Résultats de la recherche : google fisc

Vous trouverez sûrement plus de résultats dans l'ancienne version du site.
Cliquez ici pour afficher les résultats.

T4 : Google affiche un bénéfice en progression de 4% Verouillé

Alphabet a publié ses résultats pour le trimestre. Google maintient une croissance de son chiffre d’affaires, mais son profit ne progresse pratiquement plus. 90% des revenus d’Alphabet sont issus de la publicité, et sur le mobile, iOS est la première …

02 février à 13h36 | Le_Flouze | Commenter
28 janvier 2016
el

La Commission, toujours schizophrène sur la lutte contre l’optimisation fiscale

La Commission européenne confirme son caractère schizophrène en matière ...

La Commission européenne confirme son caractère schizophrène en matière de fiscalité des entreprises, avec d'une part des propositions de mesures législatives plus maigrichonnes les unes que les autres, et d'autre part une Margrethe Vestager qui attaque - a posteriori et sur base des Traités faute de directives ou règlements crédibles en la matière - des systèmes d'optimisation fiscale plus agressifs les uns que les autres. Du côté législatif, la Commission a présenté aujourd'hui un paquet pour le moins timide de mesures visant à s'attaquer à l'évasion fiscale, dont une proposition de directive qui n'attaque pas les causes principales d'évasion. Ces causes étant d'une part les rescrits fiscaux abusifs attribués par les États membres eux-mêmes, comme on l'a vu dans le cas belge récent traité par M. Vestager, et d'autre part, des systèmes très en vogue depuis près de trois décennies de transfert de bénéfices gagnés en Europe vers des paradis fiscaux. Contre les rescrits abusifs, la proposition de Directive ne dit absolument rien. Contre le transfert de bénéfices, la Commission propose qu'il ne soit sanctionné que, entre autres conditions : si la société en question n'est pas côtée en bourse, paie moins de 40% du taux en vigueur dans son était de résidence fiscale, et que cette correction ne concerne que l'État de résidence fiscale à l'exclusion des autres pays dans lesquels elle opère. Au même moment, Margrethe Vestager affirmait - dans un tout autre ton - que si une plainte officielle était déposée contre l'accord fiscal entre le Royaume-Uni et Google, elle entamerait bien entendu une enquête sur base des articles du Traité interdisant les aides d'État illicites. Cet accord du Royaume-Uni a fait l'objet de critiques, certains ayant calculé qu'il permettait à Google de payer une taxe dix fois moins élevée que ce qui était normalement du.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
28 janvier à 18h37 | Politique | Commenter
25 janvier 2016
el

Google accepte de payer un maigre 130 millions de livres à Sa Majesté

Cela fait des années que le Royaume-Uni, surtout par la voix de son parlement ...

Cela fait des années que le Royaume-Uni, surtout par la voix de son parlement et de ses concitoyens, était outré du taux réel de taxe payé par Google sur le territoire de Sa Majesté. Ce taux était d'environ 2,5%, et ce alors que le taux d'impôt sur les sociétés outre-Manche est de ... 20%. Ce week-end, le service britannique des impôts a annoncé que cette injustice serait réparée, du moins partiellement : Google a accepté de rembourser 130 millions de livres suite à un redressement fiscal, qui couvre tous ses revenus au Royaume-Uni depuis 2005. Google s'est également engagé à payer plus de taxes à l'avenir. Pour ce faire, la société de Mountain View baissera son niveau d'usage des "prix de transfert", système grâce auquel, comme nombre d'autres multinationales du web,  elle siphonne ses revenus notamment au Royaume-Uni, mais aussi en France. La société s'engage également - selon des termes non publiés - à cesser de déclarer ses opérations de vente uniquement en Irlande . Comme en France, jusqu'à présent, Google a toujours soutenu auprès des officiels britanniques que la société n'avait que des opérations de pré-vente et post-vente au Royaume-Uni, et que toutes les ventes s'effectuaient d'Irlande, d'où leur non déclaration au fisc de la Couronne. Notons au passage que ce raisonnement assez alambiqué de Google pouvait tenir un peu mieux au Royaume-Uni qu'en France, et y a pourtant été détruit. Car en effet, en France, l'on a l'argument supplémentaire, qui à notre connaissance n'a jamais été utilisé par Bercy, que toute la documentation commerciale utilisée pour les ventes de Google en France est en Français, et donc bien destinée uniquement à la France, et pas à l'Irlande. Tandis qu'au Royaume-Uni et en Irlande, la langue de la documentation est la même... Du point de vie de la somme qui sera réglée par Google, l'on pourrait dire que 130 millions de livres, c'est déjà ça, mais il n'y a pas de quoi se réjouir, ni estimer que la situation est équilibrée face à celles des sociétés qui jouent le jeu et paient le taux de 20%. Car rien qu'en 2013, les revenus de Google au Royaume-Uni atteignaient 3,8 milliards de livres. Au taux normal d'IS de 20%, rien que cette année là aurait du représenter - en supposant que Google gagne des marges de 20% - plus de 150 millions de livres d'impôts.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
25 janvier à 18h10 | Web 1,2,3 | Commenter
19 novembre 2015

Optimisation fiscale : les multinationales jouent les pleurnichardes Verouillé

Réponses lacunaires aux députés européens d’un côté, articles défensifs dans les blogs de leurs lobbys de l’autre : les GAFAMs s’habituent mal à la pression, inévitable, par laquelle ils devront – c’est juste une question de temps – payer plus de …

19 novembre à 11h41 | Web 1,2,3 | Commenter
8 octobre 2015

Optimisation fiscale : Pierre Moscovici ne fera finalement rien contre Verouillé

Pour lutter contre l’optimisation fiscale à outrance, la Commission vient d’adopter un plan prévoyant un échange – secret – d’informations entre administrations fiscales des États de l’UE au sujet de leurs « tax rulings », ces décisions adoptées en faveur de certaines …

08 octobre à 11h57 | Le_Flouze | Commenter
28 août 2015

Dans son combat avec la commission, Google répond à côté de la plaque Verouillé

Déjà empêtré d’une manière qui s’est aggravée au cours des derniers mois dans plusieurs affaires en Europe, Google risque fort d’avoir empiré les choses en publiant sur son blog européen une critique acerbe visant sans jamais la nommer la commissaire européenne Margrete …

28 août à 17h23 | Web 1,2,3 | Commenter
17 juillet 2015
el

Google signe un bon trimestre

Les résultats de Google sur ce second trimestre de son exercice fiscal 2015 ...

Les résultats de Google sur ce second trimestre de son exercice fiscal 2015 étaient attendus par les marchés. Le géant de la publicité sur le Web se devait de rassurer sur ses perspectives de croissance après plusieurs trimestres en demi-teinte. Accessoirement, Google avait également à apporter des éléments sur sa capacité à investir le mobile, face à Facebook, notamment. Pour la première partie, Google a répondu aux attentes, en battant de peu les prévisions des analystes, grâce notamment à un recentrage de son activité sur son métier de base : l'adword. Google affiche un chiffre d'affaires de 17,73 milliards de dollars sur ce trimestre en hausse de 11%. 12,4 milliards de dollars viennent directement des affaires publicitaires sur les sites du groupe. L'arrivée de la nouvelle directrice financière, issue de Wall Street, avait été aussi annoncé comme le retour d'une gestion "au cordeau" pour le géant de Mountain View. Premier effet, le résultat est nettement meilleur avec 3,35 milliards de dollars l'an passé contre 3,93 milliards sur ce trimestre. De quoi rassurer la bourse qui commençait à s'inquiéter des projets "farfelus" annoncés depuis quelques années. Le marché a d'ailleurs bien réagi avec un bond de 13% pour l'action Google à l'ouverture et 8% en after hours suite à la publication des résultats. Cependant, les basics du modèle économique de Google ne sont pas améliorés pour autant. Le cout par clic baisse de 11%, et sur le mobile Google peine toujours, réalisant la plupart de ses recettes sur les services portés par iOS.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 juillet à 16h15 | Le_Flouze | Commenter
24 avril 2015

Google : un business sans perspectives Verouillé

Google a promis de travailler sur une meilleure intégration son moteur sur les mobiles, et de maitriser les couts des projets. Les marchés saluent un retour des bonnes manières de la part du géant de Mountain View. Google enchaine les …

24 avril à 16h34 | Web 1,2,3 | Commenter
15 avril 2015

Google au coeur d’une affaire qui engage une lutte sans merci entre les USA et l’Europe Verouillé

Margrethe Vestager n’a pas froid aux yeux. Sa décision, au nom de la Commission européenne, d’envoyer une notification de griefs à Google au bout de près de cinq années de procédure – et d’entamer une enquête au sujet d’Androïd – arrive précisément …

15 avril à 17h24 | Web 1,2,3 | Commenter
24 mars 2015
urgent

Google embauche la « femme la plus puissante de Wall Street »

Google a trouvé sa perle rare. Ruth Porat est en passe de devenir la future ...

Google a trouvé sa perle rare. Ruth Porat est en passe de devenir la future CFO (directrice financier) du géant du Web. Un "gros coup" pour Google qui attire ainsi à Mountain View celle qui préside aux destinées financières de la banque Morgan Stanley. Ce n'est pas le premier mouvement de ce type dans la Silicon Valley. Dernièrement, Anthony Noto avait quitté Goldman Sachs avant d'aller prendre le poste de CFO de Twitter. Plusieurs raisons à cela, tout d'abord la gestion des comptes de ces monstres du Web ressemblent de plus en plus à des services financiers de banque, car il s'agit de traiter des affaires d'options, d'actions ou d'obligations. En second, les liens entre ces sociétés et les marchés financiers sont de plus en plus resserrés. Les acquisitions et les cessions de start-up impliquent sans arrêt des montages complexes, de la défiscalisation etc.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
24 mars à 16h55 | Web 1,2,3 | Commenter
18 mars 2015
el

La taxe Google confirmée pour le mois prochain

Le chancelier de l'échiquier veut mettre Google (et les autres grands utilisateurs ...

Le chancelier de l'échiquier veut mettre Google (et les autres grands utilisateurs de l'optimisation fiscale) échec et mat. Lors de la présentation du budget britannique, il confirmé l’instauration d’un impôt visant « bénéfices détournés ». Ce prélévement sera voté par le Parlement la semaine prochaine et mis en place en avril, a rappelé George Osborne. Le gouvernement britannique s'attend à une rentrée fiscale de l'ordre de 275 millions de livres dès la deuxième année de son application. Relire à ce sujet, "Taxe des GAFA: l’Angleterre légifère, la France missionne". Cette taxe nouvelle arrive dans un calendrier et un contexte particulièrement opportun pour le gouvernement qui prépare les élections.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
18 mars à 18h52 | Le_Flouze | Commenter
26 novembre 2014
urgent

Une première multinationale épinglée pour cause d’optimisation fiscale

Microsoft va devoir acquitter un arriéré d'impôts de 140 millions de dollars ...

Microsoft va devoir acquitter un arriéré d'impôts de 140 millions de dollars au gouvernement chinois. L'information a été révélée par l'agence d'information chinsoise Xinhua. C'est la première fois qu'une multinationale est ainsi condamné pour avoir "optimisé" ses coûts fiscaux dans un pays. En Europe, la controverse bat toujours son plein, mais la commission enquête sur les largesse de l'Irlande notamment, ou du Luxembourg envers Amazon, Apple ou Google. Microsoft s'est abrité derrière un accord bilatéral entre la Chine et les Etats-Unis, qui n'aurait pas suffi pour décourager les autorités locales. Microsoft acquitterait 21% d'impôts sur ses revenus dans le monde, loin derrière les 35% dus aux Etats-Unis. Microsoft bénéficie ainsi d'un montage fiscal complexe réparti entre la Hollande, Singapour et Porto-Rico.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
26 novembre à 19h25 | Le_Flouze | Commenter
4 novembre 2014

Le lobbying européen de Google a perdu son mojo

Les coûteuses opérations européennes de lobbying direct et indirect de Google semblent ne plus porter leurs fruits : les uns après les autres, les gouvernements nationaux et les institutions européennes n’ont eu d’autre choix, face notamment à l’évidence que Google ne …

04 novembre à 19h09 | Web 1,2,3 | Commenter
16 octobre 2014
el

Almunia annonce qu’il pourrait y avoir plus d’enquêtes sur l’optimisation fiscale des multinationales

La Commission a d'ores et déjà ouvert quatre enquêtes au sujet des mesures ...

La Commission a d'ores et déjà ouvert quatre enquêtes au sujet des mesures fiscales de certains pays vis-à-vis de sociétés multinationales. Et Joaquin Almunia a annoncé, dans une interview dans laquelle il était surtout question de Google, qu'elle pourrait en ouvrir plus. Les quatre enquêtes ouvertes concernent les mesures irlandaises en faveur d'Apple, luxembourgeoises en faveur d'Amazon et de Fiat, et néerlandaises en faveur de Starbucks. La section de la direction générale de la concurrence spécialement mise en place pour ces enquêtes pourrait lancer "plus d'enquêtes approfondies", a t-il dit. Dans la même interview, le commissaire en charge de la concurrence à la Commission européenne jusqu'au 31 octobre, a également déploré le fait qu'il a subi des pressions politiques dans le cadre de l'enquête pour abus de position dominante. Google est poursuivi sur base de plaintes de ses concurrents, et la Commission a décidé de prolonger son enquête en septembre, prenant l'avis que les engagements proposés par le moteur de recherche pour résoudre les plaintes des concurrents n'étaient pas suffisants. Monsieur Almunia considère que certaines réactions de personnalités politiques dans ce dossier sont "irrationnelles". Peut-être monsieur Almunia faisait-il référence, entre autres, à l'intervention musclée d'Arnaud Montebourg en la matière, quand il était encore ministre du redressement productif.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 octobre à 18h07 | Web 1,2,3 | Commenter
7 octobre 2014

Poursuites contre l’optimisation fiscale en Europe : et maintenant, le tour d’Amazon Verouillé

Avant de partir, la commission Almunia continue de mettre en branle les gouvernements et administrations des paradis fiscaux intra-communautaires, ainsi que les services juridiques des sociétés spécialistes de l’optimisation fiscale. Après Apple en Irlande, Starbucks aux Pays-Bas et Fiat au Luxembourg, …

07 octobre à 17h46 | Le_Flouze | 2 commentaires
13 mai 2014

Google, un grand moteur implique de grandes responsabilités Verouillé

  Google a essayé d’y échapper, mais c’est désormais écrit noir sur blanc dans un arrêt interprétatif de la Cour de Justice des Communautés Européennes : les moteurs de recherche procèdent à « une collecte des données au sens de la …

13 mai à 17h05 | Web 1,2,3 | 2 commentaires
6 mai 2014
web

Droits d’auteur des photographes sur les moteurs de recherche : « il faut une approche juridique et fiscale. » – Club Parlementaire

  Questions à Philippe Marini, sénateur de l’Oise et président ...

 

Questions à Philippe Marini, sénateur de l’Oise et président de la Commission des Finances,
Vous déposez une proposition de loi destinée à protéger les droits numériques des photographes contre les appétits de Google. Quel est le problème soulevé par les géants du net et l’enjeu pour les droits d’auteurs ?
Google est devenu la plus grande agence de publicité du monde en agrégeant une masse toujours plus importante de contenus audiovisuels dont il n’est pas l’auteur. Chacun de ces contenus n’engendre pas nécessairement un revenu publicitaire mais il contribue à enrichir les algorythmes de recherche et à fidéliser les utilisateurs sur toute sa gamme de services qu’il s’agisse d’information (Google news), de vidéos (Youtube) ou de photographies (Google image). L’Allemagne a identifié le détournement de valeur que représente ce marché dans lequel aucune contrepartie n’est reversée aux éditeurs de presse et a légiféré pour créer un droit voisin au droit d’auteur s’app...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 mai à 20h34 | So_cult’ | Commenter
10 décembre 2013

Google a appris dans Le Monde qu’Aurélie Filippetti ne viendrait pas Verouillé

Jusqu’à hier soir Aurélie Filippetti devait se rendre à l’inauguration du centre culturel Google. Pressé par une partie de la culture, la ministre a brusquement changé d’avis. Une attitude qui laisse perplexe chez Google, où l’on s’efforçait ce matin de …

10 décembre à 11h25 | Politique | Commenter
3 décembre 2013

Assemblée des Médias : Google joue le grand air du persécuté Verouillé

L’Assemblée des médias s’est clôturée sur un débat entre le cinéma d’un côté et Google et Orange de l’autre. Le patron de Google Europe a évité la vraie confrontation dans un numéro très réussi de paranoïa. Hier soir, l’Assemblée des …

03 décembre à 17h28 | So_cult’ | Commenter
25 novembre 2013

Optimisation fiscale : la Commission européenne va bientôt donner les armes aux Etats ! Verouillé

L’indignation contre l’optimisation fiscale de la part de certaines sociétés qui font d’énormes bénéfices sur le dos du contribuable européen est le sujet de l’année sur le vieux continent : la Commission européenne vient d’offrir une occasion en or aux …

25 novembre à 17h17 | Le_Flouze | Commenter
6 novembre 2013
el

Aurélie Filippetti à l’inauguration de l’ « institut culturel Google »

On se souvient de Nicolas Sarkozy freinant d'une main les ardeurs de Bercy et ...

On se souvient de Nicolas Sarkozy freinant d'une main les ardeurs de Bercy et de l'autre serrant celle d'Eric Schmidt lors de l'inauguration des nouveaux locaux du géant Google à Paris. De superbes locaux pour une société qui échappe à la quasi totalité des impôts sur le territoire français grâce à une recette baptisée, "sandwich hollandais", un comble au pays de la gastronomie. Bis repetita avec le gouvernement actuel, pourtant dans l'opposition à l'époque des faits, et dont la lutte pour l'impôt est déjà fameuse, puisque Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture et de la Communication sera présente; Google vient en effet d'adresser aux journalistes une invitation pour l'inauguration de "l'institut culturel Google" -  dont l'annonce de sa création avait été faite justement sous le regard conciliant de Nicolas Sarkozy, car il avait servi de prétexte pour justifier l'évasion fiscale ! Autrement dit, voici un peu de "cultural" à la place de l'argent... cela ressemble à ce que les néo-américains faisaient avec les indiens d'Amérique du Nord, en proposant un peu de verroterie contre des terres arables, ou gorgées de pétrole.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 novembre à 15h00 | Politique | Un commentaire
9 octobre 2013
el

Le plan d’action de l’UE pour lutter contre l’optimisation fiscale à outrance

Avant la fin de l'année, la Commission proposera des modifications aux règles ...

Avant la fin de l'année, la Commission proposera des modifications aux règles européennes et soutiendra les projets internationaux visant à garantir que les entreprises qui font des bénéfices substantiels dans l'UE ne puissent plus échapper à l'impôt juste par le jeu de structurations trans-frontalières. Cette nouvelle a été annoncée par le commissaire en charge des affaires fiscales lors du séminaire sur la fiscalité numérique organisé ce matin par Pierre Moscovici et Fleur Pellerin. La réponse de la Commission aux différentes affaires d'évasion ou d'optimisation fiscale par certains grands groupes, surtout américains, tels que Google ou Amazon serait double. Il s'agirait d'abord de soutenir les efforts internationaux et surtout le plan d'action BEPS, qui prévoit une révision de la définition d'établissement permanent, ainsi que des règles permettant à une filiale dans un pays peu taxé de vider les profits de filiales de pays où la taxe est plus élevée par le biais de paiements énormes pour des services parfois bien maigres, voire inexistants ("transfert pricing"). D'autre part, la commission proposera entre autres d'ici quelques semaines des modifications à la directive mère-filiale, et remettra à l'ordre du jour les projets de taxation uniforme pour les sociétés européennes. Ces modifications ne concerneraient pas uniquement l'économie numérique, et concerneront toutes les entreprises qu'elles soient internationales et européennes qui créent des structures de filiales complexes pour limiter ou échapper à l'impôt. Le commissaire souligne néanmoins qu'il est plus facile aux entreprises du numérique d'effectuer ce genre de montage, car elles sont véritablement internationales dans leur structure depuis leurs tous débuts. Il souligne qu'il est temps que ces entreprises - qui ne sont plus des start-ups depuis longtemps - doivent respecter le "contrat social" en contribuant à l'impôt de manière juste.

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 octobre à 14h36 | Le_Flouze | Commenter
17 juillet 2013
el

Taxe Google : Le CNNum conseille de ne rien faire

Selon le site du Monde, le conseil national du numérique qui devait plancher ...

Selon le site du Monde, le conseil national du numérique qui devait plancher sur la possibilité d'instaurer une taxe spécifique sur les opérateurs du Web, préconiserait de ne rien faire. Le journal cite un membre du CNNum, à quelques jours de la remise du rapport à la ministre Fleur Pellerin fin juillet : "Il est très difficile de créer une taxe au niveau national. Cela engendrerait des stratégies d'évitement de la part des grands acteurs, et pénaliserait les petites entreprises hexagonales. En outre, on ne peut isoler le numérique en tant que secteur car il souffle sur tous les pans de l'économie". Un raisonnement bien connu, qui s'accompagne bien souvent du même conseil : "agir au niveau international". Autrement dit, le CNNum n'a pas réellement fait avancer le débat, et la stratégie des opérateurs du Web, qui menacent toujours de se retirer d'un marché plutôt que d'être imposés comme toutes les autres sociétés, a parfaitement fonctionné encore une fois - Google avait menacé le gouvernement français en octobre dernier avec l'affaire du déréférencement de la presse. Cela dit, il serait étonnant que Google, Apple ou Amazon se retirent volontairement du second marché européen pour éviter de payer quelques centaines de millions d'euros. Avec cette décision, le CNNum est dans la droite ligne de la ministre du numérique qui entend appliquer le droit fiscal français aux géants du Web sans en passer par une loi ad hoc.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 juillet à 12h45 | Web 1,2,3 | Commenter
el

Culture : les télécoms veulent faire payer Google and co

Selon une étude commandée par la Fédération française des télécoms, ceux-ci ...

Selon une étude commandée par la Fédération française des télécoms, ceux-ci contribuent très largement au financement de la culture en France. En effet, 27% des ponctions attribuées à ce secteur (rémunération pour copie privée ou taxe pour l'audiovisuel public mais hors redevance et autofinancement) proviennent des opérateurs hexagonaux, d'ailleurs ces différents prélèvements représentent 18% de leurs ressources (Ebitda moins investissement) en 2012, une part en très forte hausse puisqu'elle ne représentait que 5% en 2009. Par ailleurs, ces mêmes acteurs des télécoms "financent les infrastructures d’accès à 92%". En ce qui concerne les acteurs transnationaux "over the top" - ou OTT, comme Google, Apple, Amazon ou Facebook, c’est bien simple : ils ne dépensent pas un centime selon l'étude qui aligne les zéros. 0% de contribution au financement de l'exception culturelle (c'est oublier que plusieurs d'entre eux s’acquittent désormais, bon gré mal gré, de la rémunération pour copie privée), 0% de prise en charge des coûts de transport, 0€ de préfinancement des programmes qu'ils diffusent et distribuent. Des disparités que l'étude s'applique à rendre encore plus criants d'injustice en soulignant que les opérateurs français ont connu une baisse de leurs revenus de 12% entre 2011 et 2013, tandis que les acteurs OTT ont vu leur marché s'accroître de 150% entre 2006 et 2011. Ils demandent donc que le cadre fiscal et réglementaire soit rendu plus équitable et moins discriminatoire, et ce au niveau Français comme à l'échelle européenne.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 juillet à 10h58 | So_amazing | Un commentaire
22 mai 2013

La cour anglaise envoie une volée de bois vert à Google Verouillé

Dans une décision qui ébranle une partie substantielle du business model de Google, la High Court anglaise a décidé hier que Marks & Spencer avait violé les droits d’Interflora sur sa propre marque en achetant le mot clé «Interflora» pour …

22 mai à 16h09 | Web 1,2,3 | Commenter
17 avril 2013
web

Apple, Amazon, Facebook… un manque à gagner fiscal de près d’un milliard d’euros – La Tribune

Selon une étude de Greenwich Consulting pour la Fédération française des ...

Selon une étude de Greenwich Consulting pour la Fédération française des télécoms, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft auraient payé 22 fois plus d'impôt sur les sociétés si leurs activités de production étaient localisées et taxées en France, soit 828 millions d'euros au lieu de 37,5 millions. Si l'on ajoute la perte de recettes de TVA sur l'e-commerce, l'ardoise s'élèverait entre 1,1 et 1,5 milliard d'euros.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 avril à 14h36 | So_amazing | Commenter
11 mars 2013

Presse : La Scam tance l’accord entre Google et les éditeurs de presse #Gratuit

Pour la Scam, seule société de gestion collective à avoir soutenu les éditeurs de presse dans leur projet de création d’une Lex Google, l’aumône consentie par le moteur de recherche ne règle rien. (Publié le 4 mars) Rendu public le …

11 mars à 14h58 | Politique | Commenter
4 mars 2013
urgent

Un Leeder pour Google France

Un nouveau directeur de Google France a été nommé pour remplacer Jean-Marc ...

Un nouveau directeur de Google France a été nommé pour remplacer Jean-Marc Tassetto - qui a démissionné la semaine dernière. Il s'agit de Nick Leeder, l'actuel directeur de Google pour la région Australie/Nouvelle-Zélande ! Les temps ne sont pas roses pour Google France, actuellement l'une des premières régies publicitaires de l'hexagone avec un chiffre d'affaires estimé à près de 1,2 milliard. Début janvier, le géant américain a participé pour 60 millions d'euros à la création d'un fond destiné à faciliter la transition numérique des éditeurs de la presse d'information politique et générale. Suite à l'enquête sur les prix de transfert du chiffre d'affaires publicitaires entre la filiale française et irlandaise, Google pourrait par ailleurs être amené à reverser 1 milliard d'euros au fisc français.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 mars à 12h51 | Web 1,2,3 | Commenter
4 février 2013

La presse divisée face au fonds Google

Après trois mois de négociations chapeautées par Marc Schwartz, les éditeurs de presse qui réclamaient une compensation de Google pour utiliser leurs contenus dans sa page « Actualités » ont obtenu gain de cause. Ou presque. Et la solution finalement dénichée ne …

04 février à 10h38 | Old fashion media | 3 commentaires
1 février 2013

Google met 60 millions d’euros sur la table pour s’offrir l’innovation de la presse française

Les éditeurs et Google sont arrivés à un accord in extremis. Le géant du Net va créer un fonds de 60 millions d’euros. Aux autres éditeurs européens maintenant d’aller voir le moteur de recherche pour obtenir l’équivalent… Finalement Google n’a …

01 février à 20h01 | Old fashion media | 8 commentaires