el

iPhone 5 : lancement dans une semaine

Les invitations sont enfin parties, mettant un terme aux rumeurs concernant la date...

Les invitations sont enfin parties, mettant un terme aux rumeurs concernant la date de sortie du dernier smartphone de chez Apple, avec des paris qui s'échelonnaient entre septembre et novembre 2012. Ce sera finalement le 12 septembre que la firme à la pomme dévoilera son tout nouveau téléphone, qui suscite déjà bien des convoitises. Les pronostics veulent ainsi que 10 millions d'appareils soient vendu sur la première semaine, et, au grand dam des concurrents opérant sous Android, un sondage américain réalisé sur Internet révèle ainsi qu'un utilisateur de l'OS Google sur 5 serait prêt à lâcher son appareil Android en faveur de l'iPhone 5. Si la date est donc arrêtée, les spéculations continuent d'aller bon train quant au look du nouveau smartphone Apple, et d'autres supputations concernant d'autres innovations du côté des iPod agitent également les passionnés de hitech.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
05 septembre 2012 à 15h15 | So_amazing
4 septembre 2012
el

Valérie Trierweiler fait condamner « VSD » – Le Point

La décision a été rendue en référé : VSD est condamné pour avoir...

La décision a été rendue en référé : VSD est condamné pour avoir exploité des photos volées de Valérie Trierweiler en maillot de bain au fort de Brégançon. L'hebdomadaire se voit infliger une provision légère de 2 000 euros à valoir sur son préjudice moral (au lieu des 30 000 euros réclamés).

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 septembre 2012 à 17h51 | Old fashion media
el

Radio : Jean-Luc la joue désinvolte mais pas  »totalement crétin »

Le président de Radio France nommé par Nicolas Sarkozy, Jean-Luc Hees s'est exprimé...

Le président de Radio France nommé par Nicolas Sarkozy, Jean-Luc Hees s'est exprimé ce matin concernant le climat politique. En vieux brisecard, il a éludé la question du renouvellement de son mandat "j'ai un mandat qui se termine le 12 mai 2014; comme je ne suis ni aveugle, ni sourd, ni totalement crétin, je constate que le gouvernement réfléchit à un nouveau mode de nomination. Je n'ai pas d'état d'âme autour de ça". Une prise de position si l'on peut dire qui tranche avec celle de Rémy Pflimlin chez FranceTélévisions, qui dernièrement avait donné quelques garanties sur la bonne continuation de son mandat. Rappelons que les présidents du service public sont aujourd'hui révocables par la seule volonté du président de la République. Une situation qui doit changer à l'occasion d'une prochaine loi sur l'audiovisuel. François Hollande et sa ministre Aurélie Filippetti ont juré que les mandats des présidents actuels n'étaient pas en danger, mais le député Patrick Bloche a déclaré tout le contraire, la semaine dernière.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 septembre 2012 à 16h25 | Old fashion media
el

Beezik met la main sur le catalogue Warner Music

Le site Beezik, seul en France à proposer un service de téléchargement de...

Le site Beezik, seul en France à proposer un service de téléchargement de musique légal et gratuit (financé par la publicité que le consommateur est obligé de regarder avant de pouvoir downloader un titre) décroche aujourd'hui le pompon en signant avec Warner Music. le site, qui bénéficie du label PUR (promotion des usages responsables) délivré par la Hadopi accède ainsi à l'ensemble du catalogue de cette major qui valide par cet accord un business model novateur mis en place il y a 3 ans. Les titres des Red Hot Chili Peppers, de Muse ou de Green Day viendront donc enrichir la bibliothèque Beezik, qui passe de 6 millions à 8 millions de titres. Le site avait déjà signé avec Universal Music et EMI, ainsi qu'avec plusieurs labels indépendants.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 septembre 2012 à 16h25 | So_cult’
el

iTunes Match paye moins bien que Spotify

Les chiffres se suivent et se ressemblent concernant le streaming audio. Des labels...

Les chiffres se suivent et se ressemblent concernant le streaming audio. Des labels indépendants ont rendu public les revenus selon les différents services de musique par streaming, comme Spotify, Rhapsody ou iTunes Match - bien que ce dernier ne soit pas vraiment un service comparable. Sans grande surprise, c'est Spotify qui paye le mieux, bien que les sommes en questions soient très très faibles, voire négligeable : 0,00330526797710 dollars par stream pour iTunes Match, alors que Spotify reverse 0,00966947678815 dollars. Des miettes de dollars donc, d'autant que les artistes cités expliquent avoir constaté une centaine d'écoutes sur Spotify sur le dernier relevé... On peut évidemment objecter le fait que iTunes Match est corrélé avec un service de vente, mais cela n'est pas valable pour tous les titres possédés par un abonné, puisque ce service fonctionne aussi comme une vaste blanchisseuse pour les Mp3 téléchargés sur le réseau.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 septembre 2012 à 15h45 | So_cult’
el

Les journaux veulent un droit voisin pour les agrégateurs de News

La presse a des relations tumultueuses avec Google. Cela ne date pas d'hier....

La presse a des relations tumultueuses avec Google. Cela ne date pas d'hier. En Belgique les éditeurs avaient attaqué le moteur de recherche, et en France les éditeurs ont aussi porté le fer contre la société de Mountain View à plusieurs reprises. Dernièrement, la justice allemande a donné raison aux journaux qui demandaient à être dédommagé par Google pour la reprise d'une partie de leur contenus sur la partie actualité. Cette dernière ne tombe pas en effet sous le coup de la revue de presse, et Google ne produisant aucun contenu, il y avait un vide juridique qui maintenant est en partie comblé. Suivant l'exemple, la presse française aurait déjà fait part de ses idées au gouvernement, révèle Le Monde. Il s'agirait d'instituer une sorte de droit voisins appliquable au liens et reprise des contenus produit par les rédactions par des services d'agrégation tel que Google News. Cette initiative a provoqué des réactions passionnées sur les réseaux sociaux, et sur certains sites. Un tel projet pose évidemment un certain nombre de questions, et pourrait bien servir de levier de négociations pour les éditeurs. En effet, ces derniers sont aussi de gros clients de la régie Google, et aussi des acheteurs invétérés de mots clefs Google. Par ailleurs, le gouvernement a dit travailler sur une "taxe Google" renouvelé. L'initiative des journaux français va dans le sens voulu par le gouvernement, puisque Google ne pourrait avoir le choix qu'entre un nouveau droit de la propriété intellectuel façonné pour lui, une taxe éponyme, ou tout simplement retiré les journaux de sa rubrique actualité, comme ce fut le cas en Belgique.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 septembre 2012 à 15h45 | Old fashion media
3 septembre 2012
el

Bruxelles serait d’accord pour le rachat d’EMI, qui en doutait ?

Les fuites se poursuivent dans l'affaire du rachat d'EMI par Universal. Cette fois,...

Les fuites se poursuivent dans l'affaire du rachat d'EMI par Universal. Cette fois, il s'agit de Reuters, qui annonce que la commission de Bruxelles devrait donner son feu vert à condition que la major accepte de céder certains droits. Pas de surprise donc, puisque depuis déjà de nombreux mois, l'affaire semblait entendue, si Universal faisait des concession pour abaisser son poids sur le marché du disque sous les 40%. La cession du label Parlophone serait ainsi acté selon l'agence. Les indépendants et Warner Music vont donc pouvoir s'en donner à coeur joie pour rivaliser et tenter de racheter les pépites abandonnés par Universal sur la route de la fusion.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 septembre 2012 à 18h48 | So_cult’
el

USA : changements en vue pour les achats de fréquences et fusions télécoms

La FCC , (Federal Communications Commission, l'équivalent de notre Arcep outre-Atlantique) pourrait changer...

La FCC , (Federal Communications Commission, l'équivalent de notre Arcep outre-Atlantique) pourrait changer son mode de validation des fusions et acquisitions de fréquences télécoms aux Etats-Unis. Il s'agirait de remplacer l'actuel processus au cas par cas par une nouvelle réglementation qui serait systématiquement appliquée pour jauger les alliances dans le monde des télécommunications et les éventuelles atteintes à la libre concurrence. Pour l'instant l'idée n'en est qu'au stade embryonnaire, puisque la FCC tâte le terrain afin de voir si les principaux acteurs du secteur seraient en faveur d'un tel changement. Les premiers retours sont plus que positifs, puisque le géant AT&T considère que l'actuel fonctionnement du veto de la FCC est responsable du rachat avorté de T-Mobile il y a quelques mois. Autre acteur des télécoms américaines, Sprint voir également d'un bon oeil l'hypothétique changement de règles de la FCC, jugeant qu'il pourrait permettre aux petits groupes de faire jeu égal avec les poids lourds. Une association de consommateurs, Public Knowledge, abonde d'ailleurs dans ce sens, puisqu'elle estime que les règles actuelles de la FCC concentrent trop de fréquences dans les mains des deux colosses, à savoir AT&T et Verizon.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 septembre 2012 à 18h48 | So_amazing
el

Hadopi : Aurélie Filippetti va respecter l’indépendance de la justice

Parfois la politique prend des détours surprenants. Ainsi, interrogée par BFM, et reprise...

Parfois la politique prend des détours surprenants. Ainsi, interrogée par BFM, et reprise par Numerama, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti a affirmé qu'il était "exclut de donner des instructions aux procureurs sur le sujet, et notamment de leur demander de ne pas couper les accès Internet". Le contraire aurait été étonnant, puisqu'il aurait pu être interprété comme une menace sur l'indépendance du Parquet. La ministre n'a jamais franchi la ligne jaune, mais elle ne s'est pas gêné ces derniers temps pour commenter cette phase si délicate de la riposte graduée, en se déclarant déjà contre la suspension de la connexion, ou en suggérant que l'Hadopi n'était pas efficace.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 septembre 2012 à 15h15 | Politique
el

Rémy Pflimlin regrette l’insécurité budgétaire héritage de la présidence de Nicolas Sarkozy

Dans un entretien à Puremédias, le président de France Télévisions, a souligné que...

Dans un entretien à Puremédias, le président de France Télévisions, a souligné que la loi actuelle sur l'audiovisuel public ne garantissait pas son financement. Interrogé sur l'incertitude concernant le prochain COM (contrat d'objectifs et de moyens signé entre l'Etat et le groupe FranceTélévisions), Rémy Pflimlin a déclaré "Je regrette cette insécurité budgétaire. Elle est causée par le fait qu'une partie de notre financement (la compensation de l'arrêt de la publicité entre 20h et 6h, NDLR) est inscrite dans le budget de l'Etat, mais qu'elle n'est ni sanctuarisée, ni garantie, contrairement à ce que laissait entendre le texte." Cet arrêt de la publicité aux heures de grande écoute avait été décidé par le précédent gouvernement, mais en face pour palier au manque à gagner, le gouvernement de François Fillon avait proposé un financement via une taxe sur les FAI. Or, Bruxelles pourrait très bien estimé que cet taxe est contraire au droit européen. Interrogé sur les moyens de financer l'audiovisuel public, Rémy Pflimlin a rappelé à demi mot son soutien à Aurélie Filippetti, qui souhaiterait augmenter la redevance plutôt que de voir un retour de la publicité. Un soutien discret mais évident pour le président de FTV et qui tombe à pic, tandis que le député Patrick Bloche a dernièrement affirmé qu'il lui faudra remettre son mandat en jeu lors de la discussion de la prochaine loi sur en début d'année.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 septembre 2012 à 15h15 | Old fashion media
30 août 2012
el

Universal Music qui rit, Vivendi qui pleure

Avec un résultat opérationnel ajusté (EBITA) en hausse de 18,2 % sur un...

Avec un résultat opérationnel ajusté (EBITA) en hausse de 18,2 % sur un an au premier semestre 2012, à 156 M€, la maison de disques Universal Music termine en beauté la première moitié de l'année, aidée en cela par le succès des albums de Justin Bieber, Nicki Minaj, Les Enfoirés, Gotye et Lana Del Rey, qui se sont classés parmi ses meilleures ventes. La major bénéficie d'une hausse de ses revenus dans l'édition musicale; de celle, de 8,9 %, de ses ventes numériques; et d'une croissance de ses perceptions en terme de redevances, qui sont venues compenser une baisse de ses ventes physiques de musique enregistrée et de produits dérivés. Son chiffre d'affaires sur la période s'établit à 1,9 milliards d'€, en hausse de 3,2 % sur un an, grâce notamment à un taux de change favorable. A taux de change constat, Universal Music, toujours en attente de l'aval des autorités antitrust américaines et européennes pour son acquisition des activités de musique enregistrée d'EMI, enregistre une légère baisse de son chiffre d'affaires, de 1 % par rapport à la même période l'an dernier. « Les activités d’UMG au second semestre 2012 devraient être soutenues par les ventes des albums de The Killers, No Doubt, Robbie Williams, Rolling Stones, Taylor Swift, Florent Pagny, Girls Generation, Diana Krall, Eros Ramazzotti et Alejandro Sanz », indique sa maison mère Vivendi dans un communiqué, qui fait en revanche état, au niveau groupe, d'un résultat net ajusté en baisse de 16,6 % au premier semestre, à 1,5 milliard d'€, et d'un chiffre d'affaires en très léger recul (- 1,2 %), à 14,1 milliards d'€, à l'heure où de nombreuses questions se posent sur son avenir en tant que conglomérat bâti sur la convergence des tuyaux et des contenus. En 2011, Vivendi avait réalisé un chiffre d’affaires de 28,8 milliards d’€ et un résultat net ajusté de 2,95 milliards d’€.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
30 août 2012 à 17h54 | So_cult’
29 août 2012
el

Interdiction des mobiles Samsung, la justice se prononcera le 6 décembre

Prévue tout d'abord pour le 20 septembre, ce sera finalement le 6 décembre...

Prévue tout d'abord pour le 20 septembre, ce sera finalement le 6 décembre que la justice américaine se prononcera sur la demande d'interdiction de huit modèles de la gamme smartphone Samsung par Apple. Après avoir remporté haut la main son procès contre le fabricant coréen, la firme américaine veut maintenant passer à l'étape suivante en obtenant que certains modèles de téléphone mobile comme le Galaxy SII ou encore le Droid soit retirer du marché. La demande d'Apple représente une charge de travail considérable pour la justice américaine qui a donc décidé de reporter son calendrier. Apple pourrait aussi dans un futur proche demander devant la justice l'interdiction du Galaxy SIII, le dernier né de la gamme Samsung, ce qui serait un coup dur pour la société coréenne. Apple a de bonnes chances fort du jugement à 1 milliard de dollars de la cour de San José d'obtenir ce qu'elle demande, mais de son côté Samsung va certainement procéder aux modifications nécessaires pour rester dans les clous.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
29 août 2012 à 12h25 | So_amazing