el

Rapport Colin & Collin : une taxe sur les données collectées sur les utilisateurs (màj : rapport officiel)

Le gouvernement veut obliger les géants du net (Google, Microsoft, Facebook, eBay Yahoo,...

Le gouvernement veut obliger les géants du net (Google, Microsoft, Facebook, eBay Yahoo, Amazon, etc.) à payer des impôts en France. Il a donc commandé un rapport (qui vient d'être mis en ligne) à Pierre Colin et Nicolas Collin sur la fiscalité de l'économie numérique. Après Télérama et Owni, c'est le quotidien les Echos qui confirme que les deux rapporteurs vont proposer la taxation des données collectées sur les utilisateurs - sur le modèle proposé par les spécialistes américains dit de la "smart disclosure". Selon le quotidien économique, le gouvernement pourrait légiférer dès la fin de l'année dans le cadre du projet de loi de Finances 2014. Cette taxe nécessitera la mise en place de nouveaux outils de mesure et d'analyse pour sélectionner les données à retenir. Parcours de navigation, d'audience, de mails, d'informations personnelles ou encore de données bancaires sont des pistes possibles. Pour ne pas pénaliser les entreprises du Net, il faudra aussi définir un seuil d'utilisateurs au-delà duquel la taxe s'appliquera.

17h00 : le rapport a été mis en ligne et Bercy en a profité pour détailler le calendrier. Le gouvernement rappelle ainsi qu'il va "conformément aux préconisations du rapport, (...) agir résolument, au sein du G20, de l’OCDE et de l’Union européenne, pour adapter les règles internationales de l’imposition des bénéfices aux réalités de l’économie numérique, notamment en faisant évoluer la définition de l’établissement stable". La France insiste aussi sur la nécessaire adoption par l'Europe de mécanismes "anti-délocalisation". Enfin, concernant le contenu du rapport lui-même, Bercy semble botter en touche sur les propositions les plus innovantes sur les données : "(le gouvernement) souhaite également que les propositions formulées dans le rapport, au sujet d’une fiscalité nationale assise sur la détention des données personnelles, puissent faire l’objet d’une expertise technique approfondie, doublée d’une nécessaire concertation avec les professionnels." 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 janvier 2013 à 17h00 | Web 1,2,3
el

Google vs Facebook : « un mauvais boulot »

Dans une interview donnée ce vendredi au magazine Wired, le co-fondateur de Google...

Dans une interview donnée ce vendredi au magazine Wired, le co-fondateur de Google Larry Page critique vertement Facebook. Selon lui, le groupe de Mark Zuckerberg "fait un mauvais boulot avec ses produits". Il lui reproche notamment d'écraser ses concurrents, ce qui nuit à l'innovation au service de l'internaute. Aux Etats-Unis, Google détient 66% du marché de la recherche en ligne, contre plus de 90% en Europe, la critique prend dans cette perspective une tournure ironique. L'entretien de Larry Page au magazine IT américain est daté de décembre dernier, soit avant le lancement de Graph Search, le nouveau moteur de recherche de Facebook. Concernant son propre groupe, le co-fondateur de Google se félicite du succès encourageant de Google+ et de la politique de son entreprise qui consiste à "mettre à la portée du plus grand nombre des outils de qualité", au graphique parfois imités par la concurrence. Larry Page en profite pour souligner la différence entre la politique "grand public" de Google et la stratégie plus "élitiste" d'Apple. Apple est devant en part de marché aux Etats-Unis, notamment avec une politique agressive de prix sur les modèles anciens d'iPhone. Android domine très largement en Asie, avec 90% sur certains territoire.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 janvier 2013 à 16h40 | Web 1,2,3
el

Copie privée : les chaises vident se rebiffent

Les derniers barèmes de la copie privée votés après le départ bruyants des...

Les derniers barèmes de la copie privée votés après le départ bruyants des représentants des importateurs de matériels électroniques, mais avec ceux des télécommunications, vont faire l'objet d'une plainte. La FEVAD, le SECIMAVI, le SFIB, le SIMAVELEC et le SNSII ont annoncé leur intention de déposé un recours contre la décision n°15 du 14 décembre 2012. Selon eux, le vote n'est pas conforme au droit, "conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, n’est plus valablement constituée et ses travaux doivent être suspendus". Les plaignants en profitent pour rappeler qu'ils avaient obtenu ses derniers temps plusieurs décisions en leur faveur auprès du Conseil d'Etat.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 janvier 2013 à 16h23 | So_amazing
el

Presse vs Google, l’offre à 50 millions d’euros (màj)

On se souvient des menaces de Google lors de l'audition de ses représentants...

On se souvient des menaces de Google lors de l'audition de ses représentants français. Le moteur de recherche avait alors déclaré être prêt à supprimer des son indexation les sites des journaux. Finalement, les éditeurs se sont retrouvés autour d'une table pour discuter "transfert de valeur". Le Monde révèle dans son édition du jour que le moteur serait disposé à verser 50 millions d'euros, en plusieurs parties, dont un équivalent en espace média, par an. Un montant considéré comme sérieux, mais selon les sources du Monde, les éditeurs étaient plus gourmands encore. Bref, les négociations ne sont pas encore terminées, mais avec ce geste Google montre bien que l'agrégation de contenus d'information a une valeur, et surtout qu'il n'est pas question de les déréférencer. François Hollande avait rappelé lors de ses voeux à la presse qu'une loi pouvait être votée en cas d'échec des discussions. Google craint dans cette affaire la contagion. La presse belge avait mené la première charge en vain. Les Allemands sont sur la même ligne, et l'Espagne comme l'Italie suivent cette affaire avec intérêt. Au total, Google pourrait avoir à dépenser de grosses sommes pour apaiser les éditeurs, mais aussi d'autres producteurs de contenus, notamment la musique et la video, qui jugent insuffisant le partage de la valeur avec le moteur.

- 16H00 : interrogé par le Nouvel Obs, le médiateur Marc Schwartz a déclaré : "Les informations publiées sur l'état des négociations entre Google et la presse ne reposent sur aucune réalité".

Dans un contexte de négociation, il est habituel de démentir, sans que cela ne repose sur aucune réalité. Il semble que la somme de 50 millions d'euros soit datée d'avant Noël. Depuis Google a fait marche arrière, comme l'on pouvait s'y attendre.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 janvier 2013 à 15h29 | Old fashion media
el

Naïve intéressé par Virgin Megastore

On le sait aussi sur les rangs pour récupérer des bouts de EMI....

On le sait aussi sur les rangs pour récupérer des bouts de EMI. Patrick Zelnik, le patron de Naïve, s'est déclaré intéressé par une reprise de Virgin Megastore. Interrogé sur BFM TV, il a répété qu'il était déçu par la "banalisation" des magazins qui sont devenus "petit à petit sont devenus des supermarchés de la culture". Des paroles lourdes de sens de la part de celui qui a été à l'origine même de Virgin en France dans les années 90 avec Richard Branson. Reste à avoir comment Naïve pourrait financer une telle opération, en plus de la reprise d'actifs d'EMI. Une association avec des financiers semblent plus que probable.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 janvier 2013 à 11h47 | So_cult’
el

Installation du Centre national du numérique v2.0

Fleur Pellerin a renouveler officiellement le centre national du numérique, instance sans pouvoir...

Fleur Pellerin a renouveler officiellement le centre national du numérique, instance sans pouvoir inventé par Nicolas Sarkozy. La ministre du numérique a dévoilé une liste de 30 membres, avec comme président nommé par le gouvernement Benoit Thieulin, le fondateur de l'agence web la Netscouade, qui s'est illustré essentiellement en concevant le site Désir d'Avenir de Ségolène Royal en 2007, puis CooPol, pour le parti socialiste. Il sera secondé par quatre vice présidents. Le CNNum aura un rôle de "poil à gratter" a indiqué Fleur Pellerin lors de la conférence de presse qui s'est tenue ce matin à Bercy, "à vous de nous bousculer" a ajouté la ministre.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 janvier 2013 à 10h22 | Web 1,2,3
el

Frédéric Bonnaud revient aux Inrockuptibles

Audrey Pulvar en disgrâce, le propriétaire des Inrocks, Matthieu Pigasse insiste et nomme...

Audrey Pulvar en disgrâce, le propriétaire des Inrocks, Matthieu Pigasse insiste et nomme à la direction éditoriale du magazine Frédéric Bonnaud. Actuellement au Mouv', la radio "jeune" de Radio France (avec une audience malingre de 0,4% ), passé par Europe 1 aux côtés de Jean-Marc Morandini, remercié à France Inter malgré le succès critique de "la bande à Bonnaud", il anime également l'émission proposée par Médiapart. Frédéric Bonnaud connait bien le magazine où il a sévi comme critique cinéma dans les années 90, mais depuis les Inrocks a d'autres ambitions : fini le fanzine branché culturel, Matthieu Pigasse veut toujours à en faire un généraliste. L'ambition est présente, mais les résultats ne suivent pas. Le magazine engrange les pertes et les ventes sont en berne, autour de 20 000 exemplaires en moyenne vendus en kiosque selon OJD, et guère plus sur les abonnements. Cette situation proche de la catastrophe explique certainement la nomination du directeur financier Frédéric Roblot, au poste de directeur général. Frédéric Bonnaud sera présenté à la rédaction aujourd'hui, Audrey Pulvar part lundi.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 janvier 2013 à 10h06 | Old fashion media
17 janvier 2013
el

Django Unchained, le carton de Quentin Tarantino

Django Unchained est devenu en quelques jours le film le plus rentable de...

