el

La CNIL confirme qu’elle veut un droit au déréférencement mondial

Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL a défendu le droit au déréférencement dans...

Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL a défendu le droit au déréférencement dans les colonnes du Monde. Cette tribune, de décembre 2016, vient d'être publiée sur le site de la CNIL : "ni atteinte à la liberté d’expression, ni négation du droit au souvenir, le droit au déréférencement est un point d’équilibre, à l’ère numérique, entre la surexposition universelle et la protection de la vie privée." Dans cette tribune, elle a expliqué la position de la CNIL, qui veut que le droit au déréférencement concerne non seulement les versions françaises des moteurs de recherche mais aussi leurs déclinaisons internationales. Or elle s'oppose en cela au fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, et à Google qui ont très mal accueilli le droit au déréférencement quand il a été reconnu par la Cour de Justice des Communautés européennes en 2014, puis qui ont essayé d'en appliquer une vision nationale. Comme le souligne Isabelle Falque-Pierrotin, il appartiendra - tôt ou tard - au juge d'en décider, en interprétant l'arrêt de la CJUE. En attendant, chacun défend son point de vue.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 janvier 2017 à 15h21 | Non classé
9 décembre 2016
el

Revenus des locations AirBnB : bientôt la transparence fiscale

C'est connu : la plupart des personnes qui louent leur appartement ou maison...

C'est connu : la plupart des personnes qui louent leur appartement ou maison sur AirBnB ou autres plates-formes de location temporaire ne déclarent pas ce revenu. Le Sénat avait évalué que seulement 15% des loueurs respectaient cette règle. A partir de 2019, ce sera donc AirBnB qui le fera pour eux. Aujourd'hui, les conditions d'utilisation de AirBnB se contentes d'un sobre "renseignez-vous sur la fiscalité locale en vigueur et les autorisations professionnelles nécessaires. Cela peut concerner des prélèvements comme la taxe de séjour, la taxe sur les locaux professionnels, la TVA, la taxe sur les biens et services ou encore l'impôt sur le revenu." D'ici 2019, l'on imagine qu'elle préciseront que le détail des sommes payées par la plateforme aux hôtes seront transmis à Bercy. L'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie se réjouit de cette "victoire" : "A titre indicatif, l’UMIH se fondant sur les quelques chiffres distillés par les plateformes – jamais confirmés, jamais justifiés, jamais cohérents - estime le montant annuel reversé aux loueurs entre 1 et 1,5 milliard d'euros. Sur une telle somme, effectivement une transmission aux services fiscaux méritait d’être débattue au Parlement", ont-ils déclaré.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 décembre 2016 à 13h03 | Non classé
6 décembre 2016
el

YouTube montre patte blanche à l’industrie musicale

YouTube travaille ses relations avec le monde de la musique, et a annoncé...

YouTube travaille ses relations avec le monde de la musique, et a annoncé aujourd'hui avoir versé un milliard en revenus publicitaires en un an.  "Au cours des douze derniers mois, YouTube a versé plus de 1 milliard à l'industrie musicale en revenus publicitaires, démontrant que des expériences et modèles multiples fonctionnent les uns avec les autres", déclare le blog officiel de la plateforme. Reste à voir si cette annonce - qui couvre l'industrie musicale mondiale - allègera les tensions avec les professionnels du secteur, qui en Europe continuent de réclamer un partage plus équitable de la valeur par les plateformes, dont YouTube. Les revenus globaux exacts de YouTube, perdus dans la masse de Google Inc après la restructuration qui a créé Alphabet, ne sont pas connus. Spotify, dont les revenus, qui sont connus, sont en forte augmentation sur 2016 - avait versé pas moins de 2 milliards de dollars à l'industrie musicale en 2015, et l'on s'attend à une forte augmentation de ce chiffre sur 2016.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 décembre 2016 à 18h52 | Non classé
20 octobre 2016
el

Lagardère préfère Google à l’OIP

Lagardère laisse tomber toute velléité contre Google, et s'est d'ailleurs retiré en février...

Lagardère laisse tomber toute velléité contre Google, et s'est d'ailleurs retiré en février dernier de l'Open Internet Project, annonce notre confrère Jamal Henni sur le site de BFMTV. L'OIP, qui réunit des sociétés qui estiment avoir été lésées financièrement par Google et réclament des pouvoirs publics français et européens des mesures pour éviter cela à l'avenir, avait été parrainé dès sa naissance en 2014 par Lagardère. Parmi ses autres mebres figures Axel Springer, Qwant ou encore la Sacem. A cette époque, Lagardère se démenait pour faire vivre son site LeGuide.com face à des modifications d'algorithmes du moteur de recherches de Google qui avaient fait baisser son audience. Depuis, Le Guide a été revendu à Kelkoo. Cette démission de Lagardère de l'OIP n'est pas sans faire penser à celle de Microsoft de l'ICOMP, lobby Bruxellois rassemblant les plaignants dans les affaires de dominance de Google. La démission de la société de Bill Gates du lobby qu'elle avait contribué à fonder a eu lieu suite à la signature d'un "sweetheart deal" entre Microsoft et Google, par lequel ils acceptaient de laisser tomber leurs poursuites mutuelles dans différents dossiers. Or Lagardère et Google avaient annoncé en octobre 2015 "la signature d'un partenariat stratégique de long terme."

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
20 octobre 2016 à 13h15 | Non classé
6 juillet 2016
el

Eurostat : près de la moitié des artistes sont des travailleurs indépendants

Eurostat vient de publier les statistiques de la culture au niveau européen pour...

Eurostat vient de publier les statistiques de la culture au niveau européen pour l'année 2014. Selon les estimations d’Eurostat, en 2014, "6 millions de personnes travaillaient dans le domaine de la culture dans l’Union européenne, soit un peu moins de 3% du nombre total de personnes occupées". Cette proportion diffère cependant nettement d'un État membre à l'autre, la France étant en dessous de la moyenne avec 2,8% de personnes travaillant dans le secteur culturel. "Les plus fortes proportions d’emploi culturel", souligne Eurostat, "ont été affichés par le Luxembourg (5,2%) et la Suède (4,1%), devant la Finlande et les Pays-Bas (3,9% chacun) ainsi que le Danemark (3,8%). À l'autre extrémité de l'échelle, la proportion la plus faible d’emplois culturels a été observée en Roumanie (1,1%), suivie de la Slovaquie (2,0%), de la Bulgarie (2,1%), du Portugal (2,2%), de la Grèce (2,3%) et de Chypre (2,4%)." Une particularité du secteur culturel relevée grâce aux statistiques d'Eurostat est "la proportion de personnes diplômées de l’enseignement supérieur", qui est "nettement plus élevée dans l’emploi culturel que dans l’emploi total". Autre spécificité de ce secteur, qui ne surprendra pas : le nombre d'auteurs travaillant en tant qu'indépendants est nettement supérieur à la moyenne des travailleurs indépendants de l'UE. Voici ce qu'en dit Eurostat : "on recensait environ 2 millions d’artistes et d’auteurs dans l’UE, représentant 30% de l’emploi culturel total. Près de la moitié d’entre eux (49%) étaient indépendants, soit une proportion plus de trois fois supérieure à celle enregistrée dans l’emploi total (15%) dans l’UE." Voici un bel argument pour les organisations représentant les créateurs dans leurs négociations avec certaines plateformes du numérique, concernant notamment le paiement de droits d'auteur.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 juillet 2016 à 16h33 | Non classé
17 novembre 2015
el

Radio en ligne : Pandora avale Rdio

C'est désormais officiel : Pandora devrait racheter une partie des avoirs de Rdio...

C'est désormais officiel : Pandora devrait racheter une partie des avoirs de Rdio pour la modique somme de 75 millions de dollars, et Rdio déposera une déclaration de faillite. Rdio, service de radio en ligne, ne va pas bien depuis longtemps et c'est sans surprise que le marché a appris que la société allait jeter l'éponge. Pandora, auquel Rdio essayait en vain de faire concurrence, récupérera de la technologie et des brevets. Pour les payer le mois cher possible, Pandora a exigé que Rdio dépose un dossier de déclaration de faillite. Cela a néanmoins l'inconvénient que Rdio est obligé d'accueillir les offres potentielles venant d'autres que Pandora. Si une autre société venait à offrir plus de 75 millions pour les mêmes avoirs, Pandora perdrait la main, mais semble prêt à prendre le risque. Le marché de la radio en ligne outre-Atlantique est très houleux en ce moment : même le leader, Pandora, perd des auditeurs et ses couts - notamment de licence de contenu - ne baissent pas.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
17 novembre 2015 à 11h33 | Non classé
9 novembre 2015
el

Macron II : vers une multiplication de l’auto-entreprise numérique, sans le soutien des banques

Après le flop annoncé de la future loi Lemaire, Emmanuel Macron se devait...

Après le flop annoncé de la future loi Lemaire, Emmanuel Macron se devait de battre le fer du numérique tant qu'il était chaud. Cela dit, très peu de détails, au final, ont émergé pendant la conférence d'aujourd'hui sur le contenu précis de la future "Loi Macron II", autrement appelée Noé (Nouvelles Opportunités Économiques) qui sera présentée en janvier 2016 en conseil des ministres. Le ministre des finances, qui souhaite faire un grand texte sur l'adaptation de la France à l'économie numérique, reviendra a priori vers l'un de ses dadas : montrer que le salariat n'est pas nécessaire au travail notamment dans le numérique. "Il ne faut pas protéger l’emploi, mais l’individu", a-t-il déclaré. Cela pourra renforcer le sentiment qu'en France, le modèle de la start-up se confond de plus en plus avec l'entreprise uni-personnelle : une série de structures minuscules ne pouvant chacune faire vivre qu'une seule personne, personne qui échappe ainsi aux chiffres du chômage mais ne crée pas de croissance. Il faut "généraliser le statut d'auto-entrepreneur" a d'ailleurs affirmé le ministre. Lors de la présentation d'aujourd'hui, Emmanuel Macron a également parlé de la nécessité de développer des fonds de pension à la française, afin de canaliser l'épargne des Français "vers l'économie réelle". Car selon lui, les start ups n'ont pas besoin de crédits, mais de fonds propres. Il est vrai qu'en France, elles ont difficilement accès à l'un et à l'autre, mais certains auraient peut-être espéré une grande enquête sur les problèmes réels des entreprises du numérique - non seulement start-ups, mais aussi et surtout "scale up" - (entreprises existant depuis plus de trois ans et qui ont besoin de grandir) avant l'adoption d'une loi.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 novembre 2015 à 18h08 | Non classé
9 juin 2015
el

Responsabilité des hébergeurs : le couac d’Axelle Lemaire à l’assemblée nationale

"La remise en cause du régime des hébergeurs ne fait pas partie des...

