Chronologie des médias, les conditions de Canal

Canal prépare une offre à 10 euros et propose de s’engager sur la reconduite d’une fréquence TNT. Maxime Saada a posé des conditions très précises pour signer la révision de la chronologie des médias au monde du cinéma. Le calendrier est serré, avec une négociation de la dernière chance pour lundi.

La révision de la chronologie des média a échoué hier. Réunis Rue de Valois par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, les protagonistes de cette affaire qui dure depuis de nombreuses années n’ont toujours pas réussi à s’entendre. Un nouveau rendez-vous est prévu pour mardi prochain pour une signature définitive, si jamais les parties s’entendent enfin la veille lors d’une négociation de la dernière chance...

Hier presque tous ont signé sauf Canal, Orange et un syndicat distributeur, le DIRE. Ce dernier est pris dans un calendrier de validation avec ses adhérents qui ne lui permet pas de signer avant quelques jours, mais son approbation du texte actuel est entendu. Pour Canal et Orange c’est une toute autre paire de manches !

Comme nous l’avions indiqué entre les producteurs et les deux opérateurs le noeud du problème est le contrat de financement du cinéma qui doit être soit prorogé, soit rediscuté. Lors de la dernière réunion de la filière, Canal avait indiqué ne pas vouloir bouger une virgule à son contrat pour le proroger. La chaine en faisait une condition à cette réforme de la chronologie des médias... Et à la surprise de beaucoup, Canal est venu hier avec un contrat modifié ! Une attitude qui était inacceptable pour les producteurs, et qui a irrité la rue de Valois.

Convention, offre à 10 euros

De fait, aujourd’hui, les discussions ne concernent plus la chronologie des médias mais l’accord de financement du cinéma. Comme nous l’avions indiqué, inquiets de la baisse des abonnés à Canal, les producteurs demandent un engagement de Canal sur montant et non plus seulement un pourcentage du chiffre d’affaires, qui va forcément plonger avec la perte des droits de la Ligue 1 à partir de la saison 2019/2020.

Maxime Saada, le patron de Canal Plus a fait différentes propositions qui doivent permettre de débloquer la situation. Tout d’abord, la chaine propose de prolonger l’accord actuel jusqu’au 31 décembre 2022, au lieu du 6 septembre 2021. Maxime Saada propose aussi de s’engager par écrit sur la demande renouvellement de sa fréquence TNT auprès du CSA. Rappelons que l’accord de fincancement repose sur la convention avec le CSA concernant cette fréquence. A noter que le patron de Canal peut parfaitement faire une demande que le CSA ne puisse accepter, ce qui le déchargerait à la fois de cette fréquence comme de son engagement. Canal propose également de supprimer la « black periode » tout en maintenant la durée sur laquelle s’étale la multi-diffusion des films à 9 mois. Canal refuse en revanche l’engagement sur un montant fixe pour le cinéma. Canal s’engagerait aussi à continuer à proposer un mixte entre le football(génération d’abonnemnts) et la cinéma. Maxime Saada espère en effet obtenir des droits de distributeur avec RMC Sports et Mediapro - peu de chance en revanche de voir Canal obtenir des droits majeurs dans les prochaines années. Canal prépare une offre à 10 euros par mois. Pour son patron l’accord doit donc rester suffisamment souple pour laisser une marge de manœuvre à Canal. Enfin, Orange est en embuscade derrière Canal comme souvent dans ces discussions. Orange propose pour sa part un supplément d'un million d’euros par an dans ses investissements cinéma.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef

Les commentaires sont fermés.