Fonds Google, le Nouvel Obs fait bande à part

L'affaire du fonds Google pour la presse n'a pas fini de défrayer la chronique. La signature finale est intervenue en février dernier sous l'égide de l'Elysée entre le géant du Web et quelques éditeurs de presse, surtout la grande presse d'information. L'accord offrait aux éditeurs un mécanisme d'aide à double détente : la création d'un fonds dont l'argent serait distribué sur dossier par un comité à ceux qui en faisaient la demande, dossier à l'appui, et aussi une panoplie d'outils pour le marketing des sites proposée par Google, lui-même. Le premier ne pose aucun problème à la grande majorité des signataires, en revanche le second est plus tordu. Pour beaucoup, Google veut piéger les éditeurs dans ses mailles et phagocyter leurs régies publicitaires en installant sa plateforme de négociation. Comme un seul homme donc, les éditeurs ont tous refusé cette perche tendue par Google... Tous ? Pas exactement, car le Nouvel Obs a lui décidé d'aller se mettre dans la gueule du loup en signant avec Google pour obtenir ces précieux "outils"- le magazine aurait d'ailleurs quitter Audience Square, comme l'a révélé Satellinet. Un costume assez surprenant qu'endosse là le magazine dirigé par Nathalie Collin et Laurent Joffrin, qui ont été parmi les plus virulents lorsqu'il avait fallu fustiger l'hégémonie de Google sur le trafic des sites web d'information. L'annonce de cet accord entre le Nouvel Obs et Google est prévu pour le tout début de la semaine prochaine.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct