Discovery ouvre TestTube

 

Le futur de la télévision sera l'Internet. La dernière annonce du groupe américain Discovery, qui va lancer une plateforme de vidéo gratuite ce jeudi, laisse à penser que ça pourrait bien être le cas.

Jeudi, Discovery va lancer une plateforme de vidéo gratuite baptisée TestTube et qui vise les jeunes hommes de 18 à 34 ans, une tranche qui a reculé de 6% parmi les abonnements ces derniers mois.

Contenus rois

La plateforme sera disponible dans un premier temps via Youtube, mais la chaine viserait une accessibilité prochaine par le biais de la Xbox de Microsoft, ainsi que par les boîtiers TV d’Apple, de Roku, et sur l’ensemble des smartphones et tablettes (avec la priorité sur ceux fonctionnant sous iOS et Android). Et comme la gratuité a toujours un prix, ici les programmes devront se rentabiliser grâce à la publicité (probablement du pre-roll même si cela n’a pas été précisé). Côté technique, cette nouvelle plateforme sera propulsée par les technologies de Revision3, achetée l’an passé pour quelque 30 millions de dollars. Pour cibler le public jeune et masculin, TestTube proposera des contenus originaux, comme une émission sur la sexualité humaine, une autre sur les catastrophes naturelles ou encore un show basé sur le même principe que le désormais célèbre « Mythbusters », qui s’attache à faire voler en éclats les idées reçues et légendes urbaines grâce à la science. La plateforme espère très vite enregistrer 10 millions de vues et doubler ce chiffre d’ici la fin de l’année avec la mise en ligne de nouveaux contenus.

La mort lente de la TV payante

En décembre 2012, le groupe Discovery avait racheté 20% d’Eurosport à TF1 pour 170 millions en cash, ce qui laisse à penser qu’elle n’est pas prête à lâcher la poule aux œufs d’or que constitue la télévision payante, mais prépare plutôt sa diversification à l’heure où de plus en plus de jeunes américains délaissent la télévision reine pour dévouer leur temps aux écrans prétendument secondaires. D’ailleurs, Discovery n’est pas la seule à avoir pris note de cette tendance et agi en conséquence, puisqu’en décembre dernier déjà, Time Warner investissait 36 millions de dollars pour développer un studio de production de contenus destinés à Youtube, et DreamWorks a récemment racheté Awesomeness TV, un réseau Youtube de contenus ciblant les adolescents, pour 33 millions de dollars. En France aussi, les développements de plateformes sur Internet se multiplient, mais c’est pour l’instant la télévision de rattrapage qui est privilégiée, là où les américains proposent de plus en plus des contenus exclusifs sur le web.

Il faut dire qu’entre Youtube qui lance ses chaînes payantes et les compagnies comme Aereo, qui captent les programmes pour les retransmettre sur tablettes et smartphones, les grands networks américains sont finalement obligés de mettre en place le changement qu’attendent et attendront leurs futurs téléspectateurs, bon gré mal gré…

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Diane Saint Réquier

Journaliste presse écrite, web, radio. Passionnée de politique, de culture et de nouvelles technologies.