Cinéma français, la grosse fatigue – #Gratuit

Astérix au service de sa majesté n'a pas déplacé les foules, et Dany Boon a manqué son retour. Pendant ce temps là Twilight et SkyFall battent leurs propres records. Sale temps pour le cinéma français depuis la rentrée des classes. (Publié le 4 décembre)

Que se passe t-il ? Hadopi est bien en place, pourtant... La rentrée n'est pas rose pour les productions françaises. Pis, les grosses productions américaines ne montrent aucun signe d'essoufflement, bien au contraire. Il y a danger ! Le dernier volet des aventures d'Astérix, parti chatouiller les Romains chez les cousins Bretons, n'a pas emporté le morceau bien au contraire, la gamelle sera historique. Et pas une surprise, pas une comédie sortie de derrière les fauteuils collants d'un multiplex de province pour sauver les films français d'un plantage en bonne et due forme en cette rentrée 2012.

Les chiffres sont éloquents. On pensait la crise économique être l'explication la plus rationnelle à ce désamour, il vaut mieux acheter un paquet de pâtes, cela nourrit au moins, que de sortir plusieurs dizaines d'euros pour profiter d'un spectacle dans une salle obscure, en famille. Alors comment expliquer le succès des grosses machineries comme le dernier James Bond sorti le 26 octobre dernier (avec un cumul de 6,134 millions d'entrées), ou encore le quatrième volet de la série l'Age de Glace (6,588 883) avant l'été ? L'argument économique ne tient plus, surtout lorsque l'on parle d'un film proposant la 3D, et donc la location des chères lunettes supplémentaires. Le tarif est le même pour The Avengers avec ses 4,499 malgré une qualité mitigée, ou encore l'indéboulonnable Batman dont le dernier volet a atteint 4,385 millions d'entrées.

Budget pharaonique

Et le champion français, celui qui avait sa potion magique chaque fois pour distribuer les baffes ? Il se banane. Le budget pharaonique de 60 millions d'euros va peser lourd... Astérix accuse sur la balance des entrées un "petit" 3,701 millions. C'est peu, très peu, et certainement pas assez pour permettre à la production de rentrer dans ses frais. Et il est peu probable que les ventes en video ou le passage télé ne sauvent l'affaire. Cet Astérix pourtant pas si mal accueilli par les critiques, va t-il entrainer dans sa chute ses producteurs Fidélité de Marc Missonnier et Olivier Delbosc et le distributeur Wild Bunch ? Les spectateurs n'ont pas suivi.

Mais il y a pire encore. La comédie "Un plan parfait" servie par Diane Kruger et Dany Boon avec un budget conséquent de 26,27 millions d'euros était calibrée pour "envoyer du lourd". Le risque était grand pourtant. Mauvaise campagne de communication ? Inconséquence sur la distribution ? Quoi qu'il en soit les spectateurs ont boudé, et le film se ramasse avec à peine 1,14 million d'entrées depuis le 31 octobre dernier.

 34 155 pour Mauvaise fille

Dans un autre genre, Pauline Détective avait été monté avec un budget modeste de 4 millions d'euros. Et c'est tant mieux car le film n'a attiré que 114 000 spectateurs ! Aussi compliqué pour le "futur blockbuster" à la française, les Seigneurs avec un casting savamment étudié pour plaire autant aux banlieues huppés qu'aux autres... Et bien, les 20,9 millions d'euros de budget dont a bénéficié le film, aidé par la puissance du distributeur Warner a permis de sauver les meubles de justesse avec 2,715 millions de spectateurs. C'est aussi assez mitigé pour Stars 80 qui avait aussi un peu moins d'une vingtaine de millions d'euros de budget et affiche un 1,7 million d'entrées, juste correct après un peu plus d'un mois d'exploitation. Et on peut aussi nourrir quelques inquiétudes sur la destiné de "Populaire" qui avec un démarrage de 65 000 entrées le premier jour pour un total de 325 887 sur le premier week-end, n'a pas encore convaincu. Pour l'anecdote, "Mauvaise fille" avec les débuts d'Izia au cinéma n'a été vue que par 34 155 personnes alors qu'il a été largement vendu dans les médias avec une forte présence de Justine Lévy, dont la vie a inspiré le film... Décidément dans la famille Lévy, le cinéma reste une part obscure incomprise.

Il semble peu probable que la fin d'année permette au cinéma tricolore de redresser la tête. Noël 2012 s'annonce comme le triomphe encore une fois des grosses productions américaines, avec le Hobbit de Peter Jackson ou encore Les cinq légendes... Qui justement a réussi un des meilleurs départs avec 527 466 entrées se plaçant devant Twilight 5 mercredi dernier !

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Rédigé par Emmanuel Torregano

Redacteur en chef