Exception Culturelle : François Hollande posera son veto (si si)

Incroyable fin du prélude de ce début d'un grand roman français sur l'exception culturelle ! Devant des dizaines de témoins, Jean-Marc Ayrault, le premier ministre, a déclaré face à des députés médusés « Nous nous battons pour la défense de la diversité culturelle et nous ne sommes pas seuls. Le Président de la République, la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq, la ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius,  le ministre délégué aux Affaires européennes Thierry Repentin n’ont cessé de multiplier les contact pour obtenir cette exclusion de la négociation, tout comme 14 ministres de la culture européens. La question est simple. Nicole Bricq représentera la France vendredi au Conseil Européen, et son mandat sera clair : on s’oppose à l’ouverture de la négociation si les industries culturelles ne sont pas protégées et exclues de l’accord. La France n’hésitera pas à utiliser son droit de veto, car c’est notre politique, c’est notre combat à mener avec l’appui de la représentation nationale ». En minorité dans l'Union européenne sur cette question, avec contre elle, l'Angleterre ou l'Allemagne, pour ne parler des plus importants, la France devra donc prendre un risque calculé pour défendre sa position. Cependant, le président de la République ne peut plus reculer, à moins de mettre à bas toute sa crédibilité, en laissant tomber toute forme de fermeté face à ses partenaires. Et cela resterait valable pour les autres négociations à venir.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct