el

La CJUE s’attaque au BitTorrent

A la demande d'une cour de justice hollandaise, la cour de justice de...

A la demande d'une cour de justice hollandaise, la cour de justice de l'union européenne va devoir répondre à une question qui hante Internet depuis des années : les sites proposant des fichiers BitTorrent peuvent-ils être interdits pour violation du droit d’auteur ? Autant dire le Graal du questionnement préjudiciel européen, rien que ca ! La décision tombera le 8 février prochain. La CJUE a été saisie par un tribunal hollandais au sein duquel s'affronte d'un côté Stichting Brein, la Sacem locale, et deux sites qui faisait libre commerce de fichiers P2P représentaient par les sociétés Ziggo BV et XS4All Internet BV. Toute la polémique réside dans le fait de trancher en justice sur la qualité de "communication au public" d'un intermédiaire. Dans le cas où la CJUE approuvait cette vision juridique, alors un site qui met à disposition de tels fichiers serait aussi considéré comme un pirate...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 février 2017 à 16h19 | Peer2peer
30 janvier 2017
el

Fin de l’Hadopi américaine

Les représentants des ayants droit ont choisi de mettre fin à leur partenariat...

Les représentants des ayants droit ont choisi de mettre fin à leur partenariat avec les fournisseurs d'accès à Internet aux Etats-Unis concernant l'envoi de messages de prévention du piratage. Le  Copyright Alert System (CAS) était semblable dans le principe à ce que l'Etat français a développé avec l'Hadopi. A cette différence près que le CAS était entièrement privé. En tant que tel, le principe reposait entièrement sur l'aspect éducatif et préventif des messages. Pensé à partir de 2011, le CAS était en activité depuis 2013.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
30 janvier 2017 à 18h33 | Peer2peer
9 janvier 2017
el

Piratage : un FAI tenu pour responsable aux Etats-Unis

L'affaire n'était pas passée inaperçue. En décembre 2015, une cours fédérale a désigné...

L'affaire n'était pas passée inaperçue. En décembre 2015, une cours fédérale a désigné l'opérateur Cox Communication comme responsable du piratage de fichiers de musique, par ses clients. Pour la première fois, la justice passait outre la limite de la neutralité technologique et estimait à son tour, avec les plaignants, la maison de disque BMG, que le FAI portait aussi une responsabilité dans la violation du copyright des oeuvres piratées. Cox a depuis fait appel. Cependant, BMG n'est plus seule. La maison de disques a été rejointes, selon les éléments présentés en amont du procès, par différentes associations dont la RIAA, la MPAA (cinéma) et The Copyright Alliance. Tous demandent que le jugement soit maintenu ce qui représenterait une avancée pour la lutte contre le piratage de l'avis des représentants des ayants droit, mais aussi une menace importante pour les FIA.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 janvier 2017 à 18h43 | Peer2peer
12 décembre 2016
el

The Grand Tour plus piraté que Game of Thrones

The Grand Tour, le Show des anciens présentateurs de l'émission "Top Gear" est...

The Grand Tour, le Show des anciens présentateurs de l'émission "Top Gear" est devenu en quatre épisodes le show télévisé le plus téléchargé, illégalement... Produit par Amazon, The Grand Tour, se permet de faire mieux - ou pire selon le point de vue - que Game of Thrones ! Les chiffres du piratage massif de The Grand Tour ont été révélés par Muso, une société spécialisée. Le premier épisode a été téléchargé ainsi 9,7 millions de fois, le second 6,4 millions et enfin le troisième 4,6 millions. Muso indiqué également que 13,7% de ces "piratages" étaient au Royaume-Uni, un pays qui est présenté comme la cible prioritaire d'Amazon avec cette émission. Le manque à gagner atteint 3,2 millions de livres pour chaque épisode, pour Amazon, rien qu'au Royaume-Uni.  Selon ses concurrents, Amazon verserait 250 millions de dollars pour cette série sur trois anglais débonnaires qui essaient des voitures de luxe lors de voyages dans le monde entier...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
12 décembre 2016 à 14h39 | Peer2peer
7 décembre 2016
el

Cpasbien dans le collimateur des ayants-droit

Zone-Téléchargement était un début. La Sacem avait promis d'autres actions contre le piratage...

Zone-Téléchargement était un début. La Sacem avait promis d'autres actions contre le piratage sur le Net. La prochaine cible devrait être Cpasbien, un site qui se présente comme le leader des liens Torrent en France - ZT proposait un catalogue de lien "Direct Download" ou streaming des oeuvres sans autorisation. Selon la presse spécialisée, Cpasbien a ralenti son activité. Jusqu'à ne plus poster de contenu nouveau depuis que ZT est tombé. Du côté des ayants-droit, on nous confirme en effet que le site est dans la ligne de mire...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
07 décembre 2016 à 18h06 | Peer2peer
4 novembre 2016
el

Gros coup de la lutte anti piratage au Royaume-Uni

La MPAA a obtenu de la justice britannique le blocage d'un certain nombre...

La MPAA a obtenu de la justice britannique le blocage d'un certain nombre de site sous le motif qu'ils facilitaient le piratage de films ou de séries protégés par le copyright. Cette décisions de justice est particulièrement importante car elle concerne pas moins de 13 sites  : geektv.is, hdmovie14.net, spacemov.com, hdmovieswatch.net, watchmovie.ms, streamallthis.is, 123movies.to, gowatchseries.biz, themovie4u.com, series-cravings.me, movietubenow.biz, genvideos.org et moviesub.net. La décision de la Haute court de bloquer l'accès à ces sites s'applique aux cinq plus importants fournisseurs d'accès. Est -ce un nouveau coup d'épée dans l'eau pour la MPAA ? Pas sur si l'on en croit les dernières études qui montrent que l'audience des sites ainsi bloqués s'effondrent de plus de 75% et enfin que les usagers de ces sites sont environ un sur cinq à préférer arrêter ces pratiques illicites pour s'acquitter d'un abonnement à un service payant, licite.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 novembre 2016 à 17h06 | Peer2peer
27 septembre 2016
el

Une plainte contre un « ripper » de flux YouTube

L'affaire pourrait faire grand bruit. Les trois majors de la musique viennent d'intenter...

L'affaire pourrait faire grand bruit. Les trois majors de la musique viennent d'intenter un procès contre YouTube-MP3, l'un des logiciels les plus répandus pour "pirater" les flux YouTube. Les majors ont décidé d'attaquer devant la justice américaine, alors que le logiciel est édité par une société allemande. L'IFPI, le syndicat des majors, avait dernièrement montré les dents sur le "stream ripping", visant aussi YouTube... Cependant, si les majors veulent aussi faire tomber YouTube de son piédestal, les grandes manoeuvres n'ont pas encore commencé.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
27 septembre 2016 à 17h41 | Peer2peer
3 mai 2016
el

Les pirates radins aussi avec The Pirate Bay

Les intentions qui guident les actes de piratage sur le Net sont guidées...

Les intentions qui guident les actes de piratage sur le Net sont guidées par l'opportunité économique d'acquérir pour trois fois rien un bien ou un service. La preuve encore une fois  encore est donnée par Torrent Freak, le site spécialisé qui a analysé les montants des donations à The Pirate Bay. Finalement, l'annuaire historique des torrents n'a collecté que 9 dollars par jour en bitcoins l'année dernière, en moyenne. Précisément, selon les calculs de Torrent Freak, le site d'origine suédoise a reçu en tout environ 3500 dollars avec une donation par jour sur les douze derniers mois. L'audience de TPB dépasse largement le million de connexion par jour. L'utilisation de la monnaie virtuelle ne facilite certainement pas les donations, et il est possible que TPB ne pousse pas vraiment non plus, car toute ressource financière pourrait être confisquée par les ayants-droit à terme.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 mai 2016 à 17h41 | Peer2peer
7 avril 2016
el

Hadopi : Le Conseil d’Etat condamne l’Etat…

La justice a tranché. Après des années de conflit, Bouygues Télécom va être...

La justice a tranché. Après des années de conflit, Bouygues Télécom va être dédommagé de 900 000 euros au titre de la récolte d'adresse IP dans le cadre de la riposte graduée gérée par Hadopi. NextInpact a relayé l'information publiée en premier sur le réseau Twitter. Bouygues Télécom a donc obtenu gain de cause après une bataille sur tapis vert. L'opérateur n'est pas le seul dans ce cas. Free a aussi fait une démarche dans ce sens devant la justice. Le Conseil d'Etat pénalise l'Etat, car celui-ci n'a jamais publié le décret concernant l'indemnisation des FAI depuis la création de l'Hadopi. Les différents gouvernement qui se sont succédés depuis la création de l'autorité ont toujours considéré Hadopi comme une patate chaude. Cette fois, ils se sont brulés les doigts. A noter que le verdict attribue 37,5 centimes par IP. Un montant qui devrait rester dans les annales.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
07 avril 2016 à 17h29 | Peer2peer
2 mars 2016
el

Sony Music attaque Radionomy

Vivendi a jeté dernièrement son dévolu sur Radionomy, une start-up qui s'était lancée...

Vivendi a jeté dernièrement son dévolu sur Radionomy, une start-up qui s'était lancée avec l'espoir de servir de plateforme pour les radios sur le Web, et qui a développé également une activité publicitaire. Le 26 février dernier, Sony Music a porté plainte contre Radionomy pour violation du droit d'auteur devant une cour de Californie. Sony n'y va pas avec le dos de la cuillère et demande pas moins de 150 000 dollars de dédommagements par chanson "piratée". Radionomy avait racheté dernièrement Winamp et Shoutcast. Deux logiciels qui ont été pendant des années les porte-avions du piratage de MP3. Sony Music attaque sur deux fronts : la diffusion des chansons mais aussi les covers des albums. Vivendi détient 64,4% du capital de Radionomy. Sony Music estime certainement que maintenant la start-up a les moyens de régler la douloureuse...

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
02 mars 2016 à 18h20 | Peer2peer
30 novembre 2015
el

The Pirate Bay, la bataille continue

The Pirate Bay a obtenu vendredi dernier un jugement de la justice suédoise...

The Pirate Bay a obtenu vendredi dernier un jugement de la justice suédoise qui proscrit le fait que les ayants-droit puissent demander aux fournisseurs d'accès à Internet un blocage du site. Les ayants-droit ont pourtant réussi à convaincre un grand nombre d'autres pays européens, mais en Suède la justice a dit non. Les plaignants ont réagi aujourd'hui estimant que cette décision était "surprenante" et qu'ils avaient bien l'intention de porter l'affaire en appel. La décision de la justice suédoise s'appuie sur le fait que l'usage que certains ont des "tuyaux" ne peut constituer une preuve que les FAI participent à l'infraction aux oeuvres piratées.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
30 novembre 2015 à 17h56 | Peer2peer
28 septembre 2015
el

Megaupload payait les meilleurs pirates

Megaupload n'était pas un site de partage comme les autres. Selon la justice...

Megaupload n'était pas un site de partage comme les autres. Selon la justice américaine, qui a mis fin à ses agissements en fermant brutalement les serveurs du site, Megaupload reversait une partie de ses revenus aux meilleurs des pirates, qui téléversaient des fichiers pirates sur les serveurs. Les sommes accumulées dépassaient les 3 millions de dollars durant les 5 années de son existence. Ces révélations de la justice américaine interviennent alors que Kim Dotcom, le fondateur du site, attend son extradition vers les Etats-Unis.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
28 septembre 2015 à 19h43 | Peer2peer
11 septembre 2015
el

Piratage : le tour des paiements sur Internet

Fleur Pellerin met en place la deuxième étape de son plan contre le...

Fleur Pellerin met en place la deuxième étape de son plan contre le piratage des oeuvres sur le Net. Après la charte signée par le monde de la publicité, c'est au tour des organismes de paiement sur le Net d'être "responsabilisés". A l'instar de la charte précédente, il s'agit pour la rue de Valois de répondre aux demandes des sociétés représentants les ayants-droit. Couper les ressources financières des sites pirates faisait partie des mesures préconisées dans différents rapports sur la question, dont celui de Mireille Imbert-Quaretta, la présidente de la CPD, le bras armé de l'Hadopi. Un comité de suivi des bonnes pratiques a donc été mis en place hier à l'initiative de la ministre de la Culture et de la Communication. L'Alpa, l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle, affirme que la charte signée avec la publicité a atteint en partie son but. Il est difficile d'évaluer l'impact de ce genre de mesures. PopCorn Times, une application populaire, qui permet de streamer des films en toute illégalité est totalement gratuite. La plupart des sites qui affichent de la publicité n'en ont pas besoin pour continuer d'exister, les frais pour maintenir une telle infrastructure informatique sont très faibles, et ils sont peu sensibles aux variations de revenus. Frédéric Delacroix, délégué général de l'ALPA, estime pour sa part que ces actions vont dans le bon sens. Tout comme la SACD qui explique "cet engagement des professionnels du paiement en ligne sera à l'évidence un élément essentiel dans la lutte contre la contrefaçon commerciale". "Nous avons pu constater qu'un certain nombre de gros annonceurs ne sont plus présents sur les sites de piratage", souligne t-il. Il est en revanche trop tôt pour savoir si des sites ont fermé faute de revenus. Un point d'étape est prévu un an après la mise en place de la charte.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 septembre 2015 à 15h36 | Peer2peer
23 juin 2015
el

Piratage : Téléchargement magazine condamné

L'affaire pourrait presque faire sourire. Le magazine éphémère "Téléchargement" vient d'être condamné par...

L'affaire pourrait presque faire sourire. Le magazine éphémère "Téléchargement" vient d'être condamné par la justice à la suite d'une plainte de la SCPP. Le verdict du Tribunal correctionnel de Nanterre indique que "la société LES EDITIONS DE MONTREUIL coupable du délit prévu par l’article L 335-2-1 2° du Code de la Propriété Intellectuelle*, est condamnée au paiement d’une amende de 10 000 euros et à la peine complémentaire de publication à ses frais de la décision dans Le Parisien et Le Journal du dimanche dans la limite de 3 000 euros pour chaque publication". La justice a été sensible aux arguments des ayants droit représentés par la SCPP soulignant que le magazine de manière exposé de manière "explicite" et "documentée les différentes façons de pirater sur internet". C'est une première reconnait la SCPP, qui pourrait maintenant agir sur d'autres secteurs où le prétexte publicitaire du téléchargement est largement utilisé, comme les opérateurs de télécommunication.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
23 juin 2015 à 11h03 | Peer2peer
17 juin 2015
el

Blocage britannique de PopCorn

La haute cour de justice du Royaume-Uni avait ordonné aux fournisseurs d'accès locaux...

La haute cour de justice du Royaume-Uni avait ordonné aux fournisseurs d'accès locaux de bloquer les contenus PopCorn Time à la fin du mois d'avril dernier. Une mesure qui a aussi inspiré dernièrement les autorités israéliennes. Le contenu du verdict est des plus intéressants. Selon la Cour britannique saisie par les studios de cinéma, PopCorn Time n'est pas directement accusé de piratage des contenus, mais ses opérateurs sont coauteurs des actes illicites avec les personnes qui utilisent ces sites et les hébergent ! L'acte de coauteurs précise la cour est constitué à partir du moment où il y'a une volonté commune de ces protagonistes. Ce raisonnement a permis à la Haute Cour d'ordonner le blocage des sites "PopCorn Time" au niveau des FAI pour empêcher le téléchargement de l'application et son utilisation.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 juin 2015 à 19h17 | Peer2peer
3 juin 2015
el

Le cout 2014 du piratage en ligne ? 800 milliards de dollars !

800 milliards de dollars ! C'est la valeur des échanges "illicites" de contenus...

800 milliards de dollars ! C'est la valeur des échanges "illicites" de contenus en 2014 sur les réseaux P2P ou autres. Un chiffre impressionnant que l'on doit au site Tru Optik, qui a évaluer les volumes du piratage en ligne dans le monde entier. Les séries télévisées américaines sont évidement les plus représentées de ce palmarès. Toujours selon l'étude de Tru Optik, le studio HBO aurait enregistré un manque à gagner de 44 millions de dollars à cause du piratage. Captain America 2: The Winter Soldier a été piraté près de 85 millions de fois, mais Game of Thrones compte en 2014 près de 204 millions de téléchargements. Tru Optik a aussi comptabilisé les copies pirates de Microsoft’s Windows 8.1 : 119 millions ! Microsoft est un habitué du piratage massif de son OS. C'est d'ailleurs l'un des vecteurs de sa domination dans l'informatique familiale. Au classement des pays dans le monde, le Brésil arrive en tête avec un total de 100 milliards de dollars de contenus échangés, alors que les Etats-Unis sont troisième suivis de l'Inde, l'Italie, ou encore la Grève et la Chine. Try Optik ne prend en compte que les contenus en anglais.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 juin 2015 à 19h07 | Peer2peer
14 avril 2015
el

Piratage : tir groupé du gouvernement

Après la charte destinée aux publicitaires pour leur recommander de ne pas annoncer...

Après la charte destinée aux publicitaires pour leur recommander de ne pas annoncer sur des sites enfreignants le droit d'auteur (mais pas YouTube ou Dailymotion), la rue de Valois récidive en proposant à Julien Neutres, du CNC, une nouvelle mission. Il va s'agit cette fois d'élaborer une charte pour les services de paiement en ligne, qui sont parfois, utilisés sur des sites qui, une fois de plus enfreignent le droit d'auteur. Ces deux initiatives sont tirées d'un rapport rédigé par Mireille Imbert-Quaretta, présidente de la CPD. Ce rapport fait aujourd'hui un peu daté. Les grands sites internationaux proposant des contenus illicites "payants" ont capoté, à l'image de MegaVideo. De même, les sites offrant un catalogues de liens P2P, qui se financent par la publicité, représentent une très faible part du trafic de fichiers (environ 1,8%). Les effets de ces mesures seront certainement à évaluer à l'aune d'une nouvelle réalité du piratage mondial, qui a pour nom : PopCorn Time, dont le modèle n'est porté ni par l'abonnement ni par la publicité. La charte devra être prête pour juin.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
14 avril 2015 à 18h38 | Peer2peer
8 avril 2015
el

Popcorn Time sur iOS sans Jailbreak mais pas sur AppStore

C'est la bête noire d'Hollywood. Popcorn Time est une application qui permet de...

C'est la bête noire d'Hollywood. Popcorn Time est une application qui permet de synthétiser la puissance du P2P pour distribuer des fichiers et la facilité d'une interface à la Netflix. Les utilisateurs de Popcorn Time ont ainsi accès à un catalogue inépuisable de films sans aucune contrainte : chronologie des médias, prix (c'est gratuit) ou versions. Popcorn Time attaque maintenant le monde des appareils sous iOS. Jusqu'à présent les tablettes ou smartphones sont restés relativement en dehors du jeu pour les pirates. L'utilisation de logiciels P2P requiert pour les iPhone de jailbreaker les appareils, ce qui décourage la plupart. C'est fini promet les développeurs de Popcorn Time qui affirme utiliser un nouvel installateur qui ne nécessite plus de jailbreak tout en évitant l'AppStore - Apple n'aurait jamais accepté une application qui fait ouvertement la publicité pour le piratage d'oeuvres protégées par le copyright.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
08 avril 2015 à 19h05 | Peer2peer
11 février 2015
el

Le piratage de films glisse vers le streaming

Selon une étude réalisée sur les comportements des internautes pour la deuxième année...

Selon une étude réalisée sur les comportements des internautes pour la deuxième année aux Etats-Unis, le piratage des films se fait de plus en plus sur les sites de streaming. L'accès au téléchargement des oeuvres est de moins en moins populaire. Un glissement des habitudes qui est certainement à rapprocher des effets de la lutte contre les sites proposant des annuaires de liens Torrent, comme The Pirate Bay, ou encore le fait de punir des internautes qui proposent des fichiers de manière illicite. Mark Berns, vice président de Medialink, qui a conduit cette étude, a déclaré que désormais ce changement de mode de consommation était "marqué" en faveur du streaming. L'étude avait évalué l'en dernier le chiffre d'affaires des sites incriminés à 227 millions de dollars ! Pour une marge évaluée entre 80 et 90%.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 février 2015 à 17h49 | Peer2peer
el

RapidShare ferme

Un symbole s'éteint. RapidShare qui fut pendant des années l'un des services les...

Un symbole s'éteint. RapidShare qui fut pendant des années l'un des services les plus actifs dans le partage de fichiers (bien souvent en toute illégalité) a annoncé la fermeture de ses serveurs le mois prochain. Fondé en 2002, la société basée en Suisse qui édite ce service d'hébergement de fichiers en ligne avait ouvert la voie à Dropbox et consorts. Cependant RapidShare n'a jamais été très impliqué dans la lutte contre l'échange illicite et fut souvent sous le feu des ayants-droit. Un changement de politique sur ce terrain a finalement eu raison du service qui a vu son trafic s'effondrer et la concurrence monter en flèche.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 février 2015 à 16h00 | Peer2peer
9 février 2015
el

Le procès eMule Paradise

Vincent Valade comparait à Paris dans un procès qui s'est ouvert aujourd'hui. Avec...

Vincent Valade comparait à Paris dans un procès qui s'est ouvert aujourd'hui. Avec cinq autres prévenus, ce jeune homme est accusé d'avoir organisé sur le site eMule Paradise le piratage de 7 113 films entre 2005 et 2006. Les ayants droit réclament huit millions d'euros de dommages et intérêts aux prévenus. L'enquête a permis de déterminer que le site lui a rapporté 418 000 euros en recettes publicitaires. Vincent Valade a aussi le fisc sur le dos, qui pourrait lui réclamer plus de 500 000 euros. Fleur Pellerin a récemment promis d'obtenir des publicitaires une charte pour empêcher le financement par la publicité de ce type de site. Julien Neutres, actuellement au CNC, s'est vu confier une mission sur ce sujet.

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 février 2015 à 20h33 | Peer2peer
6 février 2015
el

The Pirate Bay : Attention ca va couper !

Tout est en place. Le site The Pirate Bay va donc disparaître du...

Tout est en place. Le site The Pirate Bay va donc disparaître du Web français en application d'une décision de justice des ayants-droit. Le site avait dans un premier temps était éteint par le police suédoise, mais il était réapparu par la suite sur la toile. Cette fois, la décision de justice qui n'avait pas été notifiée aux FAI l'a belle et bien été par les ayants-droit, selon NextInpact. Free, Orange, Bouygues Télécom et SFR n'ont donc plus d'autres choix que de se plier à la décision. Celle-ci prévoit évidemment aussi le blocage d'autres sites dans la galaxie TPB. Une réplique, via des sites miroirs ou autres, sont à prévoir de la part de TPB. Les ayants-droit devront alors présenter les adresses à la justice pour obtenir une extension de ces blocages, en vertu du jugement. Les ayants-droit souhaiteraient en effet que les sites à bloquer soient ajouter sur simple notification à la liste noire.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 février 2015 à 19h43 | Peer2peer
3 février 2015
el

La musique n’est pas torrent

C'est anecdotique, mais depuis que The Pirate Bay est revenu en ligne le...

C'est anecdotique, mais depuis que The Pirate Bay est revenu en ligne le TOP 100 des Torrents les plus recherchés sont largement dominés par les films, les séries et le porno. Pas de musique. Rien. Selon MBW, qui a procédé à une analyse sur 48 heures après la remise en ligne du site cataloguant les fichiers Torrents, aucun ne concernaient de la musique. Le plus téléchargé était le film "L'interview qui tue". Est-ce le signe que la lutte contre le piratage a porté ses fruits ? Ou bien que l'offre de musique légale est suffisamment développée ? Ou encore que la musique n'est plus vraiment demandée sur les réseaux P2P, puisque tout est accessible en un clic et gratuitement sur YouTube ? Nous pencherons pour la troisième solution. D'autant que les logiciels qui permettent d'enregistrer les bandes sons de ces clips sur le portail video se sont généralisés, comme l'avait démontré la Hadopi. En revanche, la situation est toujours aussi critique pour le cinéma et la télévision qui attirent les pirates en nombre. Et cette fois, on peut estimer que les raisons sont simples : offre malingre et prix pas très raisonnables.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 février 2015 à 18h22 | Peer2peer
22 janvier 2015
el

Netflix s’inquiète de PopCorn Time

Netflix, comme iTunes en son temps, pointe le piratage comme son premier ennemi....

Netflix, comme iTunes en son temps, pointe le piratage comme son premier ennemi. Le service de streaming point tout particulièrement le service Popcorn Time qui est basé sur le P2P mais se présente sous la forme d'une interface copiée sur celle de Netflix. Grâce à ce design, et une bibliothèque de contenu quasi inépuisable et exhaustive, Popcorn Time est un gros caillou dans la chaussure de Reed Hastings, qui s'en est ouvert dans sa lettre aux actionnaires. Le patron de Netflix appuie son raisonnement sur les données de Google sur les recherches enregistrées sur le moteur de recherche. Popcorn Time est au niveau de Netflix et bien au-dessus celui de HBO. Rappelons que Hollywood est en pleine campagne de sensibilisation de l'administration Obama pour remettre sur la table un renforcement des dispositions contre le piratage (notamment le blocage pur et simple des sites). Le constat de Netflix permettra certainement aux studios de se montrer encore plus persuasifs.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
22 janvier 2015 à 18h36 | Peer2peer
19 janvier 2015
el

Piratage : la musique satisfaite, la Hadopi freine

Il n'y a certainement pas de rapport. La SCPP s'est félicité d'une baisse...

Il n'y a certainement pas de rapport. La SCPP s'est félicité d'une baisse de la fréquentation des sites The Pirate Bay, l'un des leaders du P2P sur le Net. Selon la société des producteurs de phonogrammes le déférencement de ces liens par Google porte ses fruits. La fréquentation a baissé de 25% selon la SCPP. Google reçoit chaque année 345 millions demandes de déréférencement. Le blocage des liens vers The Pirate Bay a été l'une des grandes victoires des ayants-droit dans cette lutte contre le piratage. Cependant, selon les sites spécialisés, l'impact est limité, voire résiduel, et il est rapidement résorbé ; les internautes trouvent rapidement d'autres alternatives. D'autre part, la Hadopi a fait savoir dans son dernier rapport qu'elle avait volontairement plafonné l'action de la CPD (la commission de protection des droits). Comme l'a remarqué NextInpact, la Hadopi a envoyé un nombre identique de lettre recommandées en octobre et en novembre : 9 018, très exactement. La raison ? Les réductions budgétaires argue Mireille Imbert-Quaretta, la présidente de la CPD. Précisément, la Hadopi s'est donné un budget de traitement mensuel des requêtes des ayants-droit... Au delà, le suivi n'est pas assuré, du moins pas dans l'immédiat.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 janvier 2015 à 16h58 | Peer2peer
5 janvier 2015
el

Site pirate : viser au portefeuille (encore)

Depuis plusieurs années l'idée revient sur le devant de la scène. Il s'agit...

Depuis plusieurs années l'idée revient sur le devant de la scène. Il s'agit pour lutter, croit on savoir, efficacement contre l'échange illicite de fichiers sur les réseaux P2P de taper au portefeuille en soustrayant, par un moyen ou un autre, les revenus publicitaires des sites. L'idée avait une première fois émergée lors des discussions parlementaires de la loi Hadopi. Le gouvernement américain a aussi envisagé un moyen de couper les revenus issus de la publicité sur les sites de l'internet qui contrevenaient à la loi. Cette fois, c'est Fleur Pellerin qui reprend le témoin en nommant pour une mission Julien Neutres, actuellement au CNC. Julien Neutres va donc devoir travailler à "l’élaboration d’une charte, écrite en concertation avec les acteurs de la publicité, afin qu’ils s’engagent dans une démarche volontaire d’éviction des sites ne respectant pas le droit d’auteur et les droits voisins". Cette charte va dans le sens du rapport remis par Mireille Imbert-Quaretta pour la lutte contre le piratage industriel. A noter que la difficulté d'application d'une charte de ce genre réside - comme l'ont démontré différentes affaires judiciaires - dans le fait que les publicitaires qui sont des donneurs d'ordres, pour des annonceurs, travaillent avec une chaine d'intermédiaires pour afficher les publicités sur les sites Internet. Cette mécanique en "cascade" ne permet pas de responsabiliser l'ensemble des acteurs, et bien souvent, les annonceurs ignorent où sont affichés leurs messages publicitaires.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
05 janvier 2015 à 18h05 | Peer2peer
10 décembre 2014
el

The Pirate Bay : 22 Error voilà les flics

Décidément, les événements s'acharnent sur The Pirate Bay ces derniers jours. Après l'interdiction...

Décidément, les événements s'acharnent sur The Pirate Bay ces derniers jours. Après l'interdiction en France prononcée par le TGI de Paris, puis l'exclusion des applications par Google, voilà que la police suédoise a effectué une descente dans les locaux du site, provoquant sa mise hors ligne... Les autorités auraient saisi des serveurs ce qui a entrainé une fermeture du site, à la faveur d'une action pour violation de la loi sur le copyright. Peter Sunde, l'un des fondateurs du site, qui est sorti récemment de prison, a commenté la nouvelle en expliquant qu'il préférait que The Pirate Bay reste "down".

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 décembre 2014 à 15h01 | Peer2peer
26 novembre 2014
el

Kim Doctom, de pire en pire

L'homme avait défrayé la chronique lors d'un raid spectaculaire des forces américaines pour...

L'homme avait défrayé la chronique lors d'un raid spectaculaire des forces américaines pour mettre fin à ses activités sur le Net. Les autorités américaines avait ainsi fait fermé manu militari les serveurs de Megaupload, avec comme chef d'accusation : violation généralisé du copyright. Depuis, Kim Dotcom est assigné à résidence ce qui ne l'a pas empêché de se relancer dans les affaires avec Mega, une sorte de dropbox.  Kim Doctom fait toujours l'objet d'une demande d'extradition par les Etats-Unis. Une prochaine audition est prévue par la justice néo zélandaise le 27 novembre prochain. A cette occasion, la justice pourrait bien décider de renvoyer le prévenu devant les tribunaux américains, car Kim Dotcom avoue avoir été ruiné par cette affaire, et ne plus être en mesure de payer la caution. Un énième rebondissement donc à prévoir, et certainement enfin le procès de Megaupload devant un juge américain. Lors de son interpellation, le FBI avait souligné que Dotcom avait empoché 150 millions de dollars avec son trafic de fichiers sur le Net.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
26 novembre 2014 à 19h37 | Peer2peer
6 novembre 2014
el

Popcorn Time passe en version « indémontable »

Popcorn Time est un service permettant d'avoir accès à des contenus, le plus...

Popcorn Time est un service permettant d'avoir accès à des contenus, le plus souvent illicites, partagés via un protocole P2P, mais doté d'une interface calquée sur celle de Netflix. Dernièrement Popcorn a subi plusieurs attaques de la part des ayants droit, et le service est inaccessible en Europe, notamment à cause d'un blocage de son nom de domaine. Pas grave répondent ses créateurs, puisque la version "open source" du projet, dénommé Time 4 Popcorn, arrive sur Windows armée pour résister. L'ensemble des paramètres pour son fonctionnement seront en effet téléchargés directement par le protocole P2P sur les logiciels clients. Voilà qui présage surement une augmentation des échanges P2P. Rappelons, que la loi Hadopi prend en compte le fait qu'une lutte sur un plan technique avec ce genre de service est très compliquée, voire perdue d'avance, et se focalise donc sur la responsabilité de ses utilisateurs.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 novembre 2014 à 17h23 | Peer2peer
31 octobre 2014
el

Le fondateur de Pirate Bay mal en point

L'un des fondateurs du site Pirate Bay est reconnu coupable d'un délit de...

L'un des fondateurs du site Pirate Bay est reconnu coupable d'un délit de piratage informatique au Danemark et pourrait écoper d'une peine de 6 ans de prison. Gottfrid Svartholm Warg est au coeur d'une nouvelle affaire après le procès de The Pirate Bay devant la justice suédoise. Selon sa défense, le hacker se justifie en expliquant que son ordinateur aurait pu être utilisé par d'autres informaticiens. La justice lui a rétorqué que les textes et examens du PC n'avaient montré aucun élément justifiant sa défense. Gottfrid Svartholm Warg est accusé d'être entré par effraction dans la base de données des "permis de conduire" de l'état suédois, ainsi que l'équivalent de la sécurité sociale. L'affaire est d'importance au Danemark et en Suède, pour un autre chef d'accusation relatif au hacking.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
31 octobre 2014 à 16h44 | Peer2peer