Le retour de la vengeance du CNM, l’UPFI y croit ! Verouillé

Serpent de mer de l’industrie musicale, le CNM était mort-né dès l’arrivée d’Aurélie Filippetti rue de Valois. Mais maintenant que la TSTd génère des revenus croissants et a reçu l’approbation de Bruxelles, la filière rappelle le président à ses promesses de campagne. Lors de son arrivée au poste de ministre de la Culture, une des premières décisions d’Aurélie Filippetti a été, on s’en souvient, de mettre fin au projet de Centre national pour la musique (CNM). Pour se justifier, la toute nouvelle occupante de la rue de Valois avance des raisons budgétaires : la période est à l’austérité, même si elle ne dit pas son nom, et il serait donc impossible pour le gouvernement d’abonder, comme cela devait être le cas, de 45 millions d’euros annuels pour ... (Contenu réservé aux abonnés)

Abonnement à ElectronLibre

Profitez de tous les articles d'ElectronLibre pendant 7 jours grace à notre offre spéciale pour iPhone. Téléchargez notre application dès maintenant sur l'appstore via ce lien : Application EL et activez votre compte !

Ou bien,

Abonnez-vous pour un an et profitez d'un accès illimité à ElectronLibre !

Nous vous invitons à faire votre demande à cette adresse email

Une fois la demande soumise, nous vous contacterons par email (vérifiez vos spams si vous ne recevez rien de notre part, cela peut arriver...) !

Toute l'équipe d'ElectronLibre vous remercie pour votre confiance.

Nouveau recevez notre newsletter hebdo ! Nous offrons périodiquement des articles pour ces abonnés.

Les commentaires sont fermés.