Monsieur Lescure, l’Arp vous montre la Vod ! #gratuit

L'ARP va lancer dans le cadre du programme européen Tide une expérimentation sur un documentaire qui sera proposé en VoD le jour de sa sortie en salle. (Publié le 27 février)

La video disponible au premier jour de la diffusion dans les salles d'une oeuvre... Les pirates du monde entier le font chaque jour depuis 10 ans ou presque. Il a fallut du temps pour que cela devienne une réalité pour quelques "films" triés sur le volet. On le doit à "The TIDE Experiment", qui associe l’ARP avec quatre distributeurs européens : Fandango Portobello (Italie et Royaume-Uni), Goldcrest Films International (Royaume-Uni), Urban Distribution International et Wide (France). Europea distribution et The Film Agency participent également.

" C’est une réelle chance pour les films européens et pour leur circulation dans le territoire de l’UE" se félicite Lucie Girre, responsable du projet. Dans le cadre du programme MEDIA, The Tide Experiment est le nouveau bébé de la Société civile des Auteurs, Réalisateurs, Producteurs. Ce modèle de distribution inédit a été retenu la Commission européenne, qui avait lancé un appel à projet entre fin 2011 et mars 2012 : l’Action préparatoire " Circulation des films européens à l’ère numérique ". Dans un communiqué, le président de l’ARP Michel Hazanavicius y voit rien moins qu'un " [nouveau modèle] pour l’exposition des œuvres indépendantes européennes à l’ère numérique ". Il s'agit d'un joli coup pour les réalisateurs et les auteurs du septième art qui envoient ainsi un message on ne peut plus clair aux membres de la mission Lescure à quelques semaines de la remise du rapport définitif à la ministre de la Culture et de la Communication. On sait en effet que la chronologie des médias sera forcément au centre des préconisations de l'ancien patron de Canal Plus.

Ligne directrice

En 2013, quatre films devraient ainsi sortir de façon quasi-simultanée dans 10 salles différentes (une par pays) à travers l’UE et sur les plateformes de Vidéo à la demande (VOD) locales et mondiales. La Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas (Brunbro), la France (Urban Distribution), l’Irlande et le Royaume-Uni (Soda Pictures), l’Italie (Nomad Films), la Lituanie (Kaunas), la Pologne (Gutek) et le Portugal (Alambique) participent à l’évènement. D'autres distributeurs digitals associés au projet assurent le rayonnement du cinéma d'auteur au delà des frontières de l'UE, comme le français Under the milky way.

Tide est issu d'une "concertation des différents acteurs européens", une façon aussi de " mutualiser " les " frais techniques, de marketing locaux, internationaux et transversal " pour des films peu connus, reconnaît Lucie Girre. Deux réunions de sortie de projet ont déjà eu lieu à Paris et à Berlin, la dernière fin janvier 2013. " Nous avons aussi établi une stratégie de management communautaire, des éléments graphiques complémentaires et des événements à impact partagé. Il existe encore quelques nuances de positionnement entre les territoires, mais nous partageons tous la même ligne directrice " déclare Sarah Calderón (The Film Agency) dans un communiqué.

Viramundo

A l’ARP, l’argent n’est évoqué que du bout des lèvres. Mieux vaut parler culture, avec le premier film qui devrait bénéficier de celle formule Day-and-Date. Il s’agit du documentaire musical de Pierre-Yves Borgeaud, Viramundo, a journey with Gilberto Gil (Urban Distribution International), dont l’arrivée est prévue entre avril et juin 2013, sans plus de précision. Dans ce film, le musicien et ex-premier ministre noir de la culture au Brésil Gilberto Gil traverse l'hémisphère sud à la rencontre des ethnies indigènes. De Bahia, il visite le pays des Aborigènes en Australie, les townships d’Afrique du sud pour finir dans la région amazonienne du Brésil. Le documentaire met en avant une vision positive de la diversité culturelle dans un monde globalisé.

Après les remous qui ont agité le cinéma français depuis décembre dernier, cette expérimentation se veut novatrice mais sa dimension demeure bien trop limité. Car s'il s'agit de faire une offre réellement attractive pour les internautes et les amateurs de cinéma, sans oublier les accros aux séries, le Day-and-date devra forcément être appliquer à d'autres champ de la création. Comment convaincre un fan d'une série diffusée aux Etats-Unis qu'il doit attendre bien sagement pour la découvrir parfois plus d'un an après sur une chaîne française ? Alors même que les fichiers d'une qualité souvent très acceptables encombrent les réseaux du darknet ? Le masochisme n'a que trop duré, et d'ailleurs, c'est l'avis également de Jacques Toubon, membre du collège Hadopi, qui nous a confié que "comme pour la musique, la meilleure dissuasion du piratage c’est l’accroissement de l’offre, en qualité et en prix".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct