Libération en grève

Le personnel de Libération réuni en Assemblée générale extraordinaire a voté la grève cet après-midi à une large majorité. Le quotidien ne sera pas en kiosque vendredi. Les revendications des salariés sont bien connues : le départ de Nicolas Demorand et Philippe Nicolas, un geste des actionnaires actuels pour sauver les finances du journal, et que la direction propose un véritable plan de relance. Pour l'instant, la guerre des nerfs entre les salariés de Libération et François Moulias, qui agit pour Bruno Ledoux, n'a débouché sur aucune solution. Les ventes du journal sont au plus bas (31 000 exemplaires en kiosque selon l'OJD de décembre), et les comptes ont plongé dans le rouge à la fin de l'année dernière. François Moulias avait promis qu'un actionnaire providentiel était sur les rangs, mais sans le citer. Le seul horizon pour les salariés du journal serait celui des tours Mercuriales de Bagolet, où le journal doit déménager. Une aubaine pour Bruno Ledoux qui n'a qu'une idée en tête : récupérer l'immeuble historique de Libération, qui fait partie de son capital.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct