Qui pour le Nouvel Observateur ?

Laurent Joffrin parti, accompagné de Nathalie Collin, le Nouvel Observateur est aujourd'hui sans direction fixe. Le rachat par le trio BNP (Bergé, Niel, Pigasse) a quelque peu précipité les choses évidemment. A leur grande surprise, les acquéreurs ont découvert notamment que les pertes étaient pour l'année 2013 de 9,8 millions d'euros et non pas de moins de 8 millions comme prévu. De fait, Claude Perdriel, le propriétaire, a accepté de céder son magazine pour 4,1 millions d'euros seulement, qui reviennent à la holding SFA. Les pertes de l'année 2013 viennent s'accumuler à celles de 2012, qui étaient déjà de 5 millions d'euros. Le plan annoncé par Laurent Joffrin à l'époque prévoyait une économie sur 2013 pour réduire ces pertes à 3 millions d'euros. Il n'en est rien. Et selon les nouveaux propriétaires, ces pertes sont essentiellement imputables aux activités Internet du groupe - mais pas seulement, à cause des pertes sur Rue89. Cela dit, les nouveaux patrons savent bien qu'il va falloir pratiquer une remise au carré importante des comptes et surtout des effectifs, qui sont pléthores pour un magazine - dans la grande tradition de la presse française. La présidence du conseil de surveillance pourrait être confié à Mathieu Pigasse ou bien Pierre Bergé, qui fut le plus récalcitrant à l'opération de rachat, mais qui est bien d'accord pour s'investir dorénavant dans cette aventure. D'ailleurs, il est à la recherche d'un directeur de la rédaction. L'oiseau rare devra être désigné sur proposition des actionnaires, suivi du vote de la société des rédacteurs du journal. Deux candidats se sont faits connaitre en interne, Sylvain Courage et Odile Benyahia Kouider. Cette dernière est loin d'être une inconnue pour le trio BNP, puisqu'elle a écrit un livre sur le rachat du Monde, intitulé "Un si petit monde". Ces candidats pourraient aussi bien se faire coiffer au poteau par Matthieu Croissandeau, chef de la rubrique politique au Parisien et qui a un solide passé au Nouvel Observateur. Le nouveau directeur de la rédaction du Nouvel Obs devra être accompagné d'un gestionnaire, comme le veulent les statuts du journal. Un attelage qui devra ressembler à celui composé par Louis Dreyfus et Natalie Nougayrède au Monde.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct