Vivendi veut sa place au conseil d’administration d’Ubisoft

Vivendi continue sa guerre de position face à la famille Guillemot pour le contrôle d'Ubisoft. Lors de l'Assemblée générale de l'éditeur qui s'est déroulée dans la matinée, les huiles de Vivendi se sont abstenues de venir, mais le groupe présidé par Vincent Bolloré s'est contenté de participer, en tant que premier actionnaire du studio (22,8%). Dans un communiqué, le groupe a demandé à recevoir des sièges au conseil d'administration, rappelant que ses droits de vote seraient doublés en 2017 (ils sont de 20,7% pour l'instant).   "Vivendi considère qu’il serait de bonne gouvernance d’être représenté au Conseil eu égard à sa participation au capital de l’entreprise et, en attendant, s’est abstenu lors du vote des résolutions. Cette situation a entraîné l’échec des résolutions 22, 23, 24 et 25 présentées par le Conseil", a indiqué le groupe à l'issu de l'AG. Dans le même temps, la famille Guillemot qui a conservé le contrôle a fait savoir que le conseil d'administration n'était pas au courant de la demande du groupe... Ambiance. La situation est bloquée pour l'instant. Une OPA sur le groupe semble hors de portée pour Vivendi dont la trésorerie a baissé depuis le dernier semestre. Ubisoft est valorisé plus de 3,7 milliards d'euros. Une prise de pouvoir jugée hostile par les autres actionnaires ferait certainement fuir les créateurs, et endommagerait la valeur de l'entreprise. Cependant, Vivendi n'a pas été effrayé par les conséquences en rachetant Gameloft dans des conditions semblables. Le temps dira si la holding a eu raison et si elle est capable cette fois d'engager l'actif sur le chemin de la croissance. Ce qui ne s'est pas encore vérifié, pour Canal Plus ou Dailymotion.