"La remise en cause du régime des hébergeurs ne fait pas partie des positions soutenues par le gouvernement français" a affirmé de but en blanc Axelle Lemaire lors d'une audition à l'assemblée nationale cet après-midi. Et pourtant la position du gouvernement français... est bel et bien de remettre en cause le régime d'irresponsabilité des hébergeurs mis en place par la Directive 2000/31. Cette position a notamment fait l'objet d'une note du gouvernement français à la Commission, que nous avions révélée la semaine dernière. Dans celle-ci, le gouvernement consacre pas moins de quatre pages sur un peu plus de dix à la responsabilisation des hébergeurs sur le piratage et sur le partage de la valeur. S'enfonçant dans l'erreur, la secrétaire d'Etat au numérique a ensuite estimé que "sur la régulation des plateformes, il ne faut pas agir dans l'urgence", alors même que c'est la posture inverse qui a été défendue dans la note précitée, qui estime qu'il est plus urgent de responsabiliser les plateformes que de modifier le droit d'auteur, ainsi que dans une autre note de Matignon au Parlement européen datant de janvier, dans laquelle le gouvernement souhaite que, si révision de la directive droit d'auteur il y a , elle passe aussi "par un effort de régulation des plateformes".

 

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 juin 2015 à 19h56 | Non classé
6 janvier 2015
el

L’Express presque dans l’escarcelle de Patrick Drahi

Les Echos en sont certains. Patrick Drahi associé au Figaro vont mettre la...

Les Echos en sont certains. Patrick Drahi associé au Figaro vont mettre la main sur le groupe L'Express. Le journal du groupe Dassault entend ainsi s'enparer une partie des magazines, quand son associé conservera L'Express et L'Expansion. Vivendi n'aurait pas su proposer une offre suffisamment convaincante selon Les Echos. La transaction pourrait être signée dès demain.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 janvier 2015 à 18h05 | Non classé
5 janvier 2015
el

Accord majeur entre Universal et Havas

Universal Music et le groupe Havas ont annoncé un accord lors du CES...

Universal Music et le groupe Havas ont annoncé un accord lors du CES qui s'est ouvert ce lundi à Las Vegas. Les deux groupes lancent Global Music Data Alliance (GMDA), une plateforme d'échange de données qui leur permettra de travailler avec les artistes de la major à une meilleure monétisation. Le groupe de communication et la major vont en effet mixer les données issues de la diffusion de la musique, videoclips, radio, télévision, mais aussi de l'écho des artistes sur les réseaux sociaux, etc., pour obtenir une vue d'ensemble de l'éco-système. il s'agit ensuite d'utiliser ces informations pour améliorer les actions dans le marketing, le marchandising ou tout autre domaine alliant la musique, les artistes et la communication.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
05 janvier 2015 à 18h30 | Non classé
25 juillet 2014
el

Facebook s’envole grâce à la pub mobile et aux dépens de Google

Jeudi, Facebook a dévoilé ses résultats financiers pour le trimestre écoulé, avec une...

Jeudi, Facebook a dévoilé ses résultats financiers pour le trimestre écoulé, avec une confirmation de sa poussée dans le mobile, tant en termes d'utilisateurs que de revenus publicitaires sur ces terminaux. Non seulement ces derniers représentent désormais 62% de l'ensemble du chiffre d'affaires publicitaire tous supports confondus (contre 41% il y a un an) mais leur montant absolu a lui aussi explosé (+67% en un an) pour atteindre 2,6 milliards de dollars. Une explosion qui s'explique en partie par la migration des usagers, puisque Facebook affirme avoir passé la barre du milliard d'utilisateurs sur mobile, dont 654 millions d'utilisateurs actifs par jour, ce qui représente une hausse de 39% par rapport à l'an passé. Mais il faut aussi y voir le résultat de la politique agressive du réseau social en matière de nouveaux formats et nouvelles formules proposées aux annonceurs. Une stratégie clairement destinée à déboulonner Google sur son propre terrain, comme l'a également confirmé l'annonce il y a peu de l'ouverture du service Facebook Audience Network, une régie dédiée aux applications mobile et tablette et qui propose une base de plus d'un million d'annonceurs ainsi que de l'analyse de données. Le colosse de Mountain View, dont les revenus publicitaires sont plutôt stagnants, n'a qu'à bien se tenir.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
25 juillet 2014 à 16h23 | Non classé
10 juillet 2014
el

Box TV : Apple devancé par Roku et Chromecast

Selon un rapport de Parks Associates, Apple a perdu du terrain l'an passé...

Selon un rapport de Parks Associates, Apple a perdu du terrain l'an passé dans le secteur des box TV par rapport à ses principaux concurrents aux Etats-Unis, Roku et Chromecast. Ces deux derniers auraient en effet vendu quelque 3,8 millions d'appareils là où la firme à la pomme n'en aurait écoulé que 2 millions environ. Fin 2013, Roku représentait 46% des set top box achetées outre Atlantique dans l'année, contre 26% pour Apple. Par ailleurs, et en ce qui concerne le premier trimestre 2014, Parks Associates assure que Roku bat l'Apple TV non seulement en termes de croissance mais encore en termes d'usage. La rumeur veut cependant que la compagnie de Cupertino s'apprête à renouveler de fond en comble sa box, ce qui pourrait lui permettre de reprendre la main, surtout quand on sait qu'un quart des Américains devrait être équipé d'ici 2015 selon les prévisions de Parks Associates.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
10 juillet 2014 à 12h40 | Non classé
9 juin 2014
el

News Corp veut un serrage de vis du piratage

News Corp. s'attaque à Google. Robert Thomson, le Pdg, souhaiterait que Google mette en...

News Corp. s'attaque à Google. Robert Thomson, le Pdg, souhaiterait que Google mette en place dans son algorithme de recherche des gardes fous. Après les demandes des industries de la musique et du cinéma c'est au tour de News Corp., propriétaire du studio Fox notamment, de monter au créneau pour que Google fasse le ménage dans ses résultats de recherches. Le Pdg de News Crop. s'exprimait dernièrement à propos des performances de Foxtel l'opérateur australien qui appartient à News Corp. Robert Thomson a fait remarquer qu'il était contradictoire que Google qui sait "parfaitement ce que l'on fait et où on est" ne puisse lutter efficacement contre le piratage des contenus. En France, le rapport écrit par Mireille Imbert-Quaretta propose également d'introduire des critères sur les recherches pour faire en sorte que les contenus licites soient mieux indiqués.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 juin 2014 à 19h12 | Non classé
3 juin 2014
el

BBC News devrait licencier près de 10% de ses salariés

BBC News and Radio est sur la brêche, économiquement parlant, depuis plusieurs années...

BBC News and Radio est sur la brêche, économiquement parlant, depuis plusieurs années : le groupe a d'ailleurs licencié plus de 200 personnes en 2012-2013, et cela ne va pas aller en s'améliorant. BBC News and Current Affairs, filiale de la Corporation dirigée par James Harding, s'apprêterait en effet à supprimer pas moins de 500, voire 600 emplois supplémentaires, sur les 8000 personnes employées par le groupe. Le groupe doit faire des économies, comme le reste de la BBC, et les licenciements vont dans ce sens. BBC News supporte également la pression d'augmenter ses revenus à l'international en adoptant une démarche plus commerciale qu'auparavant, comme nous l'avions dit ici.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
03 juin 2014 à 19h22 | Non classé
27 mars 2014
el

10 questions sur le marché de la musique en France auxquelles vous n’auriez pas su répondre

En amont de la parution en librairie, le 2 avril prochain, de l'ouvrage...

En amont de la parution en librairie, le 2 avril prochain, de l'ouvrage « Chiffres clés 2014, statistiques de la culture » publié par le ministère de la Culture, le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) met à disposition toutes les données chiffrées consolidées à cette occasion. Voici dix questions sur le marché de la musique en France auxquelles elles permettent de répondre.

1/ Quel a été le plus fort volume de ventes de 33 tours en France ?

76,4 millions d'unités en 1978

2/ Quel a été le plus fort volume de ventes de K7 en France ?

42 millions d'unités en 1988

3/ Et le plus fort volume de ventes de CD ?

159,4 millions d'unités en 2002

4/ Combien d'albums sont commercialisés chaque année en France ?

De 3314 en 2003, le nombre de nouveaux albums commercialisés en France est passé à 975 en 2012. Il n'était que de 1000 en 1996. Pour les artistes francophones, il était de 718 en 2003, et de seulement 264 en 2012.

5/ Combien rapporte la vente d'instruments en France ?

Le poids du marché de la facture instrumentale était de 450 M€ TTC en 2010.

6/ Combien d'instruments se vendent chaque année en France ?

En 2010, il s'est vendu 721 314 instruments de musique en France, dont 50 % de guitares et basses électriques ou acoustiques, pour 30 % du chiffre d'affaires de la facture instrumentale. En deuxième position figurent les... cymbales, pour 10 % des volumes et 2 % du CA.

7/ Quel est le montant des droits d'auteur perçus chaque année en France ?

Depuis 2011, le montant des droits d'auteur perçu en France, toutes sociétés de gestion collective confondues, a franchi la barre des 1,2 milliard d'euros. La Sacem a perçu à elle seule 802 M€ en 2012, soit les trois-quart du montant global.

8/ Combien de chansons sont-elles diffusées chaque année à la radio en France ?

Sur le panel de 31 radios (généralistes et musicales) étudié par la société Yacast, 84 457 titres différents ont été diffusés sur les ondes en 2012, dont 60 % de titres internationaux, 16 % de titres francophones et 23 % de titres instrumentaux. Ces 84 457 titres de 26000 artistes différents, dont 4472 artistes francophones, ont fait l'objet de 3,2 millions de diffusions.

9/ Quel est le genre musical le plus diffusé à la radio en France ?

Le pop-rock domine largement sur les ondes radio françaises, avec 33,4 % des diffusions sur le panel de Yacast en 2012, devant la Dance (25 %) et la variété française (17,8 %). Le blues, le jazz et le classique se partagent 1,5 % des diffusions.

10/ Quel a été l'impact de la crise du disque sur les ventes de nouveautés en France ?

Entre 2002 et 2012, le chiffre d'affaires des nouveautés en France a été plus que divisé par trois, pour passer de 794 M€ à 243 M€. Les nouveautés francophones ont réalisé un CA de 113 M€ en 2012, contre 365 M€ en 2002. Même constat pour les nouveautés internationales, tombées de 232 M€ en 2002 à 75 M€ en 2012.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
27 mars 2014 à 16h52 | Non classé
6 mars 2014
el

Samsung n’arrive pas à faire annuler l’amende record

Depuis le premier jugement, le coréen Samsung essaye par tous les moyens de...

Depuis le premier jugement, le coréen Samsung essaye par tous les moyens de faire baisser la note. Le constructeur avait été condamné pour plagiat en mai 2012 à une amende record d'un milliard de dollars. La somme avait été ramenée dans un premier temps à 940 millions. Finalement, après plusieurs mois de bataille judiciaire, la juge Lucy Koh ne s'est pas désavouée et a décidé de maintenir la condamnation de Samsung. En revanche, Apple n'a pas obtenu l'interdiction de vente des appareils Samsung qu'elle avait ajouté dans la suite du procès. Samsung et Apple ont entamé un processus de dialogue à plusieurs reprises pour tenter de trouver un accord. Ces tentatives se sont soldées par un échec.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 mars 2014 à 17h35 | Non classé
el

Def Jam France casse son site pour lancer une artiste

Pour fêter le lancement en physique et le nouveau clip de l'artiste américaine...

Pour fêter le lancement en physique et le nouveau clip de l'artiste américaine Angel Haze, Def Jam France a ... cassé son site ! L'opération, lancée lundi soir, a très bien marché : "en termes de nombre de visiteurs, nous avons réalisé en une journée ce que certains ne font même pas en une semaine", nous dit le label. L'idée de départ vient de la couverture - graphiquement forte - de l'album de Angel Haze, jeune rappeuse dont le premier opus, sorti fin 2013 en numérique, était très attendu mais a fait un début que certains ont qualifié de décevant. L'opération est un signal fort qu'Universal continue de parier sur Angel Haze en la mettant sur la rampe de lancement en France, et est aussi un clin d'oeil à une opération similaire du groupe britannique Chase & Status.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
06 mars 2014 à 10h12 | Non classé
19 février 2014
el

Les éditeurs préparent les 4èmes prix de la création musicale

La Chambre Syndicale de l'édition musicale vient d'annoncer la liste des nommés pour...

La Chambre Syndicale de l'édition musicale vient d'annoncer la liste des nommés pour ses 4èmes prix de la création musicale. La liste a été établie par les membres de la CSDEM, et il revient maintenant au jury, présidé par Pierre Lescure et composé de programmateurs musicaux, journalistes et superviseurs musicaux, de décider des lauréats. Parmi les catégories, l'on retrouve "créateur de l'année", "jeune talent", ainsi que "musique originale à l'image", et "synchronisation publicitaire d'une oeuvre française". Les prix seront décernés le 7 avril.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
19 février 2014 à 16h10 | Non classé
11 février 2014
el

Le marché finlandais de la musique se maintient grâce au streaming

Le marché de la musique enregistrée finlandais est resté stable en 2013 -...

Le marché de la musique enregistrée finlandais est resté stable en 2013 - en retrait de 1 %, à 41,8 M€ - grâce à une forte progression du streaming (+ 41 % en valeur). Malgré une baisse du téléchargement pour la deuxième année consécutive, le numérique s'est maintenu à la hausse sur la période (+ 30 %) et représente désormais 30 % du marché global en valeur, à hauteur de 15 M€. Les ventes de CD ont chuté de 13 % dans l'intervalle et les ventes de vidéos musicales (DVD, Blu Ray) de 20 %. L'an dernier, le répertoire local a pesé 70 % des ventes en valeur. Délivrés par la branche locale de l'IFPI, ces chiffres portent sur 95 % du marché finlandais.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
11 février 2014 à 16h24 | Non classé
5 février 2014
el

250 personnes de moins au Midem cette année

Avec 6150 participants, contre 6400 l'an dernier, l'édition 2014 du Midem a enregistré...

Avec 6150 participants, contre 6400 l'an dernier, l'édition 2014 du Midem a enregistré une baisse de sa fréquentation de 4 %. Les collèges français, allemands ou d'Europe du Sud étaient en recul cette année, a confié son directeur Bruno Crolot lors de la conférence de presse de clôture hier. Les visiteurs en provenance du Japon (+ 40 %), d'Australie (+ 50 %), de Turquie (+ 40 %) et du Brésil (+ 30 %) étaient en revanche beaucoup plus nombreux qu'en 2013. "Même si nous avons une légère baisse [du nombre de participants], ce sont les bonnes personnes qui sont là, elles font de bonnes affaires et semblent toutes satisfaites", a déclaré Bruno Crolot. "Il y a moins de monde et de sollicitations, mais nous enchaînons les rendez-vous et travaillons beaucoup", confirme un exécutif dans une major française. Les organisateurs ont également pu compter sur un soutien accru des sponsors - dont Vivendi, Pepsi, Deezer, Spotify, Getty et Citibank. Les revenus du sponsoring ont doublé sur un an, a indiqué le directeur du Midem, qui a confirmé les dates de la prochaine édition, du 31 janvier au 3 février 2015.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
05 février 2014 à 13h13 | Non classé
4 février 2014
el

Un PDG issu du sérail pour Microsoft

Pressenti depuis quelques jours, Satya Nadella prend désormais officiellement la tête de Microsoft,...

Pressenti depuis quelques jours, Satya Nadella prend désormais officiellement la tête de Microsoft, en lieu et place de Steve Ballmer, poussé à la retraite l'été dernier. Après l'exhubérant showman Steve Ballmer et le fondateur Bill Gates, Satya Nadella est plutôt discret. Pourtant il fait partie de la maison depuis 22 ans, et dirigeait les divisions Cloud et Entreprise de l'éditeur informatique. Ce choix d'une personne interne à la société mais qui ne sort pas des secteurs historiques que sont les systèmes d'exploitations (Windows et ses dérivés pour serveurs ou téléphones) et la suite bureautique Office est d'ailleurs significatif des contraintes qui forcent l'éditeur à changer son business model face à une baisse quasi-constante des ventes de PC, et un succès assez relatif dans le domaine de la mobilité.

Cette annonce pourrait être selon Bloomberg être bientôt suivie par l'éviction totale de Bill Gates qui devrait se voir remplacer comme président par John Thompson. Le fondateur se consacrerait alors au développement de nouveaux produits, sans plus de précision.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
04 février 2014 à 15h31 | Non classé
16 décembre 2013
el

USA : Mariage en vue pour deux géants des télécoms

Selon les informations du Wall Street Journal, Sprint, troisième opérateur sur le marché...

Selon les informations du Wall Street Journal, Sprint, troisième opérateur sur le marché américain, préparerait une offre pour mettre la main sur T-Mobile, dont 67% des parts appartiennent actuellement à Deutsche Telekom et qui se place juste derrière Sprint dans ce classement. La proposition serait en cours d'élaboration afin de prévenir les risques de refus des autorités de la concurrence outre-Atlantique et devrait être présentée officiellement "dans la première moitié" de 2014 selon le quotidien économique qui avance la somme de 20 milliards de dollars. Si cette opération devait se concrétiser, il ne resterait plus que trois acteurs majeurs pour se diviser le pactole des télécoms aux Etats-Unis, puisqu'il y a quelques mois SoftBank a racheté Sprint au terme d'un marathon d'enchères et T-Mobile a fusionné avec MetroPCS Communications. C'est d'ailleurs cette concentration entre le nouvel acteur ainsi créé et les deux leaders (Verizon et AT&T) qui pourrait attirer l'hostilité des gendarmes antitrust aux USA, qui avaient mis le holà, il y a deux ans, au projet de rachat de T-Mobile par AT&T pour 39 milliards de dollars.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
16 décembre 2013 à 12h36 | Non classé
13 décembre 2013
el

Gandi sort un livre blanc

Jusqu’ici très discret, l’hébergeur et bureau d’enregistrement de nom de domaine  français Gandi...

Jusqu’ici très discret, l’hébergeur et bureau d’enregistrement de nom de domaine  français Gandi veut désormais se mettre en lumière. Pour cela, il a commencé par présenter à la presse son premier livre blanc : « Nouvelles extensions : Gandi fait le point ». A cette occasion, Stephan Raimon, PDG de la société a « hacké » la conférence pour glisser deux mots du Projet Caliop, une solution de messagerie unifiée et sécurisée open source à la portée de tous, sur laquelle planche Gandi avec son fondateur historique Laurent Chemla. Si la société est restée pour l’instant très factuelle en se concentrant sur les retombées juridiques et commerciales pour les marques de l’arrivée de nouveaux noms de domaine, le fait même qu’une telle conférence ait eu lieu prouve que Gandi ne veut plus compter que sur les geeks et le bouche à bouche pour se développer.  La société vise désormais aussi les grands comptes et veut se développer à l’international. Pour cela, elle doit se faire mieux connaître et multipliera donc les annonces dans l’année à venir.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
13 décembre 2013 à 16h05 | Non classé, Web 1,2,3
20 novembre 2013
el

Discovery et TF1 passent la seconde pour le rachat d’Eurosport

En octobre, Les Echos annonçaient que Discovery et TF1 avaient entamé des négociations pour...

En octobre, Les Echos annonçaient que Discovery et TF1 avaient entamé des négociations pour que l’américain reprenne la totalité des parts d'Eurosport, chaîne appartenant encore majoritairement au groupe de Nonce Paolini après la vente de 20% des parts en décembre 2012.Ce mercredi, les deux compagnies ont publié un communiqué conjoint expliquant que des discussions avaient en effet été entamées "pour évaluer si Discovery exercera son option d'achat par anticipation". Les sociétés rappellent que l'américaine dispose de "la possibilité (...) de porter, à compter du 21 décembre 2014, sa participation dans Eurosport à 51 %." TF1 a néanmoins précisé qu'elle resterait à 80% dans Eurosport "au moins jusqu’au 31 décembre 2014."

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
20 novembre 2013 à 11h45 | Non classé, Old fashion media
15 novembre 2013
el

Free Mobile rapporte gros mais recrute moins

La société Iliad dévoilait ce matin ses résultats pour le troisième trimestre 2013,...

La société Iliad dévoilait ce matin ses résultats pour le troisième trimestre 2013, qui dépassent les attentes des analystes, puisque ceux-ci prévoyaient un chiffre d'affaires entre 927 et 935 millions, or la compagnie affiche un CA en hausse de 15,3% sur la période, à 944,2 millions d'euros. Les revenus issus de son activité mobile, qui ont augmenté de 34,7% à 321 millions représentent désormais environ un tiers de ses revenus totaux. Pourtant le recrutement de nouveaux abonnés ralentit, puisque Free mobile avait 870 000 nouveaux clients au premier trimestre, 720 000 au second et "seulement" 640 000 ces trois derniers mois. Cela fait tout de même près de 7,5 millions de souscripteurs à Free Mobile au total,  soit une part de marché de plus de 11%. Pour ce qui est de son activité de FAI, le chiffre d'affaires augmente aussi mais beaucoup moins (7,2%, gagnés grâce aux 62 000 nouveaux abonnés) et se fixe à 625,5 millions d'euros. Ces résultats viennent conforter ceux communiqués en septembre et qui se voulaient très nettement positifs.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
15 novembre 2013 à 10h18 | Non classé, So_amazing
30 octobre 2013
el

LVMH entre au capital de Gallimard

C'est Les Échos, propriété du Groupe Arnault SAS, qui vient d'annoncer la nouvelle...

C'est Les Échos, propriété du Groupe Arnault SAS, qui vient d'annoncer la nouvelle : LVMH, détenu à 47,4% par le Groupe Arnault, entre au capital de la holding de l'éditeur Gallimard. Cette structure, nommée Madrigall, était jusqu'à présent la propriété à 98% de la famille Gallimard. Madrigall s'est endettée lourdement pour racheter Flammarion en 2012, et Antoine Gallimard avait annoncé en août dernier vouloir financer une partie - environ 40 millions - du prix d'achat de 230 millions en ouvrant, pour la toute première fois, le capital de Madrigall à un groupe trié sur le volet. Après avoir contacté plusieurs groupes "familiaux", Antoine Gallimard a décidé d'accepter la proposition de LVMH, qui selon Les Echos acquiert 9,5% du capital de Madrigall pour une somme située entre 25 et 30 millions d'euros.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
30 octobre 2013 à 11h05 | Non classé
1 octobre 2013
el

Deuxième levée de fonds pour l’appli Spotify Soundrop

La start-up norvégienne Soundrop, qui a développé une appli Spotify permettant de rejoindre...

La start-up norvégienne Soundrop, qui a développé une appli Spotify permettant de rejoindre des salles virtuelles pour écouter de la musique en communauté avec des dizaines d'autres internautes, avec possibilité de poster de nouvelles chansons dans les playlists collectives, de voter pour celles que l'on souhaite voir grimper dans la file d'attente, et de « chatter » avec les autres auditeurs, vient de réaliser une nouvelle levée de fonds de 3,4 millions de dollars auprès du fonds suédois Northzone - principal investisseur dans Spotify - et du fonds public norvégien Investinor. Egalement présente avec son appli sur Facebook, sur iOS et sur Android, Soundrop avait déjà réalisé une première levée de fonds de 3 millions de dollars auprès de Northzone en juin 2012, quelques mois après le lancement de son service web de découverte musicale communautaire sur Spotify. Soundrop, qui a généré plusieurs centaines de millions d'écoutes sur la plateforme de streaming à ce jour, permet aux artistes de créer leurs propres salles d'écoutes virtuelles ou de venir à la rencontre de leurs fans lors de sessions de chat live. L'appli offre l'accès à des dizaines de salles classées par genre, par artiste, ou par ambiance, et permet aussi de créer les siennes. Son modèle de revenu repose sur les services rendus aux artistes, afin d'augmenter le nombre d'écoutes qu'ils enregistrent, sur Spotify mais aussi sur Youtube ou Vevo (via Facebook ou son web player). La start-up met par ailleurs à disposition des développeurs d'applications tiers un kit de développement et des API permettant d'implémenter les fonctions de son application sous licence. "Avec un produit bien établi, Soundrop est désormais en pole position pour générer des revenus et de la croissance en 2014", estime Torleif Ahlsand, General Partner de Northzone et président du conseil d'administration de la start-up.

Brève écrite en écoutant la station Electro Rock de Soundrop sur Spotify (550 000 visites à ce jour) en compagnie de 29 autres participants.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
01 octobre 2013 à 19h17 | Non classé
20 septembre 2013
el

Stabilité relative des perceptions de l’Adami

Le montant des droits collectés en 2012 par l'Adami pour le compte des...

Le montant des droits collectés en 2012 par l'Adami pour le compte des artistes-interprètes est en très léger recul (- 1,23 %), à 64,6 M€, après avoir atteint un niveau record en 2011. Il reste cependant supérieur de 10,89 % à celui enregistré en 2010. Une stabilité que  son directeur général Bruno Boutleux et son président Jean-Jacques Milteau relativisent : « Derrière l’apparente stabilité des chiffres, de profondes mutations bouleversent [les] droits et leur gestion, rappellent-ils. Les pressions sont grandes pour les réduire à la portion congrue : le contexte général de crise économique, la multiplication des procédures judiciaires contre la copie privée ou la rémunération équitable, le recul de la gestion collective, notamment sur Internet… » Le montant des droits répartis aux artistes a progressé de 10,3 % l'an dernier, à hauteur de 36,5 M€. L’Adami a par ailleurs versé 10,6 M€ d'aides à l’action artistique, soutenant ainsi 835 projets et 10 opérations de promotion d’artistes. Le Rapport annuel complet de l'Adami peut-être consulté sur son site.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
20 septembre 2013 à 17h43 | Non classé
12 septembre 2013
el

Le piratage en ligne à la baisse au Royaume Uni, selon le gendarme des télécoms

Le régulateur britannique des télécoms, Ofcom, vient de publier sa quatrième étude sur...

Le régulateur britannique des télécoms, Ofcom, vient de publier sa quatrième étude sur le piratage en ligne au Royaume Uni, qui évolue invariablement à la baisse chaque année. Ainsi en matière de musique, 199 millions de titres ont été téléchargés illégalement en Grande Bretagne sur la période de trois mois considérée (de mars à mai 2013), contre 280 millions l'année précédente, 297 millions en 2011 et 301 millions en 2010. Dans la même veine, le rapport entre titres de musique téléchargés légalement et illégalement est passé de 74 contre 26 lors de la première étude parue en 2010, à 84 contre 16 cette année. 17 % des internautes britanniques âgés de 12 ans et plus ont consommé au moins un contenu illégalement sur la période, soit 7,4 millions de personnes, mais seuls 4 % d'entre eux ne consomment que des contenus illégaux, soit 1,7 millions de pirates irréductibles. Ils sont 9 % d'internautes britanniques à avoir téléchargé ou écouté au moins un titre de musique illégalement au cours des trois mois, soit une proportion inférieure que si l'on considère tous les types de contenus, soit 26 % des internautes qui consomment, légalement ou non, de la musique en ligne. Autre enseignement de cette quatrième livraison : les 10 % d'internautes qui piratent le plus de musique représentent 74 % des téléchargement illégaux, tout en ayant payé pour télécharger ou écouter en moyenne 120 titres de musique sur la période. 29 % d'entre eux utilisent Spotify et 33 % iTunes. Les principales plateformes de musique en ligne ont des taux de fréquentation relativement stables d'une année sur l'autre : 53 % des internautes britanniques ont utilisé Youtube, 33 % iTunes, 23 % Amazon MP3 et 19 % Spotify.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
12 septembre 2013 à 19h25 | Non classé
9 septembre 2013
el

La TVA sur les tickets de cinéma revue à la baisse

Voilà qui devrait faire grincer quelques dents dans les industries culturelles françaises. Selon...

Voilà qui devrait faire grincer quelques dents dans les industries culturelles françaises. Selon Les Echos, le gouvernement aurait ainsi décidé d'abaisser la TVA sur les tickets de cinéma, la passant de 7% à 5% alors qu'il était originellement prévu  de la revoir à la hausse à 10%. Une véritable aubaine pour le secteur, qui a déjà échappé à une ponction trop importante du CNC comme on l'apprenait vendredi dernier. Or s'il est vrai que le cinéma français n'est pas au mieux de sa forme en cette année 2013 avec une baisse de fréquentation de 9% sur un an, il semblerait que la situation soit en train de se redresser avec +9% sur la fréquentation en août par rapport à l'année précédente. Pendant ce temps, d'autres secteurs, comme celui de la musique, sont bien plus sinistrés et ne se voient pas, eux, accorder une baisse de TVA sur le disque. D'autres acteurs pourraient manifester leur mécontentement si ce privilège devait bien être accordé au cinéma, puisque les abonnements aux chaînes de télévision payante devraient, eux, voir passer leur taux de TVA de 7% à 10%. C'est notamment le cas de Canal +, qui estime (à juste titre) que l'argent récolté par ses abonnements sert indirectement à financer le cinéma français puisque le groupe investit massivement dans la production de films dans l'hexagone. La baisse de la taxe sur les tickets de cinéma serait, toujours selon le quotidien économique, mise en oeuvre dès le 1er janvier 2014 et coûterait la bagatelle de 60 millions d'euros à l'Etat.

Partagez sur Facebook
Image du lien direct
09 septembre 2013 à 11h47 | Non classé, So_cult’