Django Unchained est devenu en quelques jours le film le plus rentable de Quentin Tarantino. Avec 130 millions de dollars rien qu'aux Etats-Unis, ce film décrié par Spike Lee et souvent violent mais aussi terriblement maitrisé par son réalisateur, vient de dépasser les 120,5 millions de dollars de  Inglourious Basterds. Django Unchained a réalisé un excellent démarrage en France avec 139 966 spectateurs le premier jour. Le record pour l'année 2013.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 janvier 2013 à 19h59 | So_cult’
el

TF1 réinvente le Trend Topic

Le second écran est devenu la clef pour entrée dans l'univers des réseaux...

Le second écran est devenu la clef pour entrée dans l'univers des réseaux sociaux pour les chaines de télévision. Toutes essaient d'utiliser Twitter et Facebook pour attirer devant leurs émissions les millions de personnes connectés à ces réseaux. TF1 vient de franchir un pas supplémentaires en intégrant dans son application MyTF1 disponible sur smartphone et tablettes une fonction nouvelle qui permet de rassembler l'ensemble des messages concernant une émission. Ce genre de dispositif existe déjà en natif sur Twitter, notamment via les Trend Topic. TF1 espère ainsi récupérer une partie de l'audience de Twitter sur sa propre application brandée TF1, histoire de vendre de la publicité sur ce support. La guerre de la publicité entre TF1 et les réseaux sociaux a déjà commencé.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 janvier 2013 à 19h29 | Web 1,2,3
el

Démission attendue chez Wild Bunch (Màj)

Selon le Film français, le directeur de Wild Bunch Distribution va bientôt quitter...

Selon le Film français, le directeur de Wild Bunch Distribution va bientôt quitter la structure. Le journal ne révèle aucun autre détail. Il semble que ce départ n'ait aucun rapport avec la tribune publiée par Vincent Maraval, l'un des fondateurs de la société de distribution et de ventes internationales de films Wild Bunch, dans Le Monde et qui avait fait scandale dans le petit monde du cinéma. Vincent Maraval y dénonçait les cachets des stars qui mettent en danger l'économie du secteur. Le départ de Jean-Philippe Tirel serait prévu de longue date.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 janvier 2013 à 17h25 | So_cult’
16 janvier 2013
el

Nintendo fusionne en un seul ses départements de développement

C'est le changement structurel le plus important de ces neuf dernières années. Selon...

C'est le changement structurel le plus important de ces neuf dernières années. Selon le journal Nikkei, les ventes moyennes des consoles Wii U et 3DS ont convaincu la firme Nintendo de fusionner leurs deux secteurs de développement en un seul, d'ici le mois prochain. Le partage des connaissances et technologies en sera facilité. D'ici la fin de l'année, un nouveau grand département de développement sera créé à Kyoto. Nintendo prévoit un investissement de 30 milliards de yens (environ $ 340 millions). Avec les dernières technologies développées pour sa nouvelle manette GamePad, petit bouleversement dans le paysage vidéoludique, la multinationale japonaise pourrait reconsidérer son positionnement traditionnel sur le marché des consoles et ordinateurs portables.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 janvier 2013 à 15h15 | Gaming
el

Le CSA explique enfin le droit à l’information sportive

Le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) a rendu son verdict mardi. L'usage des...

Le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) a rendu son verdict mardi. L'usage des "extraits gratuits" d'évènements sportifs (type buts, essais et autres performances athlétiques) est désormais très encadré. Ainsi ces extraits ne peuvent-ils plus dépasser 90 secondes. Ils doivent se borner à la journée de compétition et au sein de celle-ci, les brefs extraits ne pourront concerner que la moitié des rencontres de Ligue 1. Les chaînes info se contenteront de ne renouveler les extraits qu'une fois toutes les quatre heures. Ces extraits ne peuvent être utilisés que dans les journaux télévisés ou les magazines sportifs pluridisciplinaires (au moins trois disciplines différentes). Les catch-up TV sur internet devront rester proches dans le temps de l'évènement et disparaître au bout de quelques jours. Cet arbitrage du CSA tranche le différent entre les chaînes spécialisées (comme Canal+ ou Beln Sport) qui paient très cher les images sportives, et les chaînes d'info continue (type BFM TV, L'Équipe 21, LCI, etc.) qui les réutilisent gratuitement à leur guise, au motif d'informer le public. Cette pratique assimilée à de la concurrence déloyale inquiétait aussi les fédérations sportives et ligues professionnelles, en grande partie financées par les chaînes sportives payantes. De son côté, la Commission européenne avait émis une mise en garde sur l'équilibre économique du secteur, par crainte que le CSA ne se montre trop accommodant dans sa définition des "extraits sportifs".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 janvier 2013 à 12h52 | Old fashion media
el

Apple : la valse des responsables du Retail

Ce mercredi, Apple se sépare officiellement de son vice-président à la distribution. Jerry...

