Free Mobile : Xavier Niel défend ses offres à prix cassés

Attaqué la semaine dernière par Arnaud Montebourg lors de l'annonce de ses offres 4G sans surcoût, Xavier Niel a accordé ce weekend une interview au Journal du Dimanche où il adopte, comme souvent, une posture entre le poil à gratter assumé et le défenseur des consommateurs. Interrogé sur l'impact de l'arrivée de Free Mobile sur les autres opérateurs, le VP d'Iliad se montre ouvertement goguenard : "Nos concurrents versaient de gros dividendes, ils les ont un peu diminués. Ils étaient très riches, ils le sont un tout petit peu moins. J'ai beaucoup de peine pour eux, je vais pleurer. Personne n'est malheureux dans les télécoms. Les opérateurs dégagent entre 20% et 40% de marge!" Pour lui, ce quatrième opérateur a poussé les acteurs historiques ou du moins plus anciens à investir, faisant le jeu de la concurrence et donc le bonheur des consommateurs. D'ailleurs, Xavier Niel, toujours dans sa position de bienfaiteur de l'humanité, le dit clairement, "Free s'adresse à 99% des Français qui gagnent moins de 3.000 euros et pour qui chaque euro compte." Visiblement peu rancunier après les piques du ministre du Redressement productif, il lui rappelle tout de même que, contrairement à ses concurrents, dont Bouygues qui aurait, selon lui, versé 500 millions d'euros de dividendes "majoritairement (...) à des actionnaires étrangers", "Chez Free, les faibles dividendes (21 millions en 2013, ndlr) restent majoritairement en France, où nous utilisons aussi tout notre cash pour investir."

Partagez sur Facebook
Image du lien direct