Presstalis : le bras de fer commence le 12 décembre – #Gratuit

La direction de Presstalis met la pression sur les syndicats. La procédure de plan social commence formellement le 12 décembre. Si les syndicats n'obtempèrent pas la direction pourrait faire sans eux. (Publié le 5 décembre)

Cette fois, fini de jouer. Les convocations ont été envoyées en fin de semaine dernière aux représentants du personnel de Presstalis. Les Livres I et II vont être réunis lors d'une serie de reunions qui auront lieu entre le 12 et le 14 décembre pour le Comité central et le comité d'entreprise dans les différentes antennes du groupe de distribution de la presse. Les représentants syndicaux n'ont pas encore répondu comme cela se fait dans cette guerre d'usure entre Presstalis et ses salariés. Les éditeurs de presse craignent un durcissement des mouvements de grève dans les prochains jours, ce qui n'est jamais une bonne nouvelle à l'approche des fêtes, une période importante car riche en publicité.

Depuis le 15 octobre et le coup de force des ouvriers du Livre, la situation était à la détente entre les différentes parties. Les syndicats ont demandé une expertise indépendante. Elle s'est déroulée pendant un mois, avec une communication vers le 20 novembre du rapport... Forcément hostile à tout plan social. Les syndicats préconisent d'ailleurs une sorte de fusion des différentes structure de distribution de la presse - la nationalisation si l'on peut dire, un terme redevenu à la mode.

MLP refuse de payer 

De leur côté, si les éditeurs avaient donc accepté de laisser filer l'affaire, les MLP ont reculé après des semaines de négociations. Elles ont averti leurs interlocuteurs qu'elles ne voulaient plus payer les 19 millions d'euros pour aider Presstalis, notamment pour mettre en place le plan social, si elle ne récupérait pas les dépôts de presse, dont celui de Paris (SPPS) - pourtant très largement déficitaire.

Dans ces conditions, Presstalis perd toujours environ 2 millions d'euros par mois. Chaque semaine qui passe alourdie la situation financière. Bien entendu, les acteurs de ce drame en sont bien conscients. Le jeu de dupe n'est pas encore fini. Les MLP ont d'ailleurs rencontré les membres du cabinet de la ministre de la culture pour poser leurs conditions. L'État devra prendre ses responsabilités si la situation s'envenime avant la fin de l'année.

 

Le communiqué des syndicats qui refusent le plan Presstalis

1250 emplois supprimés dans le secteur de la Distribution de la presse

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef

Un commentaire sur cet article

  1. Ping : Les syndicats refusent le plan de Presstalis | ElectronLibre