Site pirate : viser au portefeuille (encore)

Depuis plusieurs années l'idée revient sur le devant de la scène. Il s'agit pour lutter, croit on savoir, efficacement contre l'échange illicite de fichiers sur les réseaux P2P de taper au portefeuille en soustrayant, par un moyen ou un autre, les revenus publicitaires des sites. L'idée avait une première fois émergée lors des discussions parlementaires de la loi Hadopi. Le gouvernement américain a aussi envisagé un moyen de couper les revenus issus de la publicité sur les sites de l'internet qui contrevenaient à la loi. Cette fois, c'est Fleur Pellerin qui reprend le témoin en nommant pour une mission Julien Neutres, actuellement au CNC. Julien Neutres va donc devoir travailler à "l’élaboration d’une charte, écrite en concertation avec les acteurs de la publicité, afin qu’ils s’engagent dans une démarche volontaire d’éviction des sites ne respectant pas le droit d’auteur et les droits voisins". Cette charte va dans le sens du rapport remis par Mireille Imbert-Quaretta pour la lutte contre le piratage industriel. A noter que la difficulté d'application d'une charte de ce genre réside - comme l'ont démontré différentes affaires judiciaires - dans le fait que les publicitaires qui sont des donneurs d'ordres, pour des annonceurs, travaillent avec une chaine d'intermédiaires pour afficher les publicités sur les sites Internet. Cette mécanique en "cascade" ne permet pas de responsabiliser l'ensemble des acteurs, et bien souvent, les annonceurs ignorent où sont affichés leurs messages publicitaires.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Les commentaires sont fermés.