el

L’Arcep se rebiffe

Décidément, ce n'est pas dans un climat calme et serein que ce fait...

Décidément, ce n'est pas dans un climat calme et serein que ce fait la politique en matière de télécommunication et de communication. Après la lettre des salariés de l'Hadopi, voilà qu'une autre autorité indépendante, l'Arcep montre les dents. Jean-Ludovic Silicani, son président, a rappelé qu'il était opposé à un mariage avec le CSA lors du colloque annuel de l'Arcep. L'argument invoqué n'a pas changé. Pour Jean-Ludovic Silicani, les médias ne sont pas tout sur Internet. Il ne serait donc pas raisonnable de fusionner avec le CSA. Il est vrai que la numérisation des données est importante dans la communication, avec l'audiovisuel, la musique, etc., mais l'extension du réseau des réseaux ne s'arrête pas là. « Attention à ne pas réduire Internet et les réseaux de communications électroniques au transport des seuls médias audiovisuels », a indiqué le président de l'autorité. Jean-Ludovic Silicani répondait à une parole du président de la République qui avait souhaité que la réglementation évolue et appelé à une intégration entre télécom et communication. Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, et Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication ont pour instruction de travailler à cette union. Heureusement pour eux, le mandat de Jean-Ludovic Silicani arrive bientôt à son terme.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 octobre 2014 à 19h10 | Politique
el

Les salariés d’Hadopi en appellent au gouvernement

Il se passe toujours quelque chose rue de Texel... Tout en parodiant un...

Il se passe toujours quelque chose rue de Texel... Tout en parodiant un célèbre slogan publicitaire, on peut tout aussi ajouter que l'Hadopi n'en finit jamais de surprendre. Cette fois, ce sont les salariés qui s'engagent dans la controverse sur le budget de l'autorité indépendante chargée de la lutte contre le piratage. Dans un communiqué, les personnels de l'Hadopi, alliés à la CGT culture, n'y vont pas avec le dos de la cuillère : "Nous, représentants du personnel de l’Hadopi, autorité publique indépendante, une et indivisible comme le sont ses missions définies par la loi, dénonçons la tentative de destruction d’une institution publique par asphyxie financière et ainsi la destruction des emplois d’agents de la fonction publique d’Etat". A l'instar du collège de l'institution, le syndicat rappelle que les missions de l'Hadopi ne sont pas négociables en fonction des crédits alloués. Les représentants du personnel s'inquiètent aussi d'un éventuel agenda caché du gouvernement visant à "asphyxier" l'Hadopi. "Accompagnés de la CGT-Culture, nous demandons solennellement à la ministre de la Culture et de la Communication de revoir le montant total de la subvention prévue pour l’institution en y adjoignant le delta budgétaire qui sépare la demande de crédits de l’autorité du montant prévu en loi de finances, soit 2,5 M€"... Un montant qui ramènerait la paix sociale et la sérénité dans l'institution si l'on en croit cette déclaration. A partir de là, la négociation est donc possible pour le gouvernement et en premier lieu Fleur Pellerin, la ministre de la Culture et de la Communication. Reste à trouver les crédits, avant la fin de la discussion sur le projet de loi de finances, ou bien risquer une crise sociale dans l'institution. A moins, qu'en dernier ressort, les députés n'enjoignent le gouvernement à s'engager sur la voie du compromis. Ce sera l'occasion certainement d'entamer ce dialogue le 13 octobre prochain, lorsque la présidente de l'Hadopi Marie-Françoise Marais s'entretiendra avec Fleur Pellerin. Un privilège pour la magistrate qui n'avait jamais été reçue par la précédente ministre de la Culture de la Communication.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 octobre 2014 à 17h09 | Politique
3 octobre 2014
el

Redevance connectée, le retour de la revanche

Le rapport Lescure fait son grand retour dans les éléments de langage du...

Le rapport Lescure fait son grand retour dans les éléments de langage du gouvernement. Il se pourrait que la troisième colonne du CNC qui a toujours eu ses entrées à l'Elysée se soit d'ailleurs enfin reconstituée. Les déclarations du président de la République sur une extension de la redevance aux appareils connectés est symptomatique. Sous le prétexte - qui tombe sous le coup de l'évidence - d'une juste modernisation, François Hollande s'est montré en effet favorable à ce que son gouvernement travaille à une redevance appliquée aux tablettes et autres smartphones, et pourquoi pas les ordinateurs. « la seule détention du poste de télévision ne peut pas être exclue de cette réflexion puisque l'on peut regarder les chaînes du service public par d'autres moyens », a déclaré le président de la République, hier devant le CSA. L'extension de la redevance audiovisuelle se ferait à "rendement constant" selon les déclarations du président de la République. Les études avaient montré que la redevance appliquée aux appareils connectés représenterait un supplément d'un peu moins de 40 millions d'euros. La balle est maintenant dans le camp de Bercy et de la Rue de Valois.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 octobre 2014 à 16h48 | Politique
1 octobre 2014
el

Hadopi, budget stable, réponse graduée amputée

L'Hadopi focalise toujours autant l'attention... L'autorité indépendante chargée de lutter contre le piratage...

L'Hadopi focalise toujours autant l'attention... L'autorité indépendante chargée de lutter contre le piratage des oeuvres à grande échelle sur les réseaux P2P recevra une dotation de 6 millions d'euros, comparable à celle du budget 2014. La question du budget de l'Hadopi a été régulièrement l'objet d'une bataille politique pour les gouvernements de gauche depuis 2012. Aurélie Filippetti avait souhaité en faire une sorte de démonstration du refoulement de l'anti sarkozysme... Or, l'épaisseur du budget de la Hadopi a des conséquences sur son fonctionnement. Les ayants droit s'inquiètent d'une érosion de l'efficacité de la réponse graduée (le bras armé). Récemment, les représentants du cinéma ont fait savoir que la Hadopi devait consacrer 100% de ses budgets à la réponse graduée, ce qui impliquait de stopper les autres missions concernant l'offre légale, notamment. Impossible pour la Hadopi qui tient ses missions de l'Assemblée nationale, et non pas d'une feuille de route délivrée par les ayants droit. De fait, le collège de la Hadopi pourrait parfaitement voter une réduction de la voilure de la réponse graduée avec les 6 millions d'euros alloués à l'institution indépendante. Une situation qui déplairait aux ayants droit certes, mais qui ne ferait pas non plus les affaires de la rue de Valois, car il y a dans cette histoire une constante : le piratage des oeuvres sur le Net fluctue selon les opportunités. Si le P2P redevient "sûr", les internautes retrouveront vite le goût. D'ailleurs, Popcorn Time est déjà prêt à les accueillir avec son interface "Netflix-like" et des films proposés gratuitement tout comme les séries.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
01 octobre 2014 à 19h18 | Politique
18 septembre 2014
el

Redevance, Matignon aurait dit non

La redevance reste un sujet compliqué pour le pouvoir. Une augmentation n'est jamais...

La redevance reste un sujet compliqué pour le pouvoir. Une augmentation n'est jamais très populaire et souvent interprété comme un coup de canif sur le pouvoir d'achat des Français. La redevance (contribution audiovisuel) a pourtant été augmenté de 5 points ces dernières années, suivant ainsi l'inflation. Cependant, reste une question importante : est ce que la redevance doit être adaptée aux nouveaux supports comme les tablettes ou les smartphones et même les ordinateurs ? Matignon n'y serait pas favorable selon Les Echos.  Le gouvernement considère que cette élargissement de l'assiette serait une ponction fiscale supplémentaire, alors que le message qu'il veut passer est tout le contraire. Un refus qui laisse l'audiovisuel public sans réponse alors que le secteur connait une crise grandissante et que les usages des téléspectateurs migrent justement vers ces nouveaux écrans.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 septembre 2014 à 20h48 | Politique
16 septembre 2014
el

Un nouveau directeur pour le CSA

Le conseil supérieur de l'audiovisuel vient d'annoncer le remplacement de son actuel directeur...

Le conseil supérieur de l'audiovisuel vient d'annoncer le remplacement de son actuel directeur général par Frédéric Lenica. Il prend ses fonctions à partir du 1er octobre. Frédéric Lenica est maitre de requête au Conseil d'Etat. Quand à Marc El Nouchi, qui est également Conseiller d’Etat, il est appelé à "d'autres fonctions" selon le CSA.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 septembre 2014 à 15h23 | Politique
12 septembre 2014
el

Fleur Pellerin n’est pas effrayée par Netflix

Ils étaient tous à La Rochelle pour le festival de la fiction télé....

Ils étaient tous à La Rochelle pour le festival de la fiction télé. La ministre Fleur Pellerin a annoncé son intention de faire de la France un champion de la fiction... Révélant donc en creux que malgré les efforts de France Télévisions, de TF1 ou de Canal Plus, ces dernières années, la France conservait un rang mondial peu flatteur. Cependant, l'arrivée de Netflix n'inquiète pas la ministre qui estime à juste titre que la société américaine représentait une occasion pour les producteurs et les distributeurs français d'engranger de nouvelles recettes. «Netflix doit contribuer à la production française et européenne, c’est le sens du dialogue avec eux», a souligné la ministre. Netflix n'a jamais d'ailleurs affirmé vouloir s'y soustraire, mais son implantation en Hollande, et l'absence de filiale française, ne permet pas d'imposer un niveau d'obligations équivalent à celui des chaînes françaises. Nonce Paolini, le patron de TF1 connait bien d'ailleurs ces obligations, qu'il fustige à l'occasion :" ce sont les chaînes que vous avez devant vous qui financent la création française". «Netflix est en train de racheter des œuvres qui nous font de la concurrence», a ajouté le patron de TF1, sans préciser, que comme nous l'avions révélé, les chaines s'empressent depuis des mois de bloquer les diffusions des oeuvres avec des clauses anti SVOD.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
12 septembre 2014 à 19h48 | Politique
9 septembre 2014
el

Bernard Arnault et la culture : « en France le gouvernement est trop présent dans beaucoup d’activités »

Bernard Arnault a dit tout le bien qu'il pensait de la politique culturelle de...

Bernard Arnault a dit tout le bien qu'il pensait de la politique culturelle de l'Etat dans une interview pour How To Spend It ("comment dépenser votre argent"), le magazine du week-end du Financial Times, donnée à l'occasion du lancement de la fondation Louis Vuitton. "La culture appartient à un registre étranger au planning gouvernemental", a t-il dit, reconnaissant toutefois que "oui, il est bon d'avoir un ministre de la culture, mais on a aussi besoin de ce qu'ont les Etats-Unis, c'est-à-dire les entreprises privées participant à la vie artistique". Il semble déçu du fait que la contribution des entreprises à l'art est sous-estimée en France : "L'entreprise privée n'est pas suffisamment reconnue comme le réel moteur du bien-être global. En, France, l'Etat est trop présent dans bien des secteurs, pas seulement les musées", a t-il affirmé. Rebondissant sur ce qu'il a considéré comme une offre putative de donations au monde artistique, Pascal Rogard de la SACD a invité Monsieur Arnault a participer à son fonds Auteurs Solidaires nouvellement créé.

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 septembre 2014 à 14h26 | Politique
el

Le cabinet de Fleur Pellerin se garnit

Haude Hellio reste au cabinet de Fleur Pellerin, et conserve son dossier sur...

Haude Hellio reste au cabinet de Fleur Pellerin, et conserve son dossier sur la mission musique. En revanche, Arthur Toscan du Plantier abandonne le portefeuille des relations extérieures pour devenir l'interlocuteur privilégié des industries de la création au sein du cabinet. Le maintien de Haude Hellio est une bonne nouvelle pour la filière, apportant ainsi une continuité de l'action de la rue de Valois.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 septembre 2014 à 11h50 | Politique
3 septembre 2014
el

Loi numérique : La concertation lancée par le 1er ministre

Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au numérique du gouvernement de Manuel Valls, a annoncé...

Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au numérique du gouvernement de Manuel Valls, a annoncé lors d'une intervention devant le conseil des ministres sa feuille de route. La loi numérique est absente de cette communication. La secrétaire d'Etat s'est contentée d'indiquer que le projet de loi sera "soumis à l’examen du Parlement en 2015" (lire Manuel Valls déprogramme la loi numérique). Cependant, la secrétaire d'Etat a annoncé que la concertation préfigurant ce texte législatif sera lancée par le Premier Ministre en septembre, et qu'elle sera "animée" par le Conseil national du numérique. Enfin, sur son compte Twitter Axelle Lemaire a affirmé que le budget pour les actions de la French Tech avait été "sanctifié". Une déclaration certainement quelque peu optimiste alors que le projet de loi de finance est encore en préparation et que son vote n'a pas débuté.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 septembre 2014 à 17h23 | Politique
29 août 2014
el

Sébastien Soriano rejoint la rue de Valois

Orange a retrouvé une place de choix auprès de Fleur Pellerin. Sébastien Soriano est...

Orange a retrouvé une place de choix auprès de Fleur Pellerin. Sébastien Soriano est nommé conseiller spécial de la nouvelle ministre de la Culture et de la Communication. Sébastien Soriano est un fidèle, puisqu'il était déjà présent au ministère de numérique et avait suivi Fleur Pellerin aux côtés de Laurent Fabius. Sébastien Soriano affiche un CV en béton armé : rapporteur au conseil de la concurrence (il avait alors pris parti pour Free...), il passe par l'Arcep, travaille sur toutes les questions importantes des télécoms (inter connexions, MVNO, roaming).

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
29 août 2014 à 17h10 | Politique
28 août 2014
el

Martin Ajdari confirmé directeur de cabinet de Fleur Pellerin

Martin Ajdari est un survivant. Appelé à la rescousse après le départ de...

Martin Ajdari est un survivant. Appelé à la rescousse après le départ de Laurence Engel, l'ancien secrétaire général de France Télévision conserve donc son poste de directeur de cabinet à la rue de Valois aux côtés cette de Fleur Pellerin. L'homme fera donc la jonction entre l'administration de l'ancienne ministre et la nouvelle, et surtout pourra continuer à organiser un ministère qui n'a plus connu l'action depuis deux ans, ou presque. Une confirmation qui a rassuré en interne. Martin Ajdari va aussi pouvoir poursuivre sa mission auprès des services DgMic et DgCA qui ont été souvent échaudé par les caprices de l'ancienne locataire. Enfin, selon Matignon, Martin Ajdari est à même d'accompagner Fleur Pellerin sur des sujets techniques et sa bonne connaissance du numérique.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
28 août 2014 à 20h07 | Politique
21 juillet 2014
el

La loi numérique, un chainon de plus

La loi numérique promise par le précédent gouvernement est au point mort. Comme...

La loi numérique promise par le précédent gouvernement est au point mort. Comme nous l'avions révélé, le calendrier, un temps évoqué par la secrétaire d'Etat Axelle Lemaire, n'est plus d'actualité, et le contenu même de la loi est inexistant. Pour y remédier, le gouvernement avait choisi la voie de la "consultation". Dans cette perspective, le nouveau calendrier prévoyait que ces rencontres se fassent en liaison directe avec le Centre national du numérique. Seulement, pour cela, il eut fallu encore que Matignon soit en ordre de marche, ce qui n'était pas le cas, avant la nomination la semaine dernière de George Etienne Faure, au poste de conseiller "numérique" de Manuel Valls. Une nomination qui a pris plus de temps que prévu - chacun ayant voulu placer son favori à ce poste. La consultation va donc enfin pouvoir débuter, certainement aux alentours de la rentrée.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
21 juillet 2014 à 17h43 | Politique
9 juillet 2014
el

Culture : Faillite à Bruxelles

L'histoire est à peine croyable. "La France est marginalisée à Bruxelles. On va...

L'histoire est à peine croyable. "La France est marginalisée à Bruxelles. On va droit à la catastrophe !". Cette déclaration n'est pas celle d'un opposant à François Hollande, elle vient d'un professionnel de la culture, qui s'inquiète, comme tous, de l'absence de relais au Parlement européen. La faillite est totale : aucun député de la gauche ne s'est hissé dans le bon wagon, et la commission culture du parlement est maintenant interdite. "Il va bientôt falloir passer par les députés étrangers...", c'est la confession d'un autre professionnel, de la musique cette fois. Seul consolation, Jean-Marie Cavada qui a été nommé à la commission juridique du Parlement (vice-président de la commission des Affaires juridiques), qui tient aussi un rôle important pour les questions liées à la culture, mais c'est une "maigre consolation". Haut Parleur avait déjà tiré la sonnette d'alarme à ce propos (lire pour les abonnés ELECTIONS EUROPÉENNES : THEY SHOT THE DEPUTY !). Force est de constater que les organes politiques n'ont pas compris l'importance du sujet. La culture n'intéresse plus. Ni à droite, ni à gauche... En définitive, les forces nationales en présence au Parlement se feront donc entre Allemands, Polonais ou Italiens (Silvia Costa élue présidente de la commission Culture et Education est italienne). Des pays dont les positions sur les sujets "cultures" ne sont pas forcément en phase avec l'exception culturelle.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 juillet 2014 à 16h43 | Politique
el

Feu vert pour Jacques Toubon

Jacques Toubon, ancien ministre de la Culture, et qui depuis s'est distingué dans...

Jacques Toubon, ancien ministre de la Culture, et qui depuis s'est distingué dans les combats pour le droit d'auteur, notamment devant le Parlement européen, vient d'être désigné "défenseur des droits" par : 7 blancs, 32 pour, 19 contre à l'Assemblée Nationale et au Sénat par 5 blancs, 16 pour, 14 contre, soit un résultat de 59% de votes "pour".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 juillet 2014 à 12h39 | Politique
2 juillet 2014
el

La Hadopi en ordre de marche

Après six mois, des menaces et des imbroglios, finalement le gouvernement a nommé...

Après six mois, des menaces et des imbroglios, finalement le gouvernement a nommé Alain Lequeux et deux autres conseillers pour siéger à l'Hadopi. Un temps favori, Rémi Mathis, le président de Wikimedia, n'a donc pas été retenu - la petite histoire dit qu'il ne faisait pas l'unanimité chez les ayants droit bretonnants. A sa place, c'est donc un parfait inconnu du grand public et des instances qui va officier: Alain Lequeux, secrétaire général adjoint de la GIAA, le Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes, chargé des questions culturelles. Cependant, Alain Lequeux n'est pas un inconnu pour la ministre Aurélie Filippetti, qui l'a déjà décoré (c'était en janvier dernier, promotion de l'ordre des Arts et des Lettres). Alain Lequeux était aussi présent pour l'Ouverture de la Commission nationale Culture et Handicap (CNCH) le 14 janvier 2014. En interne, la décision de nommer Alain Lequeux revient à Aurélie Filippetti, en personne, qui a d'ailleurs soufflé en amont à ses proches, qu'elle avait son idée sur le sujet... La ministre de la Culture et de la Communication préserve ainsi, et avant tout, le bon fonctionnement de la CPD, le bras armé de la Hadopi, dont la présidente est la socialiste Mireille Imbert-Quaretta. Il y n'avait pas encore le feu au lac, mais cette nomination qui trainait avait mis les nerfs des ayants droit à rude épreuve; ils sont toujours très attachés au principe de la Hadopi, comme nous l'avions révélé. L'objectif de la gauche au pouvoir semble se concentrer sur la sauvegarde de la CPD, et non pas l'institution dans son entier, dont un pan, les études et l'offre légale n'est plus en odeur de sainteté au gouvernement. Les restrictions budgétaires prévues sont d'ailleurs calibrées pour épargner le fonctionnent de la CPD, et donc le royaume de Mireille Imbert-Quaretta. Un indice de plus de la proximité de la CPD et du gouvernement actuel : Aurélie Filippetti a avancé l'idée que la Hadopi pourrait être "réorientée" vers la lutte contre le piratage commercial. Un volet développé de longue date par Mireille Imbert Quaretta, et qui a fait l'objet d'un rapport de sa part. Il parait évident qu'une mission réaffectée sur le piratage commercial de la Hadopi aurait plus de chance d'être adoptée par les députés, dont la plupart demeurent toujours très sceptiques quant à l'utilité de frapper les "citoyens".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
02 juillet 2014 à 11h32 | Politique
1 juillet 2014
el

Manuel Valls à la Sacem

C'est dans le plus grand secret que le Premier ministre viendra à la...

C'est dans le plus grand secret que le Premier ministre viendra à la rencontre de la Sacem jeudi prochain. Un déjeuner est prévu avec moins d'une dizaine de personnes autour de Manuel Valls en tant qu'invité de marque donc, dans les locaux de la vénérable société. Les sujets à aborder avec le Premier ministre ne manquent pas, entre la loi Création toujours dans les limbes, la réforme du droit d'auteur voulu par la commission, ou encore l'avenir incertain du marché de la musique.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
01 juillet 2014 à 16h55 | Politique
el

Hadopi, c’est pour demain

Matignon a signé ! La rue de Valois avait fait le nécessaire quelques...

Matignon a signé ! La rue de Valois avait fait le nécessaire quelques jours après que le collège mandate Marie Françoise Marais, bref tout est réuni pour que le journal officiel ne délivre enfin l'autorité des glaces. Les trois membres manquants seront donc nommés officiellement pour compléter le collège de l'Hadopi qui ainsi reprendra une activité normale.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
01 juillet 2014 à 16h21 | Politique
25 juin 2014
el

Hadopi envoie sa présidente au feu

La situation est ubuesque. Depuis des mois, la rue de Valois assure que...

La situation est ubuesque. Depuis des mois, la rue de Valois assure que la nomination des nouveaux membres du collège de l'Hadopi est imminente. Et chaque jour qui passe ajoute à l'absurdité de la situation, car rien ne vient du ministère de la Culture et de la Communication. Les ayants droit ont déjà fait savoir au ministère qu'ils regrettaient ce blocage. Cette fois, le niveau de pression monte d'un cran puisque le collège de l'Hadopi - qui n'est pas constitué que de personnalités de droite, loin de là - a voté à l'unanimité en faveur d'une mission confiée à Marie-Françoise Marais, la président de l'Hadopi. Celle-ci est donc mandatée pour "mettre en demeure l'autorité réglementaire", autrement dit l'Etat ! L'étape d'après ce sera la plainte... L'autorité indépendante fait ainsi la preuve de son exaspération dans ce dossier, qui montre certainement combien au sein de la rue de Valois certains font peu de cas des lois votées par l'Assemblée.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
25 juin 2014 à 19h40 | Politique
23 juin 2014
el

Axelle Lemaire confirme qu’il n’y a pas de loi sur le numérique

Comme nous l'avions révélé, Axelle Lemaire est dans une situation peu confortable au...

Comme nous l'avions révélé, Axelle Lemaire est dans une situation peu confortable au sein du gouvernement. Le projet de loi sur le numérique, annoncé lorsque Fleur Pellerin était aux affaires, n'a pas de fenêtre législative, et Matignon attend de voir enfin un texte crédible. Dans un entretien à NextInpact, la secrétaire d'Etat au numérique confirme le flou qui entoure ce projet, sans date ni substance. Ainsi, Axelle Lemaire indique concernant le calendrier "Et donc tout cela pour dire que le calendrier que moi j'aimerais suivre, ce serait une présentation en Conseil des ministres d'ici la fin de l'année, avec un examen du projet de loi au premier semestre 2015". Pour cela la loi doit faire l'objet d'une concertation avec les professionnels, de différentes navettes interministérielles, de présentations aux autorités indépendantes (ARCEP, CSA, Hadopi, CNIL...)... N'en jetez plus, la coupe est pleine. Dans ces conditions, il parait peu probable que la loi ne voit le jour en 2015, comme nous l'avions déjà suggéré. D'autant que le traitement des enjeux du numérique, où, jeunesse oblige, les dogmatismes les plus farfelus croisent le fer, parait bien au-dessus des forces d'un gouvernement qui s'est fixé comme ligne de conduite d'éviter les problèmes. Cela dit, détail amusant, dans cet entretien à NextInpact, Axelle Lemaire se déclare opposé à ce que le CSA viennent fourrer son nez dans le Net... De même, elle s'oppose à un transfert des pouvoirs de la Hadopi aux sages du quai André-Citroën. Voilà qui promet du spectacle pour les mois à venir, puisque Aurélie Filippetti a la ferme intention de coller l'Hadopi dans les bras de sa cadette.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
23 juin 2014 à 16h10 | Politique
19 juin 2014
el

Axelle Lemaire se mêle de la négociation YouTube

Aurélie Filippetti est restée silencieuse, du coup la ministre de la Culture et...

Aurélie Filippetti est restée silencieuse, du coup la ministre de la Culture et de la Communication vient de se faire souffler un dossier par Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat au numérique. Invitée à s'exprimer lors de l'Assemblée générale du GESTE, Axelle Lemaire a évoqué l'affaire YouTube - dont nous avons dévoilé les détails. La plateforme menace de retirer les contenus des labels indépendants si les négociations actuelles venaient à échouer. Rien que de très normal, puisque YouTube ne pourrait exploiter des oeuvres dont les droits lui sont retirés. Axelle Lemaire s'est donc emparé du sujet devant les entrepreneurs réunis dans le GESTE, estimant qu'il serait "dommage que YouTube retire les vidéos des labels indépendants, car derrière un artiste dépendant il y toujours eu un artiste indépendant". La secrétaire d'Etat a d'ailleurs répété qu'elle souhaitait que l'Europe inscrive "la neutralité des plateformes" à son programme - quoi que cela signifie... Plus tôt, la secrétaire d'Etat avait dévoilé un peu plus ses intentions concernant YouTube en publiant sur son compte Twitter ce message :

Rappelons que les labels indépendants ont également demandé à la commission de prendre position sur ce dossier, arguant que YouTube était manifestement coupable d'abus de position dominante.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 juin 2014 à 18h05 | Politique
12 juin 2014
el

Netflix déjà au coeur de la commission parlementaire sur le numérique

La commission sur le numérique vient à peine d'être constituée qu'elle est déjà un...

La commission sur le numérique vient à peine d'être constituée qu'elle est déjà un bel objet de curiosité... Le jeu consiste à dénicher les éventuels conflits d'intérêts des membres. Pierre Lescure en son temps avait été la cible idéale lors de la mission ordonnée par la rue de Valois. Forcément, la commission sur le numérique récemment créée au Parlement n'y échappe pas. Deux personnalités nommées au titre d'"experts" ont fait plus ou moins récemment l'actualité. Il s'agit de Winston Maxwell et Thaima Samman. Le premier a joué un rôle important puisqu'il accompagnait Netflix dans ses démarches auprès de l'Etat français. Il était ainsi de la visite du géant américain de la SVOD à l'Elysée lors de la rencontre avec l'ancien conseiller du Président de la République, David Kessler. Autant dire que Netflix est d'ores et déjà bien placé dans cette commission parlementaire présidé par le député Christian Paul. Thaima Samman est moins connue, mais son parcours plaide aussi en faveur d'une implantation "sérieuse" des GAFA à l'Assemblée nationale, puisqu'elle fut directrice des affaires publiques de Microsoft, donc l'une des chevilles ouvrières de la propagande de l'ogre de Redmond... (Amusant de retrouver son nom en bonne place sur les arnaques du Web utilisant la renommée de la fondation Gates). Elle a depuis ouvert un cabinet d'avocats et d'affaires publiques.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
12 juin 2014 à 15h36 | Politique
5 juin 2014
el

Hadopi en route vers Lemaire

Le sort s'acharne. Alors que le calendrier de la loi numérique est entré...

Le sort s'acharne. Alors que le calendrier de la loi numérique est entré dans une période de turbulence, voilà que la rue de Valois souhaite maintenant se débarrasser de l'Hadopi sur le dos d'Axelle Lemaire. La ministre Aurélie Filippetti a clairement l'intention de passer le bébé à sa collègue. Une manoeuvre politique de la part de la ministre de la Culture et de la Communication qui veut maintenant faire le forcing auprès de Matignon pour passer au moins un volet (le spectacle vivant) de la défunte grande loi Création. L'Hadopi a toujours représenté un risque législatif, comme nous l'avions révélé. L'Hadopi n'est pas vraiment un cadeau de bienvenue de la part de la rue de Valois, mais Aurélie Filippetti sait pouvoir compter sur Olivier Schrameck dans cette affaire. Le bouillant président du CSA met toujours autant de pression sur l'exécutif pour obtenir le transfert de l'Hadopi dans ses murs.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
05 juin 2014 à 13h30 | Politique
4 juin 2014
el

L’Hadopi grogne …

L'Hadopi est le jouet d'une sorte de jeu du "le dernier qui bouge...

L'Hadopi est le jouet d'une sorte de jeu du "le dernier qui bouge a gagné" ! Depuis plus de deux mois, l'autorité indépendante est bloquée dans son fonctionnement normale du fait d'un retard de nominations. Le ministère de la Culture et de la Communication doit en effet désigner une personnalité qui doit siéger au collège de l'Hadopi. Du côté de la rue de Valois, les choses trainent. A tel point que la Hadopi vient de publier un communiqué rageur : "le 14 octobre 2013, soit deux mois avant l’échéance du mandat de trois des membres du Collège de l’Hadopi, la présidente de l’Hadopi a sollicité la nomination de nouveaux membres auprès des autorités concernées.  Bien que l’Hadopi ait eu des assurances successives de la nomination imminente des nouveaux membres, celle-ci n’est pas intervenue. Aussi, le 23 avril 2014, la présidente de l’Hadopi a attiré l’attention du Premier ministre sur le fait que l’Hadopi était toujours dans l’attente du décret portant renouvellement des trois membres du Collège et sur l’urgence de remédier à cette situation."

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 juin 2014 à 19h29 | Politique
28 mai 2014
el

Le manque de financement empêche les entreprises européennes de bien vendre leurs innovations

"Le manque de financement empêche les entreprises de tirer parti de leurs innovations",...

"Le manque de financement empêche les entreprises de tirer parti de leurs innovations", tel est le constat sans appel de la Commission Européenne suite à l’enquête Innobaromètre 2014 sur le rôle des financements publics dans la commercialisation des innovations en Europe. Ce baromètre se limitant aux financements publics, la Commission n'insiste pas sur le fait que les banques prêtent extrêmement peu aux PME, mais souligne néanmoins que le rôle de l'Etat est d'autant plus important que l'accès au financement privé des PME est problématique. Parmi les pistes à suivre par les Etats pour soutenir non pas seulement l'innovation, mais la commercialisation de cette innovation, la Commission liste notamment le développement des marchés publics qui seraient plus tournés sur les produits innovants. Elle déplore en effet que 18 % des entreprises ont remporté au moins un marché public depuis janvier 2011 mais que "de ces 18 % d’entreprises, seul un tiers (38 %) a vendu des biens ou services innovants". Les autres constats concernent les aides publiques, au sujet desquelles la Commission souligne que la plupart des entreprises (91 %) déclarent ne pas avoir reçu d’aide financière publique pour la recherche et le développement ou pour d’autres activités innovantes depuis janvier 2011, et que parmi les entreprises ayant reçu une aide publique pour la commercialisation de leurs innovations, 67 % indiquent que cette aide était insuffisante.

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
28 mai 2014 à 19h45 | Politique
27 mai 2014
el

Le nouvel OS d’Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg fait preuve d'un certain courage et d'une continuité dans son action,...

Arnaud Montebourg fait preuve d'un certain courage et d'une continuité dans son action, ce qui détonne dans le paysage politique actuel. Bien sûr, le ministre de l'économie subit des déconvenues, mais il fait preuve d'une obstination rare. Dernier exemple en date, le ministre du numérique vient d'émettre l'idée, selon l'Opinion, que la France doit se doter d'un système d'exploitation. En sorte, ce serait un concurrent d'OS X, Android ou encore Windows. Ce système devrait d'ailleurs être basé sur le logiciel libre, selon les désirs du ministre, qui sur ce terrain est encore un débutant, et peut forcément commettre bien des erreurs. Toujours selon l'Opinion, l'opérateur Orange aurait déjà commencé à travailler sur le logiciel.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
27 mai 2014 à 13h40 | Politique
21 mai 2014
el

Karel De Gucht a la confiance d’Aurélie Filippetti

"M. De Gucht a été très clair : il a dit qu'il respecterait...

"M. De Gucht a été très clair : il a dit qu'il respecterait scrupuleusement le mandat de négociation de la Commission européenne et ne discuterait donc pas avec les États-Unis des services audiovisuels et culturels", a affirmé la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti. La ministre, qui a souhaité renforcer la présence du gouvernement pendant le festival de Cannes, s'est donc déclarée confiante à propos de la manière dont le commissaire Karel De Gucht menait les négociations avec les Américains dans le cadre du traité commercial. La France avait obtenu que les affaires culturelles et l'audiovisuel ne soient pas intégrés dans ces discussions. Ce que la commission avait accepté du bout des lèvres... Karel De Gucht n'est pas en odeur de sainteté dans les milieux culturels français, tout particulièrement dans le cinéma. D'autre part, la secrétaire d'Etat au commerce extérieur Fleur Pellerin a pris l'engagement de relater les avancées de ces négociations devant le parlement. La secrétaire d'Etat souhaite d'ailleurs, à l'image du gouvernement, que le mandat soit rendu public. Quelques pays y sont opposés, mais ce document a déjà été révélé officieusement sur le Net.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
21 mai 2014 à 18h58 | Politique
el

David Kessler, la rumeur Audrey Azoulay à L’Elysée

Tout cela se fera peut-être un jour, en attendant, David Kessler dément formellement...

Tout cela se fera peut-être un jour, en attendant, David Kessler dément formellement la rumeur selon laquelle il laisserait sa place de conseiller culture et média à l'Elysée à Audrey Azoulay. "Ce n'est pas d'actualité", a déclaré l'ancien patron du CNC et de France Culture. Audrey Azoulay est actuellement Directrice-adjointe de l'audiovisuel du CNC, aux côtés de Frédérique Bredin, elle défend les finances du cinéma français contre les envieux. Audrey Azoulay connait parfaitement le ministère de la Culture et de la Communication pour avoir été à la DDM (la formule d'avant le couple DGMIC/DGCA) entre 2000 et 2003. Depuis cette date, Audrey Azoulay était magistrate à la Cour des comptes et à la Chambre régionale des comptes d'Ile-de-France, en tant que rapporteur auprès du Comité d'enquête sur le coût et le rendement des services publics.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
21 mai 2014 à 16h54 | Politique
20 mai 2014
el

CNC : L’Etat toujours aussi gourmand

Sans vergogne l'Etat se prépare à nouveau à ponctionner une partie du fonds...

Sans vergogne l'Etat se prépare à nouveau à ponctionner une partie du fonds de roulement du centre national du cinéma, selon Les Echos. La présidente du CNC, Frédérique Bredin va certainement tenter de dissuader le président de la République, elle avait déjà réussi à alléger la part captée par l'Etat lors du précédent exercice, mais l'habitude est maintenant prise. L'Etat se sert dans les caisses du CNC depuis 2011, rappelle le quotidien économique. Cette fois, la somme serait comprise entre 100 et 150 millions d'euros. Rappelons que les ressources du CNC ont largement progressé avec les prélèvements effectués sur le chiffre d'affaires des fournisseurs d'accès.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
20 mai 2014 à 19h13 | Politique
el

Frédéric Martel, l’ombre de la rue de Valois

Martin Ajdari est en mission. Frédéric Martel conseille. L'arrivée du nouveau directeur de cabinet,...

Martin Ajdari est en mission. Frédéric Martel conseille. L'arrivée du nouveau directeur de cabinet, venu de France Télévisions, est certainement une très bonne nouvelle. Le ministère de la Culture et de la Communication reviendrait avec lui sur la bonne voie, gagnant en efficacité, très certainement. Le bilan de Laurence Engel à ce poste n'a rien d'infamant, mais le dossier de la Loi Création est un échec. Cela dit, la rue de Valois redémarre, les premiers signes devraient apparaitre bientôt, mais quelle sera la direction ? Pour cela, Aurélie Filippetti a une botte secrète : Frédéric Martel. Le journaliste qui officie à France Culture, a l'oreille de la ministre. Numérique, industries de la culture, audiovisuel, l'homme se revendique comme un spécialiste sur tous ces sujets.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
20 mai 2014 à 14h45 | Politique