Apple et Google vont bannir les applications de « contact tracking »

En quelques semaines, Apple et Google ont changé d’orientation. Précisément, ils ont mieux cerné la véritable utilité d’une application qui renseignerait ses utilisateurs concernant l’épidémie de Coronavirus - ou toute autre maladie épidémique à l’avenir. Les deux géants ont réorienté le fonctionnement de leur API, dénommée « ExposureNotificaton ». Fini la géolocalisation, l’API ne permet plus de faire du « contact Tracking » au sens strict, elle opère comme une boîte noire qui émet des notifications dans un temps donné à ses utilisateurs, pour leur dire quand ils ont été en contact avec un agent infectieux. Reuters vient d’indiquer que Apple et Google étaient toujours ouvert à une approche régionale de son API, mais les conditions seront drastiques : pas de géolocalisaiton (GPS) et une application acceptée par pays (ou région). Autrement dit, il n’y aura pas de dérogation pour une approche différente, comme celle voulue par le gouvernement français avec Stop Covid. Le secrétaire général au numérique, Cédric O a promis que l’application serait disponible le 2 juin. En l’état, c’est impossible, car l’application ne sera tout simplement pas validée par Apple et Google pour ensuite être distribuée sur leurs appareils. L’approche de la France sur ce dossier a été calamiteuse. Plutôt que de réfléchir à la meilleure solution technologique, tout en respectant les règles de la vie privée, le gouvernement a fait de cette application un roman à la Don Quichotte.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Les commentaires sont fermés.