Ce mercredi, Apple se sépare officiellement de son vice-président à la distribution. Jerry McDougal cède son poste à Jim Bean, ancien vice-président aux finances et auréolé de 15 ans de carrière professionnelle chez Apple. Selon le blog All Things Digital, McDougal aurait mis sa carrière entre parenthèse pour consacrer plus de temps à sa famille, après 12 ans au service de la firme à la pomme. Durant cette période, il avait participé au développement de la distribution au travers du lancement des Apple Stores. L'entreprise est en plein recomposition de son activité Retail (vente au détail) suite au départ en octobre 2012 de John Browett, après à peine 9 mois à la direction de l'organisation commerciale. Le poste est resté vacant depuis, le PDG Tim Cook assurant l'intérim.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 janvier 2013 à 11h54 | So_amazing
15 janvier 2013
el

Le Conseil Constitutionnel retoque le projet de loi copie privée

Le mélange des genres se marie mal avec la Constitution. Ce mardi, le...

Le mélange des genres se marie mal avec la Constitution. Ce mardi, le Conseil constitutionnel a donné raison à SFR. Via une QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité), l'opérateur a obtenu l'annulation d'un article de la loi du 20 décembre 2011 sur la rémunération copie privée. Ce projet de loi sur la copie privée réglementait la perception de rémunération des ayants droit d'oeuvres culturelles, et touchait sur les supports numériques (CD, DVD, clef USB, etc.). Elle contenait aussi une redéfinition juridique de la copie privée, incluant le nouveau concept de "licéité de la source". Le copiste ne devait alors plus seulement répondre de son comportement, mais de celui de toute la chaîne de reproduction de l'oeuvre avant lui. En somme, prouver qu'à aucun moment, en aucune manière, il n'y avait eu contrefaçon. Ce qui, sur internet, relève de la gageure. Mais ce que SFR reprochait à la loi, c'était le sursis de 6 mois accordé par le Conseil d'Etat (le 17 juin 2011) pour compenser l'annulation partielle des barèmes de rémunération copie privée. Le Conseil d'Etat avait considéré illégal de demander aux professionnels de payer la taxe copie privée sur des supports qu'ils n'utilisent pas pour copier des oeuvres protégées par le droit d'auteur. Toutefois, pour ne pas obliger les ayants droit à rembourser les sommes indûment perçues, le Conseil avait accepté de décaler l'application de sa décision. Ce lundi, le Conseil constitutionnel a considéré que les dispositions contestées procédaient à "une validation en méconnaissance des principes constitutionnels de la séparation des pouvoirs". L'exécutif et le législatif oeuvrent ensemble mais ne se mélangent pas.

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
15 janvier 2013 à 20h08 | Politique
el

Dell prêt à quitter la bourse

Dell pourait renoncer à être côté en Bourse. Selon un article de Bloomberg...

Dell pourait renoncer à être côté en Bourse. Selon un article de Bloomberg basé sur deux sources anonymes proches des discussions, l'hypothèse d'une recapitalisation de l'entreprise serait à l'étude. La firme américaine a perdu un tiers de sa valeur en bourse en 2012. Le troisième plus gros fabricant d'ordinateurs mondial  étudierait donc la possibilité de racheter ses actions. Cette opération serait envisageable avec l’aide de deux sociétés de capital-investissement (TPG Capital et Silver Lake). Cependant, tous les financements nécessaires sont loin d'être réunis. Pour correspondre à la valorisation de Dell au 11 janvier dernier, 18,9 milliards de dollars sont encore à trouver. Plusieurs grandes banques auraient été sollicitées pour financer le projet. Après cette annonce, l'action a perdu 13% pour clôturer à 12,29$ à New-York, son plus bas niveau depuis 19 mois.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
15 janvier 2013 à 18h37 | So_amazing
el

Essoufflement d’Apple : beaucoup de bruit pour rien

Tempête dans un verre d'eau. Plusieurs spécialistes contestent la mauvaise santé que la...

Tempête dans un verre d'eau. Plusieurs spécialistes contestent la mauvaise santé que la rumeur des marchés prête à Apple. Depuis deux jours, le géant américain n'est pas à la fête. Hier, le titre Apple clôturait à 501,54$ au Nasdacq, soit une chute de 3,61%. En cause, une nouvelle du quotidien japonais Nikkei, corroboré par le Wall Street Journal. Selon ces journaux, une demande plus faible que prévue pour l'iPhone 5 aurait conduit le géant américain à réduire ses commandes de composants (-50% pour les écrans au premier trimestre). Certains ont vu dans ces chiffres le signe d'un essoufflement d'Apple face à son principal concurrent dans le secteur des smartphones sur les marchés émergents, le sud-coréen Samsung. Ce n'est pas l'opinion de Mark Moskowitz, analyste financier sur J.P. Morgan qui y voit "beaucoup de bruit" pour pas grand'chose. Il estime que cette réduction indique plutôt une augmentation des marges. La réduction des commandes indique une meilleure gestion du stock et l'anticipation de la sortie des prochains produits pour juin 2013. Maynard Um, senior analyst à Wells Fargo n'accorde pas non plus grande importance à ces réductions de commandes. L'analyste prédit même 43 millions d'iPhones vendus d'ici le mois de mars. Quoi qu'il en soit, les investisseurs devraient en savoir plus sur la véracité de ces rumeurs lors des publications financières trimestrielles du groupe californien, la semaine prochaine.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
15 janvier 2013 à 16h28 | So_amazing
el

MegaUpload j-4 !

L'arrivée de Mega, le successeur de MegaUpload, est prévue depuis plusieurs mois. Son...

L'arrivée de Mega, le successeur de MegaUpload, est prévue depuis plusieurs mois. Son créateur Kim Dtocom ne se prive pas d'alimenter le buzz sur son site kim.com ou s'affiche le compte à rebours. Mega arrivera sur la toile samedi prochain 19 janvier. Selon une capture d'écran publiée par Kim Dtocom sur son fil twitter, un compte gratuit sans abonnement devrait bénéficier d'un espace de stockage confortable de 50 Go. L'internaute pourra aussi activer une fonction SSL lors des transferts de fichiers. Par contre, rien n'est encore spécifié sur les modalités d'abonnement. Mega permettra à un utilisateur de mettre en ligne et de de partager des fichiers, mais il lui faudra pour cela partager sa clef de chiffrement. En effet, chaque contenu sera chiffré (AES). Ainsi, seul l'utilisateur saura ce qu'il partage et sera à ce titre responsable.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
15 janvier 2013 à 11h43 | Web 1,2,3
14 janvier 2013
el

Stéphane Richard confirme Studio 37

Mais le rebaptise ! La filiale s'appellera maintenant Studio Orange, histoire certainement d'éviter...

Mais le rebaptise ! La filiale s'appellera maintenant Studio Orange, histoire certainement d'éviter les méprises... Studio Orange échappe donc encore une fois à la ligne maitresse du patron d'Orange, qui a été depuis son arrivée de sortir l'opérateur du business des "contenus". Le budget du studio d'environ 30 millions d'euros en 2012 sera maintenu ""il baissera peut être un peu, mais restera significatif", a souligné Stéphane Orange. Difficile  en effet pour la maison mère de sabrer un studio qui a fait une véritable moisson aux Oscars avec The Artist. Un record ... Plus compliqué, Stéphane Richard promet de remonter le cours de l'action Orange en 2013. Celle-ci a perdu plus de 30%. Voila qui en ferait une superstar de l'industrie.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
14 janvier 2013 à 19h52 | Web 1,2,3
el

Apple veut écarter Android du marché chinois

Apple ne désespère pas de conclure un accord avec China Mobile pour la...

Apple ne désespère pas de conclure un accord avec China Mobile pour la distribution de l'iPhone en Chine. Tim Cook s'est même déplacé en personne pour faire avancer les négociations. Le jeu en vaut la chandelle. Avec 700 millions d'abonnés, China Mobile est le premier opérateur mondial. Outre les conditions commerciales, il faudrait un modèle spécifique pour cet opérateur qui utilise d'autres technologies réseau que l’iPhone 5 (TD-SCDMA pour la 3G et TD-LTE pour la 4G). Un accord permettrait à Apple de s'implanter dans le plus grand marché du monde.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
14 janvier 2013 à 14h57 | So_amazing
el

Golden Globes « Argo fuck you Lincoln « !

Les Golden Globes se sont achevés hier sur une déception française. Aucun Français...

Les Golden Globes se sont achevés hier sur une déception française. Aucun Français n'a succédé avec brio à Jean Dujardin pour l'édition 2013. Dans la catégorie meilleur film étranger, Amour de l'Autrichien Michael Haneke remporte le trophée, laissant De Rouille et d'Os de Jacques Audiard et la comédie Intouchable sur le bas-côté. Paradoxalement, Amour est un drame tourné en français. Il raconte l'histoire d'un vieux couple face à la maladie. Le film avait déjà reçu la palme d'or à Cannes, et créé la surprise jeudi dernier en recevant 5 nominations majeures aux Oscars.  Alexandre Desplat, le compositeur français d'Argo, est aussi reparti les mains vides. Pourtant, ce thriller de Ben Affleck a créé la surprise en remportant les prix du meilleur film dramatique et celui du meilleur réalisateur. Le film remporte la première manche face au Lincoln de Steven Spielberg. Le grand gagnant de la soirée reste Les Misérables avec trois trophées : meilleure comédie, meilleur acteur comique (Hugh Jackman), meilleur second rôle féminin (Anne Hathaway). Les Golden Globes sont souvent décrits comme l'antichambre des Oscars, bien que les jurys des deux prix soient très différents : 93 journalistes de l'Association de la presse étrangère à Hollywood (HFPA), contre 6000 professionnels du cinéma aux Oscars.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
14 janvier 2013 à 14h56 | So_cult’
11 janvier 2013
el

Bras de fer entre Filippetti et Google

Le gouvernement perd patience. La ministre de la culture, Aurélie Filippetti a annoncé...

Le gouvernement perd patience. La ministre de la culture, Aurélie Filippetti a annoncé ce vendredi qu'un "projet de loi" sur une taxe Google serait déposé "fin janvier" si aucun compromis n'était trouvé. Du côté de Google, aucune avancée n'est à signaler. La firme américaine compte toujours déférencer les sites de presse français en cas de taxe sur les liens d'information.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 janvier 2013 à 17h16 | Politique
el

Amazon Autorip : tous vos CD commandés en format MP3

Depuis le début de l'année, Amazon propose un nouveau service gratuit à ses...

Depuis le début de l'année, Amazon propose un nouveau service gratuit à ses clients américains. A chaque achat de CD, la version MP3 en haute qualité (256 kbps) est téléchargeable grâce à l'option Autorip. Plus de 50 000 titres sont disponibles, y compris une partie des catalogues des majors. Les morceaux peuvent être sauvegardés sur le disque dur ou lus depuis n'importe quelle plateforme permettant d'accéder au Cloud Player (Kindle Fire, Android, iOS, TV Samsung, Roku, Sonos ou même navigateur web). Les albums ainsi conservés dans le nuage ne sont pas décomptés de l'espace disponible sur le Cloud Player de l'utilisateur. Avec Autorip, Amazon s'immisce donc dans le domaine des services de récupération des fichiers musicaux. Une concurrence nouvelle pour des géants comme Google Play Music ou iTunes Match par exemple. Un autre point devrait permettre à Amazon de se démarquer en fidélisant ses utilisateurs : l'option Autorip s'applique aussi gratuitement à tous les achats de CD effectués par le client depuis 1998, date à laquelle Amazon a commencé à vendre des CD. Aucun justificatif n'est nécessaire, puisqu'Amazon garde une trace de tous les achats. Un nouveau service qui sonne comme un rappel : Internet n'oublie jamais rien.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 janvier 2013 à 17h11 | So_cult’
el

Google : la Commission européenne convaincue que le moteur « détourne du trafic »

Avis de tempête. Dans un entretien publié aujourd'hui par le Financial Times, Joaquin...

Avis de tempête. Dans un entretien publié aujourd'hui par le Financial Times, Joaquin Almunia, commissaire européen à la Concurrence, donne de la voix. Depuis novembre 2010, ses services mènent une enquête contre Google. Le géant américain est soupçonné d'abus de position dominante dans la recherche et la publicité sur le Web. Google faisait également l'objet d'une enquête similaire outre-atlantique de la part de la FTC (Federal Trade Commission). La procédure américaine a abouti le 3 janvier dernier à un accord très critiqué par les concurrents de Google. Ce rebondissement américain n'a visiblement guère eu d'influence sur la procédure européenne. Le poids de Google sur le marché de la recherche en ligne n'est pas le même d'un continent à l'autre. Le géant américain occupe 66% de parts de marché aux Etats-Unis contre plus de 90% en Europe, ce qui peut expliquer la plus grande sévérité de la Commission. "Ma conviction est qu'ils détournent du trafic" déclare Joaquin Almunia. La Commission cherche notamment à obtenir la mise en place par Google d’éléments permettant de distinguer, dans les résultats de recherche sur son moteur, ceux qui relèvent de ses services (YouTube, etc.). Dans le cas où la conviction du commissaire était vérifiée, Google pourrait alors à devoir répondre pour "abus de position" dominante ce qui en droit communautaire serait synonyme de grosse amende.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 janvier 2013 à 15h00 | Web 1,2,3
el

Bilan des Télécoms 2012 : plus de services pour moins cher

C'est un bilan paradoxal qui traduit les évolutions du marché. L'Arcep (Autorité de...

C'est un bilan paradoxal qui traduit les évolutions du marché. L'Arcep (Autorité de Régulation des Communictions Electroniques et des Postes) vient de publier le bilan des télécoms en France pour le troisième trimestre 2012. Si les bénéfices sont en baisse par rapport à 2011 (9,7 milliards d'euros, soit -4,7%), le volume du trafic de téléphonie fixe et mobile s’accroît de façon soutenue depuis le début de l’année 2012 (3,9 milliards de minutes supplémentaires, soit +7,6% sur un an). L'explication tient à la bonne croissance de la téléphonie mobile (+15,8% sur un an au troisième trimestre, du jamais vu depuis 8 ans) au détriment des postes fixes. Le nombre de clients des services sur réseaux mobiles augmente de 5 millions en un an (72 millions à la fin 2012). Pourtant le revenu des services mobiles (4,4 milliards d’euros HT) est en baisse depuis le deuxième trimestre 2011 (-12,6% en un an) . Ceci s'explique par l’augmentation de la TVA pour les services d’accès audiovisuels que les opérateurs mobiles ont choisi de ne pas répercuter sur la facture TTC de leurs clients. Les opérateurs ont également développé de nouvelles gammes de forfaits sans engagement à des tarifs inférieurs depuis l'arrivée de Free Mobile, qui a grandement bouleversé ce marché. Les consommateurs utilisent de plus en plus les SMS (44 milliards de SMS au troisième trimestre 2012, en croissance de 23,1% en un an) et la « data » (un volume en augmentation de 72,1% en un an), avec pratiquement la moitié des clients actifs utilisant des services multimédias. Le Haut Débit tend à s'imposer mais sa croissance pour l'internet suit un rythme moins soutenu qu'en 2011.

 

 

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 janvier 2013 à 14h54 | So_amazing
el

CSA : une réforme au premier semestre 2013

Quelques jours après que l'on ait appris la nomination par François Hollande d'un...

Quelques jours après que l'on ait appris la nomination par François Hollande d'un proche de Lionel Jospin à la présidence du CSA, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti affirme sur BFMTV qu'une réforme du mode de nomination pour cette instance est en cours. Elle devrait voir le jour au premier semestre 2013, un peu trop tard estiment les détracteurs de François Hollande, puisque la nomination, éminemment politique, est déjà passée. La ministre n'a pas précisé si la réforme porterait aussi sur le fameux rapprochement avec l'Arcep dont il est question depuis longtemps, et dont l'ancien président du CSA, Michel Boyon, était un fervent partisan.

 

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 janvier 2013 à 9h26 | Old fashion media
10 janvier 2013
el

Spotify France SAS : un CA de 4 M€ en 2011 synonyme d’optimisation fiscale Verouillé

4 millions d'euros et des poussières, c'est le chiffre d'affaires qu'a déclaré Spotify...

4 millions d'euros et des poussières, c'est le chiffre d'affaires qu'a déclaré Spotify France SAS pour l'année 2011 : un résultat en progression de 143 % sur un an, qui traduit les performances de Spotify France dans... la vente de publicité. La filiale française, enregistrée comme « régie publicitaire de médias », n'est en effet que le distributeur, sur le territoire français, de l'offre de service sur abonnement de Spotify. Ainsi, c'est bien la TVA française qui s'applique au paiement de l'abonnement à Spotify en France, mais l'essentiel du chiffre d'affaires H.T. réalisé grâce à l'abonnement sur notre territoire, hors commission perçue par la SAS en tant que distributeur, est déclaré par Spotify Ltd au Royaume Uni. Une enquête publiée sur Electron Libre en 2010 faisait état du montage fiscal extrêmement sophistiqué réalisé par Spotify, avec notamment un holding basée au Luxembourg, et une autre basée... à Chypre. Avec un chiffre d'affaires de 4 M€, et en considérant qu'elle ne réalise aucun revenu publicitaire, ce qui n'est pas le cas, la filiale française ne pourrait revendiquer qu'une trentaine de milliers d'abonnés premium sur le territoire (x 9,90 € x 12 mois) ; ce trois ans après son lancement, et alors qu'elle en compte 4 millions en Europe. Plutôt difficile à concevoir. Apple, Google, Amazon, Microsoft et consorts ne sont pas les seuls à pratiquer ce genre d'optimisation fiscale à outrance.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 janvier 2013 à 20h20 | Web 1,2,3
el

Les meilleures séries HBO en exclusivité sur Orange Cinéma Séries

Orange a remporté les enchères pour l'exclusivité des séries HBO en France, en...

Orange a remporté les enchères pour l'exclusivité des séries HBO en France, en dépit d'enchères acharnées de la part de Canal+, ancien actionnaire devenu concurrent depuis la décision en ce sens de l'Autorité de la Concurrence. L'accord pluriannuel permettra aux chaînes Orange Cinéma Séries de choisir les séries qu'elle souhaite diffuser, et le groupe a déjà annoncé que ses abonnés pourront voir, dès le lendemain de leur diffusion aux Etats-Unis, les nouvelles saisons de Girls (Saison 2 en Janvier), Game of Thrones (Saison 3 en Avril), True Blood (Saison 6 en Juin) et Boardwalk Empire (Saison 4 en Septembre). Par ailleurs, Orange Cinéma Séries proposera dès septembre une offre VOD sur les saisons précédentes des grandes séries HBO, celles citées ci-dessus mais aussi The Newsroom, Veep,The wire) ou Sopranos. Si le montant de la transaction n'est pas connu, Les Echos estiment qu'il dépasse celui de l'accord précédent, qui avait coûté environ 7 à 8 millions d'euros au bouquet. Un investissement de taille alors qu'OCS se serre la ceinture sur le coût des programmes. Déjà disponible au sein des offres de télévision d’Orange, Canalsat, SFR, Parabole Réunion et Tahiti NUI, Orange Cinéma Séries devrait prochainement être proposé chez Free, Numericable et Bouygues Telecom, ce qui pourrait continuer de faire grimper son nombre d'abonnés, qui s'élevait à 750.000 fin novembre.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 janvier 2013 à 12h50 | Old fashion media
el

Scripted reality : le CSA au cas par cas, la SACD vigilante

Les programmes dits de "scripted reality" ou de "fiction du réel" en bon...

Les programmes dits de "scripted reality" ou de "fiction du réel" en bon français se multiplient à la télévision, et le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel a expliqué mercredi qu'il trancherait au cas par cas pour déterminer leur classification en "oeuvres patrimoniales", un statut qui permet d'obtenir des fonds spéciaux de financement. Cette décision, que la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) a déjà qualifiée de "mi-chèvre mi-chou" fait suite à de nombreuses interrogations du CSA sur ces formats, ainsi qu'à des auditions de toutes les parties concernées (chaînes du groupe France Télévisions et TF1, M6 et NRJ 12 mais aussi organisations professionnelles représentatives des producteurs, des auteurs et le CNC). Pour la SACD, "le CSA a clairement manifesté son souci de tenir compte des conditions de rémunération et de production offertes aux auteurs et des exigences artistiques qui sont afférentes à un projet de fiction", et il faut y voir "un encouragement pour les diffuseurs et les producteurs de ces programmes à renforcer les moyens dévolus à l'écriture et à la réalisation de ces programmes pour en affirmer l'ambition créative". Mais la société prévient qu'elle "examinera avec beaucoup d'attention les programmes de fiction du réel qui seront qualifiés d'oeuvres patrimoniales par le CSA, quitte à en contester la qualification, si des anomalies flagrantes se faisaient jour." Même si le groupe France Télévisions s'est engagé à ne pas inclure la scripted reality dans ses obligations d'investissement dans la création patrimoniale pour les années 2012 et 2013, l'idée que ces programmes, souvent réalisés à moindre frais, soient qualifiés d'oeuvres patrimoniales par d'autres chaînes et captent donc des fonds précédemment consacrés au documentaire, tout en étant éligibles à un financement par le CNC n'a pas fini de faire grincer les dents.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 janvier 2013 à 12h11 | Old fashion media
el

Doctisssimo, Marmiton : le web s’imprime!

Après les pure players comme Mediapart, Backchich ou Rue89 qui se sont essayés...

Après les pure players comme Mediapart, Backchich ou Rue89 qui se sont essayés au print avec plus ou moins de succès (plutôt moins que plus, d'ailleurs), la mode est désormais au mensuels issus de sites web spécialisés. Ainsi, le site de recettes Marmiton lançait en 2010 un trimestriel adossé sur les fonds du groupe aufeminin.com et avec l'imprimerie de son actionnaire principal, l'allemand Axel Springer, le magazine est désormais bimestriel. Aujourd'hui, c'est au tour de Doctissimo, propriété de Lagardère Active, de se lancer avec un mensuel qui sera distribué dans 5000 grandes surfaces alimentaires. Sorti ce jeudi, le numéro 1 est un hors-série sur la grossesses tiré à 130 000 exemplaires et vendu 3,95€. Si le succès est au rendez-vous, il devrait y avoir 8 numéros par ans, vendus 2,85€. La marque Doctissimo n'en est pas exactement à son coup d'essai en matière de print, puisqu'elle avait déjà lancé l'an passé «Ma petite bibliothèque Doctissimo» avec la maison d'édition Marabout (qui dépend également de Lagardère).

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 janvier 2013 à 9h38 | Old fashion media
9 janvier 2013
el

Canal numéro un des chaînes payantes en 2011

Le CSA publiait aujourd'hui le bilan chiffré des chaînes de télévision payante. C'est,...

Le CSA publiait aujourd'hui le bilan chiffré des chaînes de télévision payante. C'est, comme toujours, Canal qui décroche la palme de la rentabilité, avec 1 857 millions d'euros de chiffre d'affaire pour l'ensemble du bouquet, soit 55% des 3 375,4 millions d'euros de CA enregistré par l'ensemble des 98 chaînes payantes conventionnées ou autorisées en France. Pour le groupe de Bertrand Méheut, cela représente une augmentation de 4% par rapport à 2010, en grande partie grâce aux abonnements (qui constituent 90% du chiffre d'affaire) mais aussi en raison de l'augmentation de 7% de ses recettes publicitaires, qui atteignent 159 millions d'euros en 2011. Les autres chaînes totalisent un chiffre d'affaires de 1 518,4 millions d'euros, en hausse de 9%, des résultats largement tirés par Orange Sport et Orange Cinéma Séries. Ce sont aussi les chaînes du groupe Orange qui permettent, pour la deuxième fois en 10 ans, à l’ensemble des chaînes payantes hors Canal d'enregistrer un résultat net positif, à 9,6 millions d'euros. Côté pub, tout ne va pas si mal, puisque, hors Canal toujours, les recettes s’élèvent à 188,6 millions d'euros, soit une augmentation de 5% à périmètre constant. Pour autant le marché est loin d'être égalitaire, puisqu'Euronews, L’Equipe TV, Teva, Paris Première, TV Breizh, LCI et Eurosport réunissent plus de 50% du total des ressources publicitaires, tandis que pour Africa 24, Montagne TV, Ma Chaîne Etudiante, NRJ Hits, Teva, Game One et Piwi, les recettes publicitaires représentent plus de 50% de leur chiffre d’affaires.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 janvier 2013 à 17h49 | Old fashion media