui serait reversée aux organes de presse, une idée qui a fait bondir le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil) qui compte parmi ses adhérents les pure players Atlantico, @rrêt sur images, Mediapart, Owni, Rue89 ou Slate.  Selon eux, il s'agirait en fait de taxer l'indexation des contenus pour faire à la presse une subvention qui ne dirait pas son nom, une démarche dont ils redoutent qu'elle n'ait l'effet inverse de celui escompté, en renfonçant le monopole de Google au détriment des autres acteurs du net utilisant l'agrégation. En parallèle, et sans surprise, plusieurs grands journaux s'étaient prononcés en faveur d'une telle taxation, rejoints par le Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) ou le GIE E-Presse. Dans une interview accordée à Aqui.fr et Rue89 ce weekend lors d'un déplacement à Metz, la ministre de la Culture défend une fois de plus ce projet: "ce qui est indispensable, c'est qu'il y ait une forme de rétribution par les sites qui aujourd'hui tirent un profit réel de l'utilisation des contenus riches en information, en savoir faire, en matière grise. Il faut qu'ils participent au financement de l'information."  Serait-ce une manière de remplacer des subventions de l'Etat comme le soupçonne le Spiil?  C’est bien possible puisqu'Aurélie Filippetti dit vouloir "une remise à plat des aides (...) il n'est pas illégitime de s'interroger sur la pertinence de certaines autres aides qui vont vers des journaux par exemple dits «people» et ne sont pas dans des difficultés économiques avérées". La ministre en a tout de même profité pour régler un diférend avec les journalistes travaillant en ligne, qui était né lors d'une interview dans Polka magazine, et où elle avait estimé que "sur Internet rien n'était éditorialisé", elle précise "Il y a eu un malentendu. Je voulais dire qu'il y a aujourd'hui, sur internet, des plateformes qui utilisent beaucoup de textes bruts issus notamment de travaux d'agence de presse, l'Agence France Presse par exemple, et qui en fait se contentent de répertorier un certain nombre de dépêches. Ils nuisent évidemment au travail des agences parfois et aussi à ceux qui font un vrai travail journalistique, en ligne. Moi, je plaidais pour le maintien de la qualité de la presse qu'elle soit papier ou presse en ligne." Dont acte.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 13h58 | Politique
urgent

Didier Varrod succède à Bernard Chérèze

Didier Varrod, animateur notamment de l'émission Electron Libre sur France Inter, vient d'être...

Didier Varrod, animateur notamment de l'émission Electron Libre sur France Inter, vient d'être nommé en remplacement de Bernard Chérèze directeur de la "musique" sur la station phare du service public. Il anime depuis deux ans une émission dans la grille matinale de France Inter, Encore un matin (à partir de 7h24), qui selon Télérama a décroché la meilleure audience de la station.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 13h54 | Old fashion media
el

Le Top des films piratés

Chaque semaine, le site TorrentFreak publie un palmarès des films les plus piratés...

Chaque semaine, le site TorrentFreak publie un palmarès des films les plus piratés sur les réseaux P2P. Torrentfreak se défend d'offrir là des données qui intéresseraient les internautes qui souhaiteraient télécharger illégalement des films, en expliquant qu'il s'agit d'informations pour l'éducation - passons sur l'hypocrisie de l'affaire. Cela dit, ce classement est intéressant, car il apporte toujours quelque chose concernant les relations compliquées entre le piratage et les oeuvres. Ainsi, c'est le film Men in Black 3 qui arrive en tête devant Prometheus, le pensum "intelligent design" de Ridley Scott. Deux films qui ont connu une sortie consistante mais sans atteindre les sommets, comme ce fut le cas pour The Avengers par exemple, qui est déjà un des films les plus rentables de cette année. Prometheus a rapporté 386 millions de dollars dans le monde dont 126 millions seulement aux Etats-Unis, ce qui n'est cependant pas un échec pour un film dépassant les deux heures. Le film avec Will Smith a fait un peu mieux, avec 179 millions aux Etats-Unis, mais plus de 400 millions dans le reste du monde. Pour ces deux productions, il est compliqué de savoir si les internautes ont souhaité télécharger ces films pour en garder une copie, ou bien si certains les veulent pour enfin les visionner, mais sans payer, car pas suffisamment attirés. Même cas de figure avec Snow White and the hunter qui a réalisé 155 millions de dollars de chiffre d'affaires sur son marché local, mais se classe troisième du Top 10 du P2P. Enfin The Avengers, record de l'année avec plus de 600 millions de dollars de recettes n'est que huitième, et sixième sur la semaine passée, alors que le film existe en version VOD et DVD, ce qui est bien pratique pour en tirer de bonnes copies pour les réseaux pirates.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 septembre 2012 à 13h47 | Peer2peer