Orange, un géant apaisé mais en manque de relais de croissance Verouillé

Stéphane Richard part en laissant un numéro un des télécoms apaisé. En fin manager, il a su trouver les bonnes recettes. Son successeur devra entreprendre de nombreux chantiers, notamment concernant la masse salariale du groupe et les nouveaux relais de croissance. Stéphane Richard ferme la porte à une longue carrière à la tête d'Orange. Onze ans qu'il officie à la présidence de l'opérateur historique. A sa nomination, il avait une mission : permettre un retour à une certaine sérénité après le scandale déclenché par des suicides de salariés. Stéphane Richard s'est parfaitement acquitté de cette première mission. Sous sa présidence, Orange a gardé une longueur d'avance sur ses concurrents locaux, et s'est appuyé sur des revenus solides. Cependant, Le PDG d'Oran ... (Contenu réservé aux abonnés)

Abonnement à ElectronLibre

Profitez de tous les articles d'ElectronLibre pendant 7 jours grace à notre offre spéciale pour iPhone. Téléchargez notre application dès maintenant sur l'appstore via ce lien : Application EL et activez votre compte !

Ou bien,

Abonnez-vous pour un an et profitez d'un accès illimité à ElectronLibre !

Nous vous invitons à faire votre demande à cette adresse email

Une fois la demande soumise, nous vous contacterons par email (vérifiez vos spams si vous ne recevez rien de notre part, cela peut arriver...) !

Toute l'équipe d'ElectronLibre vous remercie pour votre confiance.

Nouveau recevez notre newsletter hebdo ! Nous offrons périodiquement des articles pour ces abonnés.

Les commentaires sont fermés.