Amazon se paye Goodreads

On entend beaucoup parler d'Amazon ces jours-ci. Tandis que la guerre des contenus originaux que la société mène contre Netflix continue, on apprenait hier soir l'acquisition du réseau social spécialisé dans les livres Goodreads. Il s'agit également d'un site de recommandation, puisqu'on peut y importer des contacts de sa boîte mail ou de son Facebook, et voir s'afficher les volumes qu'ils ont lus, ceux qu'ils souhaitent lire bientôt et même ceux qu'ils sont en train de dévorer, page par page. Le rachat par Amazon est donc tout à fait stratégique et semble viser une dimension plus sociale dans l'achat des livres, avec ce fameux pouvoir de recommandation qui se voit augmenté lorsqu'elle proviennent d'amis plutôt que d'inconnus (surtout quand on sait que certains auteurs en mal d'amour n’hésitent pas à créer des comptes pour chanter leurs propres louanges dans les commentaires sur Amazon). Avec 16 millions de membre à l'heure actuelle, Goodreads pourrait finir d'installer la compagnie de Jeff Bezos parmi les plus gros vendeurs de livres, n'en déplaise aux petits commerçants qui y voient (certainement à raison) une concurrence sinon déloyale, du  moins inarrêtable. Un positionnement dont Amazon souhaite surement qu'il l'aide à écouler ses Kindle en perte de vitesse. L'acquisition devrait être finalisée au cours du second trimestre 2013.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Un commentaire sur cet article

  1. TheSFReader dit :

    « Un positionnement dont Amazon souhaite surement qu’il l’aide à écouler ses Kindle en perte de vitesse ».

    A vrai dire, je ne suis pas sûr que le Kindle (en tant que matériel) soit ce qu’Amazon cherche à vendre. Ce qui les intéresse c’est le contenu. Et de ce point de vue là, c’est un coup de maître de plus qu’a joué Amazon, qui « mérite » tous ces succès sur le marché du livre numérique.
    Non pas que ça me réjouisse, loin de là, mais le fair-play c’est aussi reconnaitre le beau jeu. Bravo. (Et maintenant je vais pleurer dans mon coin).