Joute twittérienne sur l’exception culturelle

Karel de Gucht a du mal à convaincre les pontes de l'industrie que l'exception culturelle ne sera pas entamée par le partenariat transatlantique en train d'être négocié... Suite à la publication par le commissaire européen au commerce d'un communiqué de presse intitulé, de manière sibylline, "l'exception culturelle ne sera pas négociée !", celui-ci a reçu une volée de bois vert sur Twitter. Karel de Gucht a eu beau soutenir que "L’Europe ne mettra pas en péril l’exception culturelle par une négociation commerciale. Rien, dans l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis, ne pourra porter préjudice – ni même risquer de porter préjudice – à la diversité culturelle. Les négociations prendront en compte les différentes sensibilités et spécificités sectorielles de l'Union européenne. Le secteur audiovisuel en fait évidemment partie" ... Il n'a pas convaincu notamment Pascal Rogard. Sur son compte Twitter, le directeur général de la SACD a en effet répondu de but en blanc au porte parole de monsieur Gucht qu'il mentait :

 

Monsieur Rogard a d'ailleurs dédicacé ce matin sur Twitter au commissaire européen un communiqué de la SACD intitulé "Négociations commerciales Europe/Etats-Unis : le jeu de dupes de la Commission européenne sur l'exception culturelle". Le souci est évidemment qu'au cours des négociations commerciales avec les Etats-Unis sur un accord de libéralisation des échanges, ces derniers obtiennent un reniement de tout ou partie des règles permettant notamment le subventionnement et la protection des contenus européens, afin de pousser encore un peu plus leurs produits made-in-Hollywood dans la CE.

Les ministres Aurélie Filippetti et Nicole Bricq ont promptement réagi, venant au secours de la SACD avec un communiqué : l'"Exception culturelle : une déclaration de principe qui doit se concrétiser sans ambigüité dans le mandat". Les deux ministres demandent que le mandat soit modifié pour en exclure toute "ambiguité".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct