Canal Plus met en péril la loi audiovisuelle

Canal Plus fait encore la preuve de son incroyable capacité de peser sur le marché de l’audiovisuel français. Dans un entretien au Figaro, le patron de la chaine cryptée, Maxime Saada, relance l’idée d’une nouvelle chronologie des médias ! Canal Plus souhaiterait cette fois une fenêtre d’exploitation à 3 mois après la sortie salle pour les films. Le patron de Canal Plus veut conserver un avantage concurrentiel fort sur les streamers. Dans le cadre des décrets SMAD, la rue de Valois négocie en parallèle avec les Netflix et consorts pour obtenir en contrepartie d’un financement des films locaux une fenêtre à 14 mois (12 mois dans le cas d’accords), trop proche donc de celle de Canal Plus (qui serait de 8 mois, ou 6 selon accords), selon Maxime Saada. Canal Plus joue ici une carte risquée, mais avec comme objectif principal de ralentir toutes les discussions actuelles pour maintenir une situation où les streamers sont relégués à plus de 30 mois. D’un autre côté, la manoeuvre de Canal Plus reste assez visible, et elle pourrait irriter à la fois le cinéma, les politiques et les streamers, bien sur, et isoler la filiale de Vivendi.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Les commentaires sont fermés.