La Silicon Valley a perdu son mojo à Washington Verouillé

De nouvelles affaires "Google" défrayent actuellement la chronique aux États-Unis : la société de Mountain View est accusée d'avoir fait pression sur au moins un think-tank qu'elle finance, et aussi d'avoir exigé le retrait d'articles de presse qui ne lui convenaient pas. De manière ironique, il se pourrait fort bien que ces accusations se cristallisent maintenant du fait de la présence de Donald Trump à la Maison Blanche. Google - et ses autres consoeurs des GAFAMs - sont en effet bien moins protégées par le nouveau président qu'ils ne l'ont été par Barack Obama et son ancienne Secretary Of State Hillary Clinton. Et, fait nouveau, la presse - qui a pourtant désigné Donald Trump comme son Némésis - n'hésite plus à publier des "scandales" concernant la Silicon Valley. ... (Contenu réservé aux abonnés)

Abonnement à ElectronLibre

Profitez de tous les articles d'ElectronLibre pendant 7 jours grace à notre offre spéciale pour iPhone. Téléchargez notre application dès maintenant sur l'appstore via ce lien : Application EL et activez votre compte !

Ou bien,

Abonnez-vous pour un an et profitez d'un accès illimité à ElectronLibre !

Nous vous invitons à faire votre demande à cette adresse email

Une fois la demande soumise, nous vous contacterons par email (vérifiez vos spams si vous ne recevez rien de notre part, cela peut arriver...) !

Toute l'équipe d'ElectronLibre vous remercie pour votre confiance.

Nouveau recevez notre newsletter hebdo ! Nous offrons périodiquement des articles pour ces abonnés.

Les commentaires sont fermés.