La presse un an après Charlie

L'OJD a publié les chiffres de la diffusion des quotidiens sur le mois de janvier 2016. La comparaison avec les événements tragiques de 2015 qui ont frappé la rédaction de Charlie et Paris, ont évidemment pesé, mais ce phénomène n'explique pas tout. Quelques chiffres, sur un an, la diffusion payée (vente individuelle, en kiosque donc) est en baisse dans son ensemble de 24,06% pour les sept quotidiens nationaux. Libération accuse un -64%, qu'il faut donc relativisé car le journal avait enregistré un +107% (!) en janvier 2015, le volume de ventes continue de baisse avec 22 102 exemplaires en janvier 2016 en moyenne (22 985 en décembre, et 30 286 en novembre, un mois aussi marqué par une actualité forte avec les attentats). La variation est donc exceptionnelle pour le quotidien dirigé par Johan Hufnagel et Laurent Joffrin, mais elle l'est bien moins pour Le Figaro (-24,10% ! à 58 307 exemplaires), un quotidien conservateur qui n'avait pas vu ses ventes bondir il y a un an (-2,62% à 76 817 ex), ou encore Les Echos dont le domaine d'expertise est très éloigné de cette actualité : -25,56% en janvier 2016; -3,12% en janvier 2015. En revanche Le Monde s'en sort un peu mieux avec pourtant un niveau de ventes dans les kiosques pratiquement sous la cote d'alerte : 50 851 exemplaires soit -32,39% sur un an ! En janvier 2015 le quotidien du soir avec connu un petit rebond avec 75 215 exemplaires vendus en moyenne soit une progression sur un an de 17% qui a donc été effacée entre temps. Enfin, Pour L'Equipe les résultats sont mitigés. En janvier 2015 le journal sportif vendait 129 388 exemplaires par jour avec un petit -7,36% sur un an. Cette année, après une refonte un nouveau format, le journal ne progresse pas mais amortit la déflation des ventes : 114 743 exemplaires pour une variation de -11,32%. Une différence de 4 points qui s'explique donc certainement par le succès relatif de la nouvelle formule de septembre dernier.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

Les commentaires sont fermés.