Wikileaks passe au payant… mais pas longtemps, les Anonymous les ont fait plier.

C’est tout un symbole qui s'est écroulé aux yeux de certains avec cette décision de Wikileaks d'ériger un paywall, demandant aux internautes de faire "un don" pour accéder aux informations qui les intéressent. En essayant d'accéder à certains des câbles diplomatiques par exemple, on est désormais redirigés vers une vidéo dénonçant les travers de la politique américaine et se terminant avec un Julian Assange appelant aux dons. Plus qu'une suggestion, c'est en fait une obligation pour avoir accès au contenu puisqu'on ne peut pas fermer cette fenêtre en superposition à moins de se délester de quelques euros, dollars ou roubles... Pour de nombreux internautes et plus particulièrement pour les Anonymous, la trahison est totale. L'initiative d'Assange qui était jusque là considérée comme entièrement "pure" et démocratique au sens originel du terme, délivrant l’information brute à tous et à toutes pour la seule beauté du geste est désormais souillée, ternie. Sur Twitter, le compte @YourAnonNews promets mille tourments à son ancienne idole.

 

Sur Pastebin, @AnonymousIRC lâche même un texte accusant Wikileaks de n'être plus que l'ombre d'un Julian Assange dévoré par son ego sur-dimensionné et ses soucis avec la justice. C'est la fin d'une longue histoire d'amour entre Anonymous et Wikileaks dorénavant accusé de ne plus porter la transparence comme valeur suprême.

[MàJ] Devant la levée de bouclier, Wikileaks est revenu sur ses pas et permet de fermer la vidéo d'appel aux dons pour accéder aux contenus, comme l'a signalé le compte @YourAnonNews.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct

3 commentaires sur cet article